MND – Xavier Gallot-Lavallée : « Nous ne sommes reconnus coupables de rien !»

MND – Xavier Gallot-Lavallée : « Nous ne sommes reconnus coupables de rien !»
MND – Xavier Gallot-Lavallée : « Nous ne sommes reconnus coupables de rien !»
3.9 (78%) 10 votes

Le pdg de Montagne et Neige développement s’exprime sur la procédure diligentée par l’AMF, l’Autorité des marchés financiers (lire notre article dans Eco Savoie Mont Blanc du 6 avril). Il répond point par point aux mises en cause, souligne la bonne marche de son entreprise et maintien le projet d’augmentation de capital. Interview sans langue de bois.

L’AMF délivre son visa à votre projet d’augmentation de capital le 28 mars et vous convoque à une audience de la commission des sanctions le 5 avril. Comment expliquez-vous cette concordance de dates?

Je ne l’explique pas, je la constate. Depuis 2016, date du début de l’enquête de l’AMF, nous étions dans une phase d’échanges écrits et oraux, mais dans un cadre confidentiel. Et là, nous sommes convoqués à une audience publique. Nous regrettons ce caractère public à ce stade du dossier. L’enquête de l’AMF a été ouverte il y a plus de deux ans. Et la procédure d’instruction de notre dossier d’augmentation de capital par cette même AMF a duré près de deux mois et demi. Alors oui c’est un peu étrange ce télescopage de calendrier. Tout comme l’est, à mes yeux, la position du rapporteur. D’un côté, elle demande à la commission de faire preuve de clémence et, de l’autre, elle requiert des amendes très importantes ! C’est un peu rocambolesque.

 

Vous contestez les faits reprochés?

Oui et nous nous expliquons en détail dans notre communiqué. Nous avons répondu point par point. Et j’insiste tout de même pour rappeler qu’il ne s’agissait que d’une audience et qu’en l’état actuel des choses nous ne sommes reconnus coupable de rien !

 

Lors de cette audience, le rapporteur a, semble-t-il, aussi pointé la responsabilité de vos conseils. Vous n’avez pas été bien accompagnés?

Je n’ai pas pour habitude de me défausser. Nous avons choisi nos conseils et nous avons fait des choix. Alors l’entreprise assume. Nous n’allons pas tenter de nous cacher en prétextant un défaut de conseil. Je le répète : nous avons répondu point par point aux éléments reprochés en apportant des éléments tangibles. Et nous avons respecté l’ensemble des réglementations en vigueur.

 

Le communiqué publié par l’entreprise le 5 avril en fin d’après-midi est à télécharger ICI et ICI

Vous êtes donc sereins dans l’attente de la décision de la commission des sanctions?

En tout cas je suis serein quant aux réponses apportées. Maintenant nous ne pouvons qu’attendre. Ce que je peux dire c’est qu’avec l’entreprise nous défendrons avec conviction l’image du groupe et de ses dirigeants, si besoin devant la Cour d’appel de Paris, comme la procédure en prévoit la possibilité.

 

Le rapporteur a demandé la « clémence » pour la majorité des faits. Mais a visiblement été plus sévère sur les courriels supprimés. Comment peut-on faire disparaître par erreur 38 000 courriers électroniques?

Mais aucun message n’a été supprimé ! Je déments formellement cette accusation ! Pour des questions de place sur les ordinateurs nous avons dû procéder à des archivages mais les courriels n’ont pas disparu. Nous l’avons dit à l’AMF et nous tenons tous ces messages à disposition de ses agents. Je ne comprends pas comment nous pouvons être accusés d’entrave à une procédure par des agents qui n’ont pas jugé bon de nous demander ces messages.

 

Vous avez reporté votre projet d’augmentation de capital. Quand l’opération aura-t-elle lieu ?

Ce n’est pas encore décidé. Mais ce qui est clair c’est qu’elle aura bien lieu. Nous maintenons notre volonté de renforcer nos fonds propres et de nous doter de ressources supplémentaires pour notre développement.

 

Compte tenu du contexte, les investisseurs ne risquent-ils pas d’être frileux?

Le contexte est particulier, c’est vrai. Mais nous venons de communiquer sur de nouveaux marchés importants à Avoriaz, en Géorgie et en Asie Centrale. Et tous nos voyants sont au vert, avec un carnet de commandes qui représente deux ans d’activité, des perspectives de croissances sur la montagne, dans le transport urbain et à l’export. Et une volonté de recrutement importante: plus de 100 embauches sur nos sites de production savoyards. Les résultats de notre exercice clôturé au 31 mars [NDLR : non encore diffusés] confirment la hausse d’activité comme celle de la rentabilité opérationnelle. Nos efforts portent leurs fruits. Plutôt que d’avoir les yeux rivés quatre ans en arrière j’invite plutôt à regarder vers les quatre années qui viennent.

