L’immobilier de montagne décrypté par les notaires

L’immobilier de montagne décrypté par les notaires
L’immobilier de montagne décrypté par les notaires
Notez cet article !

La Chambre interdépartementale des notaires des Savoie publie les chiffres de l’immobilier en station. En 2017, les transactions et les prix s’affichent à la hausse.

On le sait, l’immobilier de montagne est un marché à part. En 2017, tous les indicateurs sont au vert. La neige, tombée en abondance, a un effet booster sur les ventes.

Un marché atypique : les principales raisons

Des prix plus élevés. En station – et c’est un fait avéré -, plus la surface est grande, plus le mètre carré est cher, alors qu’ailleurs c’est l’inverse. Ensuite, “les prix des appartements dans l’existant sont plus élevés, comparés aux biens vendus dans le reste du département”, souligne Maître Bouvier, notaire en Savoie, lors de la présentation des statistiques 2017 de l’immobilier en Savoie Mont Blanc. Dans les Trois Vallées et la Tarentaise, le prix médian du mètre carré est supérieur de 1 000 euros… Des stations de sport d’hiver plébiscitées pour leurs grands domaines skiables où un bien s’échange respectivement 5 280 € (+12,1 % par rapport à janvier 2017) et 3 790 €/m2 (+4,6 %). Et beaucoup plus encore dans celles plus haut de gamme/luxe comme Val d’Isère, Méribel et Courchevel. Le Beaufortain-Val d’Arly, plus familial, attire aussi les touristes. Les prix grimpent de 9,4 % pour atteindre 4 620 €/m2 en 2017. La Haute-Savoie n’est pas en reste. Certains spots au pied du mont Blanc demeurent incontournables, notamment Chamonix où le prix médian atteint 4 840 €/m2 (+4 %). Les transactions progressent également dans les Portes du Soleil et les Aravis. Compter respectivement 4 440 € (+1 %) et 4 730 €/m2 (mais -2,8 %).

 

 

Répartition en % des ventes d’appartements neufs, anciens, maisons anciennes et terrains à bâtir confondus (du 01 mars 2017 au 28 février 2018) 

 

Haute-Savoie Tous biens confondus Savoie Tous biens confondus
Annecy 19% Chambéry 12%
Annecy-environs 6% Périphérie Chambérienne 13%
Albanais 6% Aix-Tresserve 11%
Tour du Lac 3% Montmélian-Saint Pierre-La Rochette 6%
Secteur de Faverges 1% Albertville-Ugine-Grésy 8%
Secteur de Frangy 2% Echelles-Chartreuse 2%
Cruseilles-Thorens 3% Chautagne-Albens-Les Bauges 3%
Genevois 11% Yenne-Saint Genix-Pont de Beauvoisin 5%
Léman 17% Beaufortain-Val d’Arly 3%
Vallée de l’Arve 13% Vallée de Maurienne 4%
Alpes du Léman 1% Stations de Maurienne 7%
Balcon du Léman 1% Vallée de Tarentaise 7%
Les Aravis 2% Stations de Tarentaise 14%
Le Grand Massif 2%   Trois Vallées 7%
Mont-Blanc 8%
Les Portes du Soleil 5%
Giffre 0%

 

Un marché de résidences secondaires. Autre raison invoquée, la clientèle essentiellement touristique. Elle est française mais aussi internationale selon les destinations. “En Tarentaise, 50 % des ventes sont réalisées par des étrangers”, souligne le notaire. Ailleurs, au coeur des Portes du Soleil, (Morzine et les Gets surtout), destination très prisée des Britanniques, cette clientèle représente 25 % des acquéreurs en 2017. Dans la vallée du Mont-Blanc, ils sont 13,1 %.

 

 

Des délais de détention plus longs. En montagne, les propriétaires gardent leur appartement ou leur chalet plus longtemps. Les délais de détention excèdent 15 ans, contre 10 ans en ville (ndlr, la durée était de 7 ans jusqu’à récemment).

“Les acquéreurs privilégient les stations de ski où les collectivités investissent dans les infrastructures, les équipements mais aussi les activités hors-ski”, pointe Maître Bouvier, avant de conclure “Sans soutien public, il est difficile d’imaginer que les propriétaires privés réinvestissent dans leur patrimoine”.

