Polymeris, une première année prometteuse

par | 1 Juil 2021

Créé en décembre 2020  de la fusion de Plastipolis et d’Elastopôle, l’unique pôle de compétitivité français dédié aux caoutchoucs, plastiques et composites, est sur les bons rails.

« Quand j’ai pris la présidence, j’avais quelques doutes. La fusion pouvait laisser croire qu’on aurait quelques moments de tension, mais non, tout le monde est arrivé motivé, avec une vraie volonté de développer Polymeris. La seule chose qu’on puisse se souhaiter, c’est que cette dynamique s’accélère encore pour les mois et années à venir. » Joël Viry, premier président de Polymeris, est heureux de voir la tournure qu’a prise la fusion, surtout quand on sait qu’elle a coïncidé avec la crise sanitaire et toutes les difficultés d’organisation inhérentes. Rappelons que Polymeris est le nouveau pôle de compétitivité qui réunit les compétences, l’expérience et les moyens d’Elastopôle et de Plastipolis. Dans le cadre de cette fusion, ils forment désormais l’unique pôle de compétitivité dédié aux caoutchoucs, plastiques et composites. Polymeris fonctionne comme « une usine à projets pour accompagner la croissance des entreprises du secteur et répondre à leurs enjeux de mutations écologiques et économiques ». Ses activités s’articulent autour de deux grands axes : l’économie circulaire et l’industrie du futur.

Conseil d’administration resserré

Polymeris propose aussi des services à tous les industriels pour faire émerger de nouveaux projets de R & D, susciter et promouvoir l’innovation et se développer à l’international. Il possède ses établissements principaux à Bellignat (01), Orléans (45) ainsi qu’à Charbonnières-les-Bains (69) dans le cadre du nouveau Campus Région du numérique Auvergne-Rhône-Alpes. C’est d’ailleurs de ce dernier endroit que le conseil d’administration a convié, mercredi 23 juin, tous les adhérents à l’assemblée générale du pôle pour suivre par visioconférence le rapport moral et financier sur l’activité, les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2020, le rapport du commissaire aux comptes et le renouvellement de mandats d’administrateur. Une assemblée générale des plus classiques en apparence, mais qui est le résultat de nombreuses heures de mise en place, ne serait-ce que pour monter un conseil d’administration entamé de 20 membres, passant de 60 à 40. En outre, une quarantaine d’adhérents sont venus rejoindre l’organisation. Notons que Polymeris assure sa liberté d’action grâce à 55 % de financements privés et une logique de financement par projet. Bref, tous ses clignotants sont au vert…


«Polymeris est devenu une réalité »

Jacques Vuillermoz, directeur

« Polymeris est devenu une réalité, on s’en félicite. Cela s’est en partie réalisé grâce au travail de communication et d’explication du nouveau pôle avec le nouveau site. Depuis début décembre, l’équipe, d’une vingtaine de personnes avec des compétences reconnues, est à pied d’œuvre pour travailler ce nouveau cadre. Pour 2020 et 2021, on est amené à faire des états encore séparés entre Elastopole et Plastipolis, compte tenu des contrats et engagements qu’on avait, en particulier avec l’État. En Auvergne-Rhône-Alpes, nous avons plus de 230 adhérents actifs, plus de 25 projets en cours, régionaux et multirégionaux, et, selon les thématiques, dans une logique nationale. »


Eliséo Mucciante

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Thermes de Marlioz : 200 ans de bienfaits à la source

À Aix-les-Bains, les thermes de Marlioz vont entamer leur cure de jouvence, tandis que le forage d’une nouvelle source, Hygie, assurera la pérennité de l’activité thermale. Retour sur deux siècles d’histoire. Ce sera une rénovation en grand et dans les règles de...

LIRE LA SUITE

L’énergie au centre des préoccupations

La flambée du coût de l'énergie est devenue un sujet brûlant pour les entreprises et les collectivités à qui l'État demande de consommer moins. Fin août, le prix de gros de l’électricité battait un record en France en atteignant 1 000 euros le mégawattheure (MWh),...

LIRE LA SUITE

Publicité