Mais que va-t-on faire de tout ce temps libre ?

Si le mois de mai est traditionnellement un mois peu apprécié des patrons, puisque l’on y travaille moins, le rapprochement cette année de la commémoration de l’armistice et du jeudi de l’Ascension donne une vision caricaturale au phénomène.

Les plus patriotes d’entre nous, ou les plus catholiques, profiteront de ces journées pour se recueillir et se réunir, en famille ou entre amis. Les autres, sans doute les plus nombreux, apprécieront simplement ces temps de loisirs supplémentaires, qu’ils mettront à profit en fonction de leurs goûts, de la météo et, bien sûr, de leurs possibilités financières.

Or, justement la pauvreté progresse. 8,6 millions de Français vivent actuellement en dessous du seuil de pauvreté fixé à 964 euros de revenus par mois, principalement des inactifs : chômeurs, moins de 18 ans, mais aussi retraités. Le niveau de vie médian, qui lui concerne de nombreux actifs, plafonne à 1 610 euros mensuel. Quant au pouvoir d’achat, il a globalement diminué de 0,4% l’an passé. Pas de quoi faire des folies.

Les jours fériés du mois de mai seront donc principalement consacrés au farniente puisque, d’après Mediaprism, les Français, pour réduire leur dépenses, tendent à sacrifier les sorties, le shopping et les achats de carburant. Tant pis pour les acteurs du tourisme et des loisirs…

Quant à ceux qui auraient décidé, malgré tout, de se faire plaisir en déjeunant au restaurant, on ne saurait trop leur conseiller de bien choisir leur enseigne. En effet, le Collège culinaire de France, qui regroupe de nombreux chefs étoilés et se donne pour mission de promouvoir la qualité de la restauration française, vient de révéler que 75% des 150 000 restaurants répertoriés dans notre pays ne font pas la cuisine mais se contentent de réchauffer des plats industriels. Bien sûr, la proportion est sans doute moindre dans notre département de tradition culinaire, mais prudence n’est-elle pas mère de sureté ? Dans le doute, privilégiez le label de « maître-restaurateur ». Ou profitez de votre temps libre pour cuisiner vous-même les bons produits de notre terroir.