Le groupe hôtelier basé à Chamonix, propriétaire de six établissements en Savoie Mont Blanc, surfe sur la vague du digital et se veut « ultra-connecté » pour séduire la clientèle française et étrangère.


HÔTELLERIE. Cet hiver encore, Temmos (groupe Algonquin) met les petits plats dans les grands et investit. À Chamonix, il vient d’entamer la rénovation du Refuge des Aiglons (ex-hôtel Les Aiglons), racheté en 2007 à Mont-Blanc tourisme. Très « branché », cet établissement s’inscrit dorénavant dans la lignée des nouveaux hostels 2.0. Suite à la réfection cet automne des 107 chambres dans un esprit « refuge contemporain » (version 4 étoiles), les communs seront transformés en un vaste et unique espace accueillant différentes zones de vie avec au beau milieu du lobby, un bar XXL. «La décoration a été confiée à l’architecte Oscar Ono, du cabinet Maison numéro 20, qui débutera les travaux en septembre prochain», ajoute tout sourire Éric Baptista, le directeur général du groupe Temmos depuis mai 2015.

Pour ce spécialiste de l’hôtellerie, qui a occupé différents postes de manager et de conseil, «Aujourd’hui, les clients qui viennent en stations de sports d’hiver veulent vivre la montagne et des expériences».

Dans cette mouvance, le groupe hôtelier a mis en place quatre offres packagées, sur trois ou six jours, axées sur le sport, le bien-être et la cuisine, avec cerise sur le gâteau, une formule tout compris. Avec, l’idée toujours plus prégnante, de simplifier la vie des vacanciers. Jusqu’au ski shop intégré.

«Celui des Aiglons est un magasin Skiset mais notre volonté est de travailler avec tous les partenaires dans les stations (leurs, écoles de ski…) où nous sommes présents pour favoriser l’économie de la montagne, et ainsi apporter à la clientèle un large choix», poursuit le dirigeant.

Il mise aussi sur la qualité de services, grâce à la fidélisation des équipes (des permanents et saisonniers qui reviennent pour la plupart d’une année sur l’autre). Au global, l’investissement s’élèvera à 2,5 millions d’euros.

Montée en gamme

Parallèlement, les autres établissements du groupe montent en gamme. C’est le cas du Mercure Les Bossons, situé à l’entrée de Chamonix. Outre les 89 chambres et salles-de-bain entièrement relookées, l’hôtel arborera une nouvelle façade pour gagner en performance énergétique. Une opération estimée à 1,4 million d’euros.

Selon Éric Baptista, «ces investissements sont nécessaires pour que les établissements soient conformes aux standards et continuent de séduire». Et le directeur général de rappeler que le groupe investit chaque année plus de 4 % de son chiffre d’affaires dans leur modernisation. D’autant que Temmos s’est positionné sur le marché du tourisme d’affaires, en développant l’activité séminaire et incentive. L’année dernière, pourtant impactée par un hiver tardif, le Refuge des Aiglons a enregistré un taux d’occupation de 75 %. Même constat au Morgane où il affichait 78 %, «alors que bon nombre d’hôteliers enregistraient une baisse d’activité», fait remarquer le dirigeant.

En 2016, Temmos réalise un chiffre d’affaires de 22 millions d’euros, en progression de 4 % à périmètre constant, et emploie jusqu’à 400 salariés au plus fort de la saison. Le groupe vise une croissance de 5,5 % l’an prochain.

 

Les six hôtels du groupe Temmos

  • Trois hôtels 4* à Chamonix (Le Refuge des Aiglons, le Morgane et le Mercure Les Bossons)
  • Deux hôtels 4* aux Menuires (chalet-hôtel Le Kaya, Les Bruyères)
  • Un hôtel 3* à Arc 1800 (Le Golf)

 

Pour rappel : Temmos a comme actionnaire majoritaire Algonquin (président : Jean-Philippe Chomette), investisseur et gestionnaire à la tête de 41 actifs en Europe, soit plus de 7 100 chambres, représentant une valeur d’actifs de 1,3 milliard d’euros. La moitié de ces hôtels sont indépendants ou franchisés auprès de chaines internationales ; les autres sont exploités par de grands opérateurs hôteliers.