Pour les professionnels de l’immobilier, les stations de ski sont autant de micro-marchés. La preuve en Maurienne, vallée voisine de la Tarentaise qui s’étire sur 125 km jusqu’à Bonneval-sur-Arc. L’analyse faite par les notaires des Savoie est globalement la même. Excepté l’attractivité (un lieu de passage où la démographie est en recul) et les prix. “C’est le “parent pauvre“ de la Savoie où les valeurs sont les plus basses. Ici, les terrains se vendent 50 €/m2”, reconnaît le notaire spécialiste de ce secteur. Un choix des communes qui préfèrent céder “à perte“ pour attirer les acquéreurs. Et l’expert d’ajouter. “À 170 000 euros, on trouve une maison habitable”. Là encore, il existe un véritable gap selon les zones : “Il y a trois fois plus de maisons en fond de vallée et quatre fois plus d’appartements en station”, dit-il. Quant aux valeurs, elles diffèrent aussi. Fait marquant, les maisons anciennes sont au même prix qu’elles soient en station ou en vallée (et sur des surfaces de terrain plus importantes en station !), a contrario des appartements. Compter 4 300 euros le mètre carré à Valloire, située à 2h15 de Lyon mais 2 600 € au Corbier. Et le notaire de prêcher pour sa paroisse “Valloire est à seulement 15 minutes de l’autoroute, contrairement à la Tarentaise, ce qui en fait une station intéressante”.

La station de Valloire située à 1 400m d’altitude @B.Grange

 


Par Patricia Rey


 

(*) Le prix médian signifie que la moitié des transactions ont eu cours à un prix inférieur et l’autre moitié à un prix supérieur.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS


MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

Quinson-Fonlupt se modernise

Quinson-Fonlupt se modernise

Archivage électronique, ERP, nouveaux équipements, nouvelle offre… L'entreprise familiale de 140 ans se refait une jeunesse. Spécialiste de la collecte et de la valorisation des déchets à Saint-Denis-lès-Bourg, Quinson-Fonlupt annonce pour la rentrée, le lancement...

Le Fumet des Dombes déjà trentenaire

Le Fumet des Dombes déjà trentenaire

L’entreprise familiale s’attache à valoriser la carpe des étangs depuis 1988. « Nous n’avons pas vu passer ces trentes années! Elles ont été riches et denses, sourit Chantal Rolland, directrice générale de l’entreprise Le Fumet des Dombes. Dès le départ, notre...

Glaces des Alpes vise l’excellence du goût

Glaces des Alpes vise l’excellence du goût

Le maitre artisan glacier annécien élabore glaces et sorbets de qualité pour les restaurateurs et glaciers de France. Avec 200 parfums au catalogue, Glaces des Alpes met l’eau à la bouche. La société d’Allonzier-la-Caille, créée il y a trente ans par deux amis...

L’abbaye d’Aulps s’ouvre à la réalité augmentée

L’abbaye d’Aulps s’ouvre à la réalité augmentée

Le site cistercien du Haut-Chablais propose depuis mi-juillet des visites en réalité augmentée, smartphone en main ou, encore plus immersif, casque sur les yeux. C’est une première pour un site touristique en Pays de Savoie : l’abbaye d’Aulps propose une visite en...

Saint-Genix : le sein des saints de la brioche

Saint-Genix : le sein des saints de la brioche

La brioche fourrée de pralines, spécialité de Saint-Genix-sur-Guiers, connaît un succès légendaire. La légende raconte que Sainte-Agathe, martyre sicilienne du IIIe siècle eut les seins coupés parce qu’elle n’avait pas abjuré sa foi mais qu’ils repoussèrent...

Fruité, une usine qui a du jus !

Fruité, une usine qui a du jus !

Visite du site Fruité de La Roche-sur-Foron, où 160 millions de briques de jus de fruits et autres boissons sans alcool sont fabriquées tous les ans. C'est à La Roche-sur-Foron que sont fabriqués les jus de fruits bio et non bio des marques Pressade et Fruité (les...

RECEVOIR LES ACTUS ECOMEDIA :

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

This category can only be viewed by members.

Conjoncture : pourquoi l’économie régionale a ralenti

Conjoncture : pourquoi l’économie régionale a ralenti4 (80%) 1 vote Selon l’INSEE Auvergne-Rhône-Alpes, l’économie régionale enregistre au premier trimestre 2018 un léger coup d’arrêt consécutif à une année 2017 très, ou trop, dynamique. Explications… «On a vécu, globalement, une année 2017 particulièrement dynamique, à la fois sur les plans national et international, avec un impact […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d'aide ? → digital@groupe-ecomedia.com