Gilles Perret, réalisateur insoumis

Gilles Perret, réalisateur insoumis
4.4 (88%) 5 votes

Le réalisateur Haut-savoyard Gilles Perret consacre son dernier film à Jean-Luc Mélenchon. Mais pas que…

Au fil de ses oeuvres, Gilles Perret a habitué ses spectateurs à regarder les grands élus à travers sa caméra. Souvent, il faut le dire, pour de courtes apparitions drôles de férocité. Il a aussi prouvé son talent de portraitiste. Que ce soit face à la truculence du patron Yves Bontaz, la fragilité de l’alpiniste Marc Batard ou la ténacité espiègle de vieux Résistants, le natif de Mieussy sait saisir l’humain et l’instant.

Perret a aussi démontré sa capacité, de Ma Mondialisation en 2006 jusqu’à La Sociale l’an passé en passant par Les jours heureux en 2013, à capter l’air du temps et à sortir ses films lorsque les sujets qu’ils portent résonnent (raisonnent) dans l’actualité.

Dans ce contexte, l’annonce de sa nouvelle production, L’insoumis, consacrée à Jean-Luc Mélenchon, avait forcément de quoi faire saliver. Qu’allait tirer le réalisateur haut-savoyard d’un des acteurs majeurs, mais aussi les plus controversés, de la scène politique française ?

Pour Gilles Perret, Mélenchon est “un vrai personnage de film”, capable de mettre de l’émotion, du rire ou de la colère. Crédit photo : L’insoumis.

Une proximité sans intimité

Après visionnage, la réponse s’avère plus difficile que prévu. Procédons par élimination. D’abord, ce n’est pas une hagiographie : Giles Perret filme sans voix off, sans commentaire, sans témoignages “extérieurs”. Et n’a pas occulté les moments où son personnage n’est pas forcément à son avantage. « J’ai voulu rester le plus fidèle possible à ce que j’ai vu », explique-t-il. Un film de propagande pour La France insoumise ? Non plus. Le réalisateur n’a guère l’esprit partisan et préfère toujours le Politique à la politique.

Un portrait intimiste ? Pas davantage. Gilles Perret avait rencontré “JLM” lors du tournage de Les Jours heureux. Et un lien personnel s’était tissé (il est clairement annoncé dès le début du film). Grâce à cela, il a eu toutes portes ouvertes pour suivre le candidat en campagne pendant quatre mois.

Le réalisateur a puis suivre la campagne de Jean-Luc Mélenchon de l’intérieur. Crédit photo : L’Insoumis.

Meetings géants, réunions en petit comité, trains, routes de campagne, coulisses de plateaux télé, visites d’entreprise… la caméra du natif de Mieussy s’immisce partout. De la très grande proximité, donc, jusqu’aux essayages de vêtements ou au stand de maquillage. Mais pas de l’intimité, puisqu’on n’en découvre peu sur la vie et le parcours de Jean-Luc Mélenchon. Un simple carnet de campagne, alors ? Non plus, car Perret montre malgré tout l’homme, mais en miroir et en filigrane. Son érudition, sa capacité d’analyse (bien avant le premier tour il pronostique la grande coalition libérale à venir autour du président Macron). Son calme prédominant aussi, si éloigné du tableau d’éternel énervé que dressent beaucoup de médias. Son dévouement, son ouverture aux autres, son humilité : posant pour les selfies ou installant son QG au soir du premier tour dans… une petite chambre d’auberge de jeunesse.

Voilà pour tout ce que ce film n’est pas. Pour ce qu’il est vraiment, nous vous laisserons juges. Une chose est sûre : s’il a visiblement de la tendresse voire de l’admiration pour l’homme, Perret ne s’est pas contenté de filmer un personnage. À travers lui, ses discours et les idées qu’il promeut, le réalisateur poursuit sa réflexion de cinéaste sur notre société et sur la notion d’engagement.

