Enquête : La montagne, durable ou pas ?

Enquête : La montagne, durable ou pas ?

L’environnement, sur fond de réchauffement climatique, est un véritable enjeu. G2A Consulting, leader en analyse digitale de la fréquentation touristique, a réalisé une enquête exclusive pour connaître les aspirations des vacanciers… et leurs perceptions de la montagne durable. Édifiant !

La montagne face aux enjeux climatiques et environnementaux… un vaste sujet. Et aussi le thème de l’enquête flash on line menée par G2A début octobre à partir d’un panel de 1 112 répondants, parmi lesquels 591 partent à la montagne depuis au moins deux ans et 521 non partants.

ENGAGEMENT. À la question, comment évaluez-vous votre engagement vis-à-vis des problématiques environnementales et des changements climatiques, la réponse est pour le moins “décevante”. S’il y a une vraie prise de conscience, pour autant l’engagement est faible. 25 % seulement attribuent une note de 7 sur 10. Après analyse, plus les clients ont des revenus élevés, plus ils avancent dans l’âge, et plus ils se sentent responsables.

CONSOMMATION. Et s’il devait y avoir des évolutions dans le comportement des vacanciers à l’avenir, il semblerait qu’ils soient prêts à reconsidérer leur consommation au quotidien en termes de transport et d’alimentation mais ne sacrifieront en rien leurs vacances. Partir moins souvent ou moins loin, voire ne plus prendre l’avion, ne sont pas à l’ordre du jour.

IMAGE DES SPORTS D’HIVER. Quant à l’image que les vacanciers ont des sports d’hiver, elle n’est pas vraiment “durable”. Ainsi 51 % de la clientèle séjournant à la montagne estime que cette activité n’est pas respectueuse de l’environnement. Et chez les non partants, ce pourcentage atteint 67 %.

HIVER OU ÉTÉ ? D’après les résultats, il existe un vrai gap entre la montagne l’hiver et l’été… 69 % des vacanciers pensent qu’elle est une destination refuge l’été, quand 61 % déclarent que les stations de sports d’hiver ne sont pas adaptées à l’avenir.

REDÉCOUVERTE. L’attrait pour la montagne l’été se confirme. 66 % des répondants se disent enclins à la redécouvrir l’été, contre seulement 40 % l’hiver. “Pour les acteurs de la montagne, il y a un potentiel à conquérir principalement l’été dans les années à venir en lien avec le changement climatique”, assure Emilie Maisonnasse, directrice des études et de la communication chez G2A Consulting.

PRATIQUE DES SPORTS D’HIVER. Plus marquant encore, la pratique des sports d’hiver est pour la majorité des vacanciers se rendant en station (56 %) clairement menacée dans les années à venir. Cependant 22 % considèrent encore qu’il n’y aura pas de changement à venir dans leur pratique de la montagne.

EQUIPEMENTS. Les enneigeurs et engins de damage véhiculent toujours auprès des vacanciers une mauvaise image. Les exploitants de remontées mécaniques devraient davantage sensibiliser leurs clients sur les efforts réalisés dans ce domaine.

MONTAGNE DOUCE. Dans les années à venir, la tendance sera, à n’en pas douter, à une pratique douce de la montagne. En période hivernale, raquettes à neige, randonnée… remporteront les faveurs des vacanciers (49 %). Ils seront aussi 42 % à plébisciter la montagne pour prendre un bon bol d’air pur et admirer les paysages. Toutefois seuls 26 % déclarent déjà avec certitude vouloir faire autant de ski. L’été, cette tendance devrait être encore plus prononcée, au vu des pourcentages supérieurs. Ainsi, 56 % voudront s’adonner à des activités douces, 50 % viendront pour les paysages et 39 % pour respirer l’air vivifiant de nos montagnes.

DESTINATION ÉCOLO. Choisir telle ou telle destination parce qu’elle est plus respectueuse de l’environnement, nous n’en sommes pas là ! Pour 69 % de la clientèle française interrogée, ce n’est pas un facteur de décision. Toutefois, à l’avenir, la diversification des activités (pour 54 %) et l’obtention d’un label flocon vert ou Green globe (53 %) pourraient s’avérer déterminants. Force est de constater que le “ski garanti” (seulement 29 % des sondés) ne sera plus à l’avenir un critère décisif.

Pour les “plus écolos”, leur préférence ira vers des destinations où le mode de transport et la mobilité douce auront été intégrés. La préservation de l’environnement sera toute aussi essentielle.

QUID DE LA NEIGE ? La prise de conscience est réelle : 85 % pensent qu’il y aura moins de neige en montagne dans le futur, contre tout juste 15 % d’irréductibles. Dans ce contexte, d’autres destinations de voyage, comme c’est le cas actuellement, pourraient tirer leur épingle du jeu… à commencer par les stations du littoral (pour 21 % des sondés) et aussi celles situées à la campagne (18 %). Compte-tenu de l’image négative des stations de sport d’hiver, “un important travail de communication et d’image doit être entrepris pour notamment valoriser les efforts réalisés par les destinations en matière de développement durable”, souligne Emilie Maisonnasse. Les stations ont aussi tout intérêt à développer l’offre d’activités si elles veulent séduire la clientèle puisque la garantie neige n’est plus la clé unique des vacances à la montagne.

Par Patricia Rey

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