Note de la rédaction : Xavier Gallot-Lavallée est membre du conseil de surveillance de Sopreda 2, société éditrice d’Eco Savoie Mont Blanc.
Crédits photos  pour l’ensemble des photos de la page : MND.

 


Le calendrier et les points essentiels de l’affaire

Le 28 mars 2018

MND a obtenu le visa de l’AMF pour son projet d’augmentation de capital. Un visa qui se limite à une vérification formelle du document présenté par l’entreprise, sans avis sur l’opportunité de l’opération ni authentification des documents comptables et financiers présentés.

 

Le 3 avril

La société reporte son projet, sans vraiment donner d’explication.

 

Le 4 avril

Xavier Gallot-Lavallée et MND sont entendus, en audience publique, par la commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers. C’est l’aboutissement d’une enquête lancée le 18 juillet 2016 (notifications des griefs par l’AMF). Il est reproché à MND d’avoir diffusé des informations inexactes lors de son introduction en bourse (sur l’utilisation des fonds levés). Ainsi que des défauts de communication sur ses résultats et objectifs 2013-2014 et 2015-2016.

Enfin, il est reproché à Xavier Gallot-Lavallée de ne pas avoir communiqué certains courriels pendant l’enquête. Il est requis 150 000 euros d’amende contre Xavier Gallot-Lavallée et 500 000 euros à l’encontre de MND. A ce stade, il ne s’agit bien que de réquisition : l’entreprise n’est pas condamnée. L’AMF devrait faire connaître sa décision au plus tard sous un mois.

 

Le projet de station de Snowland, en Chine, pour lequel MND a été retenu en ce qui concerne l’aménagement des pistes. Crédit photo : MND.

 

Le 5 avril

L’affaire est fortement médiatisée au niveau local, régional et même national puisque des journalistes de Les Echos et de l’AFP notamment ont assisté à l’audience. En fin d’après-midi, MND publie un communiqué. Le groupe se défend face aux griefs de l’AMF. Il met en valeur de nouvelles commandes en France et à l’export, concrétisées entre le 29 mars et le 4 avril, pour un montant total de 12,9 M€. Il demande aussi le rétablissement de sa cotation en bourse dès le 6 avril (suspension depuis le 4 avril) et confirme son projet d’augmentation de capital en précisant que le nouveau calendrier de l’opération sera communiqué prochainement.

 

Le 6 avril

Xavier Gallot-Lavallée accepte de répondre à nos questions.
Le titre reprend sa cotation à la bourse, dans un climat chahuté au départ, même si l’analyste Portzamparc, qui suit et soutient la valeur depuis plusieurs années, reste optimiste estimant que l’action pourrait, à terme, gagner plus de 60% par rapport sa valeur du jour (7,5 euros contre 4,57 euros).

 


 

Qui est MND ?

Fondée en 2004 par le père de l’actuel dirigeant, basée à Alpespace depuis 2006, Montagne et Neige Développement est côtée en bourse depuis 2013. A l’époque, elle avait même reçu le Prix de l’Introduction de NYSE Euronext.

Depuis, elle a énormément grandi. Par croissances externes successives, ce qui lui vaut aujourd’hui endettement net de plus de 59 M€ pour un chiffre d’affaires de 76,4 M€ (sur 2016-2017 ; sur les neuf premiers mois de 2017-2018 ce CA est en progression de 3,3% à périmètre et taux de change constants).

Mais elle a également grandi par croissance organique. Car MND est positionnée sur des marchés porteurs. La société est très active à l’export (dans 49 pays), qui représente plus de 67% des ventes ; notamment en Chine où elle a signé un partenariat avec une société locale et où elle a engrangé d’importants contrats, dont l’aménagement de la station de Snowland, pour 110 M€ et le développement de celle de Wanlong pour 50 M€.

Et elle a aussi commencé à désaisonnaliser son activité : en octobre dernier, via sa filiale LST, elle a été soutenue à hauteur de 4,4 M€ par l’Agence pour la maîtrise de l’énergie (Ademe), pour son projet Cabline 2.0 de transport par câble urbain innovant.

 

Montagne et Neige Développement (MND) est aussi en pointe en ce qui concerne le transport urbain par câble. Crédit photo : MND.