Le film a fait l’objet d’une version courte de 52 minutes, “Mélenchon, la campagne d’un insoumis”, diffusée cet été sur Public Sénat. En voici la bande annonce :


Pour qui sonne le titre ?

Qui est vraiment L’insoumis ? Quand Gilles Perret parle des coulisses de sa dernière production, il est difficile de s’empêcher de penser que, autant que le personnage principal de son film, l’insoumis, c’est lui. Un jeune réalisateur d’emblée salué par la critique. En 1999, son premier documentaire, Trois frères pour une vie, où il filmait ses voisins paysans, avait déjà reçu plusieurs prix. Plébiscité aussi par le public : après les succès de Ma mondialisation, De mémoire d’ouvriers ou encore Les jours heureux, La Sociale, avec plus de 170 000 spectateurs, figure parmi les cinq documentaires les plus vus en France en 2016-2017. Qui pourrait alors accéder à un certain confort… à la simple condition de renoncer à la dimension politique de ses films. Mais qui s’échine à filmer à contre-courant.

Il en paie le prix. Une fois de plus, Perret a dû faire appel à une souscription publique pour financer son film. Elle court toujours (www.linsoumis.org). Cerise sur le gâteau, il doit cette fois se frotter aussi à ceux qui ont pourtant jusque-là été ses fidèles soutiens : les exploitants de salles Art et essai. « Mélenchon est tellement clivant, que certains refusent même de regarder le DVD qu’on leur envoie en vue d’une programmation… » Le voilà donc obligé de multiplier les avant-premières pour convaincre que L’insoumis n’est ni plus ni moins qu’un film de cinéma digne d’être vu y compris par ceux qui n’ont pas une sympathie particulière pour La France insoumise et son leader. Et qu’à ce titre-là, il mérite aussi d’avoir sa chance en diffusion.

Un extrait du film :


Symbolique

L’insoumis s’inscrit dans la continuité du cycle entamé avec Walter, retour en Résistance. À la fois sur le plan chronologique et dans l’esprit, même si la forme diffère sensiblement (ici, pas de « filmer local, penser global »). Que le héros de Walter… (Walter Bassan, décédé en septembre) ait définitivement rendu les armes juste avant la sortie de L’insoumis n’en est alors que plus symbolique.

Prochaines projections locales :

Annemasse, samedi 9 décembre, 20h30, Ciné Actuel

Meythet, dimanche 10 décembre, 18h, Le Rabelais

Ugine, lundi 11 décembre, 20h

Sallanches, mercredi 20 décembre, 19h30, Ciné Mont-Blanc

Thonon-les-Bains, jeudi 21 décembre, 20h, Le France

Pour en savoir plus :

Le site officiel du film : www.linsoumis.org/

La page Facebook du film : https://www.facebook.com/filmlinsoumis/

Et celle du réalisateur : https://www.facebook.com/GillesPerret68/

Le Haut-savoyard a entamé une tournée d’avant premières, notamment dans la région. La sortie nationale est prévue le 21 février. Crédit photo : L’insoumis.


Cet article est paru dans Eco Savoie Mont Blanc du 24 novembre et vous est exceptionnellement proposé en accès gratuit. Pour suivre de près l’actualité économique de Savoie Mont Blanc et avoir accès à tous nos articles, et à toutes nos données, cliquez ici pour vous abonner. 

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

Qui sont les archéologues ? Quelle formation ont-ils suivi ? Qui les emploie et pour quelles missions ? Combien sont-ils payés ? Creusement du sujet à l'occasion d'un chantier d'intérêt régional à Metz-Tessy (Haute-Savoie). Ce ne sont ni des stagiaires, ni des...

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

La pénurie de logements à Genève provoque un exode de la population vers la France voisine et le canton de Vaud, selon une nouvelle étude du Crédit Suisse. Cette situation engendre des problèmes croissants en termes de trafic automobile. La vitalité de l’économie...

