Commerce : le market place, nouvel outil pour développer l’économie de proximité

par | 26 Juin 2020

Alors que les commerçants des centres-villes font face à de multiples défis, certaines initiatives, comme celles de la CCI Nord Isère, les aident à mettre un pied dans l’ère du digital pour se réinventer.

Faut-il repenser le modèle de nos centres-villes ? Alors que les villes de taille moyennes ont été fondées autour de leurs centres commerçants, la situation économique est devenue délicate pour une grande partie des commerces traditionnels, en Isère comme ailleurs. « Il existe un mix de facteurs, en commençant par la transformation du comportement d’achat des consommateurs, qui effectuent beaucoup de transactions en ligne », illustre Christophe Carron, président de la Fédé et secrétaire de la CCI du Nord Isère. Il évoque aussi la multiplication des grands espaces commerciaux en périphérie, « venus bousculer le paysage au cours des dernières années », à l’image du Village des marques de Villefontaine, sorti de terre en 2018. Et ce, alors que son territoire comptait déjà près de 7500 commerçants, et même jusqu’à 12 000 professionnels, en intégrant les artisans. La CCI Nord Isère a décidé d’agir en se dotant de l’une des premières « market place » du commerce de proximité en France, « En bas de ma rue ». 

Des commerces qui se digitalisent

« Cette initiative est désormais très regardée par d’autres communautés des communes voisines, y compris au niveau national. On ne s’est pas contentés de regarder ce qui se passait, on a essayé d’y apporter une solution », affirme Christophe Carron. Résultat ? Au lieu de diriger les consommateurs sur une plateforme nationale « pratiquant des frais importants ou présentant peu d’éthique », la CCI a choisi de porter un projet de « market place » local, où il devient possible pour les consommateurs de commander en ligne. Près de 4 500 produits seraient déjà disponibles sur cette plateforme, qui n’intègre que des commerces de proximité. Pour un tarif unique de 29 € par mois HT, ces commerçants peuvent ainsi mettre en ligne leurs produits, tout en profitant de la notoriété du portail. Une personne a même été recrutée par la CCI du Nord Isère pour animer cette communauté. Audrey Tournier, gérante d’une boutique de cadeaux basée dans la petite commune de Saint-Chef en Dauphiné, en a profité pour développer sa visibilité : « Depuis mon arrivée sur la plateforme il y a deux ans, j’ai dopé ma fréquentation et réalisé près de 36% de croissance l’an dernier, et 15% cette année ». Une tendance qui pourrait également contribuer ainsi à faire entrer ces commerces, souvent jugés comme vieillissants, dans l’ère du phygital.

11,9%

Le taux moyen de vacance des locaux commerciaux au sein des centres-villes français n’a fait que grimper au cours des dernières années, passant de 7,2% en 2012 à 11,9% en 2018. Et avec lui, le nombre de commerces concernés : s’ils n’étaient que la moitié à demeurer ainsi sous la barre symbolique des 10%, ils ne sont plus qu’un tiers des commerces de centre-ville à pouvoir l’affirmer aujourd’hui.

Source : baromètre Procos 2019


Par Marie Lyan

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest