La station de la Haute-Tarentaise fait parler d’elle. Tout d’abord, avec l’inauguration dernièrement des nouvelles rames du funiculaire… et l’ouverture de La Folie Douce à Arc 1800.

2019 sera une année d’investissements pour les Arcs. La station a entièrement rénové les rames de son funiculaire, dont l’installation remonte à 1989… avec un accès direct aux quais de gare. « Une exclusivité française à l’époque », se souvient Michel Giraudy, le maire de la commune Bourg-Saint-Maurice – Les Arcs, rappelant « Elle est la seule station en France à être connectée à une gare TGV via le funiculaire. De même, c’est le seul ascenseur valléen reliant un bourg aux pistes ». Même si le tout premier téléphérique reliant Bourg-Saint-Maurice à Arc 1600 date de 1974.

Le funiculaire reliant Bourg-Saint-Maurice à Arc 1600 fait peau neuve

Ces dernières années, l’équipement a bénéficié d’importantes rénovations : réhabilitation du funiculaire (2011), changement du câble porteur (2015), rénovation de la passerelle (2016), agencement de la gare routière à Arc 1600 (2018), Avec, dernière en date, la mise en circulation de nouvelles rames, définitivement plus éco-responsables, et le réaménagement de la gare de départ du funiculaire. Et ce, à une période où l’on prône la mobilité douce en montagne.

L’appareil, 100 % électrique construit par Poma, présente désormais de nouvelles rames panoramiques, au look design, avec toit et façades entièrement vitrés. Pour rendre le voyage plus ludique encore – 7 minutes seulement pour rejoindre Arc 1600 (800 mètres de dénivelée) -, un pupitre de commande a été installé à l’avant du véhicule pour que les enfants aient la sensation d’être aux manettes du véhicule. Mais ce n’est pas tout. Le débit a été porté à 1 500 personnes /heure, soit au total 600 000 passages par an (hiver et été). Cet investissement s’élève à 8,6 millions d’euros : 7,2 millions pour les rames du funiculaire et 1,4 million pour la rénovation de la gare de départ, portés par la commune, qui a reçu une aide de 2,1 millions de la Région (conformément au 4e volet de son plan Montagne, en lien avec les projets au service de la mobilité durable dans les territoires). La société des remontés mécaniques ADS (filiale de la Compagnie des Alpes) qui en assure l’exploitation a investi, de son côté, 250 000 euros pour moderniser le point de vente des forfaits implanté dans la gare.

La Folie Douce débarque aux Arcs

Le parti-pris de La Petite Cuisine : des plats généreux à découvrir mode « snack branché ». On y accède à pied depuis la télécabine des Villards ou à ski @HIGHSCREAM

Plus haut, à Arc 1800, c’est la Folie Douce qui vient d’ouvrir ses portes en lieu et place du Lodge au coeur de l’espace Mille8, inaugurée par un chapelet d’élus locaux et régionaux. Dernier opus de la famille Reversade (et aux mains de la famille uniquement), après la création du premier concept en 2007 mixant restauration et clubbing à Val d’Isère, l’établissement intégrant trois restaurants (La Fruitière, La Petite Cuisine et Le Butcher) est tenu par les deux fils de Luc Reversade, Artur et César.

Luc Reversade et sa femme Corinne, entourée de leurs deux fils Arthur et César @Patricia Rey

Avec aux fourneaux, le chef exécutif Franck Mischler. Folie Douce oblige, le clubbing est ouvert tous les jours, de 15h à 17h, sur fond de show à ciel ouvert orchestré par la troupe du chorégraphe Sergey Novikov et musique électro… pour terminer la journée de ski (ou pas) en dansant, juste avant la fermeture des pistes.

Le restaurant La Fruitière propose une cuisine gastronomique et inventive, faisant la part belle aux produits locaux dans un décor original @HIGH SCREAM

Par Patricia Rey