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Bertrand Barré, PDG du groupe Zebra et conférencier à ses heures perdues, était l’invité de la soirée DCF pays de l’Ain, le 13 septembre. Ancien joueur de basketball de haut niveau, Bertrand Barré a créé sa première agence de design produit en 1986, à l’âge de 22 ans. Aujourd’hui, il dirige le groupe Zebra, situé à Lyon et employant une cinquantaine de personnes. Une agence référente en matière de design industriel. « Pourtant, il y a trente ans, je doutais que c’était le bon moment pour me lancer, se souvient Bertrand Barré. Disons que j’ai perdu beaucoup de temps à expliquer ce que signifiait le mot design. Car si on ne sait absolument pas l’utiliser en français, employé à tort comme un adjectif, en anglais le mot design est un verbe qui se traduit par concevoir. Et cela change tout.» Le président directeur général du groupe Zebra animait la conférence des DCF Pays de l’Ain le 13 septembre, au centre d’affaires de Bourg-en-Bresse, dans les locaux du Crédit Agricole. D’après Bertrand Barré, si la période 1880-1980 a été profondément marquée par l’essor important de l’ingénierie, le progrès technologique semble en être à ses limites, ces dernières années. « L’ingénierie seule n’est plus la clé, mais le design et l’activité conceptuelle (design thinking en anglais) doivent définir les stratégies des entreprises. » Bousculer les méthodes traditionnelles Une vision entrepreneuriale largement mise en application au sein du groupe Zebra. L’agence de design a tout simplement conçu la brosse à dents à ventouse en 1993 (brevet déposé), à partir de l’observation des habitudes de consommation. « Nous sommes partis du constat que le brossage des dents était une pratique liée à l’hygiène, retrace Bertrand Barré. Nous avons réfléchi à améliorer cette hygiène et au moyen de rendre cet apprentissage dentaire, ludique pour les plus jeunes. » De la même manière, au summum de l’innovation, le groupe Zebra collabore avec l’équipementier de tennis Babolat depuis 25 ans. Ensemble, ils ont conçu la raquette de Rafael Nadal. D’après Bertrand Barré, ces innovations ne peuvent survenir que si l’on admet « les limites des méthodes traditionnelles de marketing et de conception. On travaille extrêmement bien mais on ne produit plus de valeur, poursuit-il. Preuve en est, par exemple, avec les aspirateurs, peu ou prou identiques, vendus par les grandes marques. Il faut remettre en cause les systèmes et oser le changement de paradigme : les entreprises doivent redevenir créatrices ». Si celles-ci sont censées innover pour rester en vie, Bertrand Barré souligne leur incapacité à se lancer réellement. « L’innovation est devenue capitale, or personne ne le fait, constate le PDG du groupe Zebra. Pourquoi Sony, leader mondial de la musique nomade n’a-t-il pas inventé l’Ipod ? Pourquoi Michelin n’a-t-il pas conçu Waze ? Pourquoi aucun des constructeurs automobiles n’a-t-il imaginé Tesla ? » Des questions aux réponses bien mystérieuses. Selon Bertrand Barré, les blocages de pensée empêchent de se projeter vers une démarche innovante. « À l’heure actuelle, un salarié qui apporte une idée nouvelle […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

Quand le Président Emmanuel Macron se prend pour un conseiller Pôle Emploi, cela passe mal dans l'opinion. Dans son édito, Myriam Denis en analyse les raisons. « Vous faites une rue, là, vous allez à Montparnasse par exemple, vous faites la rue avec tous les cafés et...

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez votre magazine Eco de l’Ain n°12199 du 20 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non ? 🙂

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Partenariat MIND / Le travail

Partenariat MIND / Le travail

Entre nécessité financière et objectifs personnels, entre principe de réalité et envies, le parti pris d’aller résolument vers de grandes espérances ! Par Mind. À chaque époque son diktat qui perdure et s’additionne : le « PRODUIRE » au XVIIIème siècle, le «...

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Au 30 juin 2018, les réservations dans le neuf reculent de 18 % dans le Grand Chambéry, les mises en commercialisation aussi... mais de nouvelles opérations devraient reconstituer l'offre d'ici la fin de l'année. Le point avec la FPI Alpes. Si 2017 a été...