 

Dans un communiqué de janvier, MND expliquait qu’«au 31 décembre 2017, le carnet de commandes total du groupe s’élevait à 164,2 M€, représentant plus de deux années d’activité (sur la base du chiffre d’affaires annuel 2016/2017 de 76,4 M€). (…) Le Groupe confirme donc son objectif de progression soutenue de son chiffre d’affaires en 2017/2018, avec une accélération de la croissance au deuxième semestre par rapport au 1er semestre. L’amélioration de la rentabilité, perceptible au premier semestre malgré la saisonnalité de l’activité, devrait également se faire ressentir plus largement au second semestre, permettant de confirmer la progression attendue des résultats sur l’ensemble de l’exercice.»

Et au moment de boucler son exercice 2016-2017, le groupe confirmait encore son ambition d’atteindre, d’ici 2020, « 150 M€ de chiffre d’affaires, c’est-à-dire un doublement de son activité, et de renouer avec un niveau de rentabilité normatif, avec un résultat opérationnel courant compris entre 8% et 10% du chiffre d’affaires.»

MND compte 375 salariés et a «créé 150 emplois au cours des trois dernières années» a rappelé son pdg lors de l’audience. Et compte en créer une centaine de plus en Savoie dans les années qui viennent (cf. interview ci-dessus).

Au niveau actionnarial, le capital de l’entreprise est détenu à 55% par le public (petits porteurs). Mais le management – et en tout premier lieu Xavier Gallot-Lavallée – détient environ 37% des actions pour plus de 53% des droits de vote.

 

 

A lire aussi, sur MND :

Comment MND réussit à percer sur le marché Chinois ?

 

Interview : Xavier Gallot-Lavallée, pdg de MND

 

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

Numérique :  un centre de données de proximité à Annecy-le-vieux

Numérique : un centre de données de proximité à Annecy-le-vieux

En cours de création, la Société Coopérative d’Intérêt Collectif DRP 74 s’engage dans l’aménagement numérique des territoires avec des data centers reliés à de la fibre optique. Sa première opération est conduite sur le parc d’activité des Glaisins. Inauguré le 20...

Énérgie : Cap Sud se fait une place au soleil

Énérgie : Cap Sud se fait une place au soleil

L'entreprise photovoltaïque de Vaulx-milieu poursuit son développement et possède un siège social 100 % autonome en énergie. Une spécificité unique en france. «Nous avons un compteur EDF mais il n’est même pas branché ! » Sourire au coin des lèvres, Stéphane Gilli...

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 21 septembre 2018

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 21 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Savoie Mont Blanc n°38 du 21 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Consultez votre magazine ECO Savoie Mont Blanc édition 73 : Consultez votre magazine ECO Savoie...

Tourisme : Chamonix joue la carte du bien-être

Tourisme : Chamonix joue la carte du bien-être

Érigé et exploité par le groupe italien QC Terme, le nouveau centre éponyme offre 3000 mètres carrés dédiés aux bains, pour enrichir l’offre touristique. Après deux ans de retard, le centre de bien-être de Chamonix a ouvert ses portes fin août. Situé à proximité du...

Votre magazine L’EXTENSION Automne 2018

Votre magazine L’EXTENSION Automne 2018

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine L'EXTENSION Automne 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte...

Votre magazine ECO Nord Isère du 21 septembre 2018

Votre magazine ECO Nord Isère du 21 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Nord Isère n°38 du 21 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non ? 🙂

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Quand l’archéologie s’enterre dans la précarité

Quand l’archéologie s’enterre dans la précarité

Qui sont les archéologues ? Quelle formation ont-ils suivi ? Qui les emploie et pour quelles missions ? Combien sont-ils payés ? Creusement du sujet à l'occasion d'un chantier d'intérêt régional à Metz-Tessy (Haute-Savoie). Ce ne sont ni des stagiaires, ni des...

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

La pénurie de logements à Genève provoque un exode de la population vers la France voisine et le canton de Vaud, selon une nouvelle étude du Crédit Suisse. Cette situation engendre des problèmes croissants en termes de trafic automobile. La vitalité de l’économie...

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Bertrand Barré, PDG du groupe Zebra et conférencier à ses heures perdues, était l’invité de la soirée DCF pays de l’Ain, le 13 septembre. Ancien joueur de basketball de haut niveau, Bertrand Barré a créé sa première agence de design produit en 1986, à l’âge de 22 ans. Aujourd’hui, il dirige le groupe Zebra, situé à Lyon et employant une cinquantaine de personnes. Une agence référente en matière de design industriel. « Pourtant, il y a trente ans, je doutais que c’était le bon moment pour me lancer, se souvient Bertrand Barré. Disons que j’ai perdu beaucoup de temps à expliquer ce que signifiait le mot design. Car si on ne sait absolument pas l’utiliser en français, employé à tort comme un adjectif, en anglais le mot design est un verbe qui se traduit par concevoir. Et cela change tout.» Le président directeur général du groupe Zebra animait la conférence des DCF Pays de l’Ain le 13 septembre, au centre d’affaires de Bourg-en-Bresse, dans les locaux du Crédit Agricole. D’après Bertrand Barré, si la période 1880-1980 a été profondément marquée par l’essor important de l’ingénierie, le progrès technologique semble en être à ses limites, ces dernières années. « L’ingénierie seule n’est plus la clé, mais le design et l’activité conceptuelle (design thinking en anglais) doivent définir les stratégies des entreprises. » Bousculer les méthodes traditionnelles Une vision entrepreneuriale largement mise en application au sein du groupe Zebra. L’agence de design a tout simplement conçu la brosse à dents à ventouse en 1993 (brevet déposé), à partir de l’observation des habitudes de consommation. « Nous sommes partis du constat que le brossage des dents était une pratique liée à l’hygiène, retrace Bertrand Barré. Nous avons réfléchi à améliorer cette hygiène et au moyen de rendre cet apprentissage dentaire, ludique pour les plus jeunes. » De la même manière, au summum de l’innovation, le groupe Zebra collabore avec l’équipementier de tennis Babolat depuis 25 ans. Ensemble, ils ont conçu la raquette de Rafael Nadal. D’après Bertrand Barré, ces innovations ne peuvent survenir que si l’on admet « les limites des méthodes traditionnelles de marketing et de conception. On travaille extrêmement bien mais on ne produit plus de valeur, poursuit-il. Preuve en est, par exemple, avec les aspirateurs, peu ou prou identiques, vendus par les grandes marques. Il faut remettre en cause les systèmes et oser le changement de paradigme : les entreprises doivent redevenir créatrices ». Si celles-ci sont censées innover pour rester en vie, Bertrand Barré souligne leur incapacité à se lancer réellement. « L’innovation est devenue capitale, or personne ne le fait, constate le PDG du groupe Zebra. Pourquoi Sony, leader mondial de la musique nomade n’a-t-il pas inventé l’Ipod ? Pourquoi Michelin n’a-t-il pas conçu Waze ? Pourquoi aucun des constructeurs automobiles n’a-t-il imaginé Tesla ? » Des questions aux réponses bien mystérieuses. Selon Bertrand Barré, les blocages de pensée empêchent de se projeter vers une démarche innovante. « À l’heure actuelle, un salarié qui apporte une idée nouvelle […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

MND – Xavier Gallot-Lavallée : « Nous ne sommes reconnus coupables de rien !»3.9 (78%) 10 votes Le pdg de Montagne et Neige développement s’exprime sur la procédure diligentée par l’AMF, l’Autorité des marchés financiers (lire notre article dans Eco Savoie Mont Blanc du 6 avril). Il répond point par point aux mises en cause, souligne la bonne marche de son entreprise et maintien le projet d’augmentation de capital. Interview sans langue de bois. L’AMF délivre son visa à votre projet d’augmentation de capital le 28 mars et vous convoque à une audience de la commission des sanctions le 5 avril. Comment expliquez-vous cette concordance de dates? Je ne l’explique pas, je la constate. Depuis 2016, date du début de l’enquête de l’AMF, nous étions dans une phase d’échanges écrits et oraux, mais dans un cadre confidentiel. Et là, nous sommes convoqués à une audience publique. Nous regrettons ce caractère public à ce stade du dossier. L’enquête de l’AMF a été ouverte il y a plus de deux ans. Et la procédure d’instruction de notre dossier d’augmentation de capital par cette même AMF a duré près de deux mois et demi. Alors oui c’est un peu étrange ce télescopage de calendrier. Tout comme l’est, à mes yeux, la position du rapporteur. D’un côté, elle demande à la commission de faire preuve de clémence et, de l’autre, elle requiert des amendes très importantes ! C’est un peu rocambolesque.   Vous contestez les faits reprochés? Oui et nous nous expliquons en détail dans notre communiqué. Nous avons répondu point par point. Et j’insiste tout de même pour rappeler qu’il ne s’agissait que d’une audience et qu’en l’état actuel des choses nous ne sommes reconnus coupable de rien !   Lors de cette audience, le rapporteur a, semble-t-il, aussi pointé la responsabilité de vos conseils. Vous n’avez pas été bien accompagnés? Je n’ai pas pour habitude de me défausser. Nous avons choisi nos conseils et nous avons fait des choix. Alors l’entreprise assume. Nous n’allons pas tenter de nous cacher en prétextant un défaut de conseil. Je le répète : nous avons répondu point par point aux éléments reprochés en apportant des éléments tangibles. Et nous avons respecté l’ensemble des réglementations en vigueur.   Le communiqué publié par l’entreprise le 5 avril en fin d’après-midi est à télécharger ICI et ICI Vous êtes donc sereins dans l’attente de la décision de la commission des sanctions? En tout cas je suis serein quant aux réponses apportées. Maintenant nous ne pouvons qu’attendre. Ce que je peux dire c’est qu’avec l’entreprise nous défendrons avec conviction l’image du groupe et de ses dirigeants, si besoin devant la Cour d’appel de Paris, comme la procédure en prévoit la possibilité.   Le rapporteur a demandé la « clémence » pour la majorité des faits. Mais a visiblement été plus sévère sur les courriels supprimés. Comment peut-on faire disparaître par erreur 38 000 courriers électroniques? Mais aucun message n’a été supprimé ! Je déments formellement cette accusation ! Pour des […]
This category can only be viewed by members.

Immobilier : réinventer l’offre pour les entreprises

Immobilier : réinventer l’offre pour les entreprises4 (80%) 1 vote Malgré un marché dynamique, une véritable pénurie de locaux se profile sur des territoires attractifs et le manque de foncier pénalise le développement des programmes neufs. Avec une demande en hausse et un marché en progression, l’horizon du marché de l’immobilier d’entreprise semble dégagé en 2018 : 25,9 milliards d’euros ont été investis en France en 2017, un volume d’investissement qui n’enregistre qu’une baisse lége re (-1 %) par rapport au montant record de 2016, selon le cabinet Nexity. La France profite ainsi, comme ses voisins, de l’amélioration de la conjoncture européenne et mondiale. Le marché des bureaux se taille la part du lion, avec 72 % des volumes investis, tandis que les commerces perdent du terrain, même si ce marché est porté par une amélioration de la conjoncture économique française, de la confiance des ménages et la reprise de la fréquentation touristique. Selon une étude menée par le groupe de conseil Knight Frank, le marché de l’immobilier d’entreprise s’est poursuivi dans la même dynamique au premier trimestre 2018 avec pre s de 3,7 milliards d’euros investis en France. Même si les grandes opérations ont pour beaucoup été réalisées en Ile-de- France (2,4 Mds d’euros y ont été investis en bureaux depuis janvier, dont 67 % sur des opérations supérieures à 100 millions), le marché en régions connaît la même évolution avec quelques transactions significatives. L’agglomération lyonnaise demeure le deuxième marché en immobilier d’entreprise, avec 270 000 mètres carrés placés à l’occasion de 600 transactions, selon les chiffres de BNP Paribas Real Estate. Certes, la capitale des Gaules a connu une année 2017 moins exceptionnelle que la précédente, mais ces résultats confirment son dynamisme et son pouvoir d’attraction. Toutefois, comme le souligne Nexity, le volume d’investissement plafonne autour de 26 milliards d’euros, à cause de la rareté des produits disponibles sur le marché. L’offre en stock est vieillissante, voire obsolète, tandis que le foncier se fait rare dans les zones attractives, ce qui limite le lancement de programmes neufs. Un foncier dégradé à reconquérir Cette tendance présente des risques pour l’activité économique des territoires concernés, comme la Haute- Savoie : les entreprises locales renoncent à s’agrandir pour se développer ou vont s’implanter ailleurs, tandis que les entreprises exogènes choisissent de s’installer dans des zones où la pression foncière est moins forte. « Dans les métropoles, on voit se multiplier les opérations de construction en blanc : les programmes sont lancés sans même que l’utilisateur final soit connu », explique Jean-François Berthier, directeur associé Axite CBRE et responsable de l’agence d’Annecy. « L’État a pris des dispositions législatives pour réduire la consommation des espaces naturels et agricoles due à l’étalement urbain, rappelle Sybille Thirion, directrice du Centre d’échanges et de ressources foncières (Cerf) Auvergne-Rhône-Alpes qui contribue au programme IDfriches. Le développement urbain et économique ne peut donc se faire que dans les espaces existants, d’où la nécessité pour les collectivités de récupérer le foncier dégradé que représentent les friches industrielles et d’activité, et […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d'aide ? → digital@groupe-ecomedia.com