La Région alloue 750 000 euros à l’hébergement touristique

Parce que le tourisme est un secteur attractif qui rapporte, la Région en fait une priorité régionale. Des dispositifs sont mis en place pour soutenir l’hébergement, gagner en qualité et répondre aux attentes des clientèles.

Deuxième région touristique de France, Auvergne-Rhône-Alpes compte sur son territoire 3,3 millions de lits touristiques et enregistre 180 millions de nuitées. Pour favoriser cette manne et renforcer l’attractivité de ce secteur, la Région a voté le 27 mars un budget de 750 000 euros en faveur de l’hébergement touristique. Sachant que ce secteur, pivot du tourisme, génère en Auvergne-Rhône-Alpes 80 % des investissements touristiques, soit 1,2 milliard d’euros. Il est le premier poste de dépenses du secteur, et aussi le principal pourvoyeur d’emplois de l’économie touristique.

Quatre leviers de compétitivité

Cette enveloppe qui verra le jour sous forme de subventions a pour objectif clairement affiché de soutenir l’investissement et ainsi permettre aux établissements de monter en gamme et de gagner en qualité pour répondre aux demandes des clientèles.

Pour Nicolas Daragon, vice-président en charge du tourisme et du thermalisme à la Région, il est essentiel d’agir sur quatre leviers. À commencer par l’ingénierie, afin de sécuriser les projets et encourager les hébergeurs à avoir une vision stratégique à moyen et long terme. Autre levier, les aides à l’investissement pour développer une offre d’hébergement qui soit en adéquation avec les attentes des clientèles, et accroitre sa compétitivité. Mais aussi la professionnalisation pour améliorer la performance des entreprises et leur permettre de s’adapter à l’environnement. Et enfin, la commercialisation et la promotion afin d’inciter les hébergeurs à être actifs dans leur démarche.

Les hébergements collectifs (centres de vacances, auberges de jeunesse, villages de vacances, maisons familiales de vacances, gîtes de gourpes…), refuges de montagne, hôtels indépendants, hôtellerie de plein air (campings, parcs résidentiels de loisirs) et hébergements hybrides pourront prétendre à ces aides.

Signature d’un partenariat avec la Haute-Savoie

Toujours en matière de tourisme, la Région signera, le 5 avril, une convention de partenariat avec le département de la Haute-Savoie pour une durée de trois ans (la Savoie devrait être aussi concernée d’ici fin avril). Les deux collectivités affichent leur volonté de faire converger leurs politiques touristiques. Dans cette logique,  les « thématiques d’excellence » comme les activités de pleine nature, le tourisme itinérant et les grandes randonnées, la diversification des stations de montagne, le thermalisme et la pleine santé ou encore la gastronomie et l’oenologie ; les » thématiques transversales » (hébergement, professionnalisation…) ainsi que les « grands sites » pourront par conséquent faire l’objet de financements partagés.

Plus largement, cette démarche traduit la volonté de la Région et du département de travailler ensemble à la création de projets structurants visant à favoriser l’attractivité et la notoriété touristique. Et au-delà à créer de la richesse et des emplois sur le territoire.

Aiguille du Midi et le mont Blanc ©SavoieMontBlanc-Vuano

Chiffres clés du tourisme en Haute-Savoie

  • 1ere destination montagne estivale de France et 2e destination mondiale des sports d’hiver
  • 22 881 emplois touristiques dans le secteur privé (soit 11 % de l’emploi total salarié privé de la Région)
  • 562 millions d’euros investis en 2015 (31 % des investissements touristiques de la Région)
  • 1,9 milliard d’euros de retombées des domaines skiables (10 % du PIB départemental – hiver 2011/12)
  • 47 stations de sport d’hiver
  • 3 villes thermales
  • 6 sites touristiques générant plus de 100 000 entrées

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.