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Aujourd’hui de nombreux objets acoustiques sont à votre disposition pour améliorer le confort de vos espaces de travail tout en apportant la « touche déco » à votre environnement. Ces solutions absorbantes allient performance, technicité et modernité. Elles se...

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

A l'aube de choix décisifs pour le projet, en France comme en Italie, Eco a creusé le sujet. Articles, interviews, enquête : un dossier exclusif. Le gouvernement français a dévoilé, mardi 11 septembre 2018, sa politique d'investissement prioritaire dans les...

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

Gilles Perret, réalisateur insoumis4.4 (88%) 5 votes Le réalisateur Haut-savoyard Gilles Perret consacre son dernier film à Jean-Luc Mélenchon. Mais pas que… Au fil de ses oeuvres, Gilles Perret a habitué ses spectateurs à regarder les grands élus à travers sa caméra. Souvent, il faut le dire, pour de courtes apparitions drôles de férocité. Il a aussi prouvé son talent de portraitiste. Que ce soit face à la truculence du patron Yves Bontaz, la fragilité de l’alpiniste Marc Batard ou la ténacité espiègle de vieux Résistants, le natif de Mieussy sait saisir l’humain et l’instant. Perret a aussi démontré sa capacité, de Ma Mondialisation en 2006 jusqu’à La Sociale l’an passé en passant par Les jours heureux en 2013, à capter l’air du temps et à sortir ses films lorsque les sujets qu’ils portent résonnent (raisonnent) dans l’actualité. Dans ce contexte, l’annonce de sa nouvelle production, L’insoumis, consacrée à Jean-Luc Mélenchon, avait forcément de quoi faire saliver. Qu’allait tirer le réalisateur haut-savoyard d’un des acteurs majeurs, mais aussi les plus controversés, de la scène politique française ? Une proximité sans intimité Après visionnage, la réponse s’avère plus difficile que prévu. Procédons par élimination. D’abord, ce n’est pas une hagiographie : Giles Perret filme sans voix off, sans commentaire, sans témoignages “extérieurs”. Et n’a pas occulté les moments où son personnage n’est pas forcément à son avantage. « J’ai voulu rester le plus fidèle possible à ce que j’ai vu », explique-t-il. Un film de propagande pour La France insoumise ? Non plus. Le réalisateur n’a guère l’esprit partisan et préfère toujours le Politique à la politique. Un portrait intimiste ? Pas davantage. Gilles Perret avait rencontré “JLM” lors du tournage de Les Jours heureux. Et un lien personnel s’était tissé (il est clairement annoncé dès le début du film). Grâce à cela, il a eu toutes portes ouvertes pour suivre le candidat en campagne pendant quatre mois. Meetings géants, réunions en petit comité, trains, routes de campagne, coulisses de plateaux télé, visites d’entreprise… la caméra du natif de Mieussy s’immisce partout. De la très grande proximité, donc, jusqu’aux essayages de vêtements ou au stand de maquillage. Mais pas de l’intimité, puisqu’on n’en découvre peu sur la vie et le parcours de Jean-Luc Mélenchon. Un simple carnet de campagne, alors ? Non plus, car Perret montre malgré tout l’homme, mais en miroir et en filigrane. Son érudition, sa capacité d’analyse (bien avant le premier tour il pronostique la grande coalition libérale à venir autour du président Macron). Son calme prédominant aussi, si éloigné du tableau d’éternel énervé que dressent beaucoup de médias. Son dévouement, son ouverture aux autres, son humilité : posant pour les selfies ou installant son QG au soir du premier tour dans… une petite chambre d’auberge de jeunesse. Voilà pour tout ce que ce film n’est pas. Pour ce qu’il est vraiment, nous vous laisserons juges. Une chose est sûre : s’il a visiblement de la tendresse voire de l’admiration pour l’homme, Perret ne s’est pas contenté de […]
This category can only be viewed by members.