Villa Caroline pour une retraite zen

par | 15 Avr 2022

À Duingt, un couple d’investisseurs privés a bâti un hôtel orienté vers le bien-être et la déconnexion. Il cible une clientèle locale et internationale, particuliers mais aussi entreprises.

C’est au retour d’un jeun en Suisse, que Caroline Chenal et Grégory Girard, couple à la ville et associés dans cette affaire, décident de créer un hôtel qui soit en phase avec leur philosophie de vie et leurs attentes. De cette quête, naîtra Villa Caroline, un hôtel réservé au bien-être et au ressourcement.

Un investissement de 10 millions

Ils identifient les bords du lac d’Annecy comme étant le lieu idéal pour conceptualiser leur projet et dénichent un terrain 4 000 mètres carrés à Duingt, les pieds dans l’eau. Pour la construction et la décoration, ils décident de faire appel au cabinet d’architectes Geronimo à Saint-Pierre-en-Faucigny et recourent à des matériaux écologiques. Quatorze mois plus tard, après d’importants travaux de déboisement et de terrassement réalisés par des entreprises locales, l’établissement ouvre ses portes sur 2 000 mètres carrés. A l’intérieur, 18 chambres, un restaurant, un spa et une salle de fitness dans un décor design épuré invitent à la déconnexion (ici les portables, le wi-fi et la TV sont proscrits). « Avec la proximité du lac, nous n’avons pas voulu faire de piscine, ce qui aurait été une hérésie », soutient Caroline Chenal, à la tête de deux agences immobilières familiales à Courchevel, soutenue par son mari Grégory Girard, dirigeant du cabinet de gestion de patrimoine Mont Blanc Kapital à Annecy. Montant de l’opération : 10 millions d’euros, dont 1,7 million pour le foncier, financés en fonds propres et en dettes bancaires.

Une clientèle internationale

La clientèle y vient pour suivre une cure detox ou tout simplement se ressourcer dans un établissement haut de gamme, loin du bling-bling. « À l’ouverture nous avions surtout des Annéciens qui venaient se restaurer ou faire un massage, mais ces derniers mois, nous accueillons beaucoup de Lyonnais, Parisiens mais aussi des Suisses, et dans une moindre mesure des Britanniques et des Belges venus le temps d’un week-end », explique la propriétaire.

Le lieu attire aussi des séminaires d’entreprise de 40 personnes, principalement des PME et start-ups orientées communication et innovation. Outre le restaurant de 40 couverts où l’on sert une cuisine bio et de saison et le spa ouverts à la clientèle extérieure, l’hôtel propose quotidiennement des activités de bien-être et des cours de cuisine. Des conférences, notamment sur le stress (très appréciées), sont animées par des médecins et naturopathes.


Patricia Rey

©Florian Peallat


0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Jeu Change mise sur le réemploi

Après avoir travaillé dans l’industrie du jouet, Juliette Maquaire lance Jeu Change, en avril dernier, une plateforme de jeux et jouets reconditionnés pour les particuliers. Son constat : 70 à 80 % des jeux et jouets, principalement fabriqués en Asie, ont une durée...

LIRE LA SUITE

Extension collège Péron © Département de l'Ain

Les collèges de l’Ain face au défi énergétique

Pour maîtriser la hausse des coûts de l’énergie, le Département affine sa stratégie dans la rénovation de ses établissements. « Nous travaillons sur le nouveau Plan collèges qui couvrira la période 2024-2030 : différents scenarii sont étudiés en associant les...

LIRE LA SUITE

20 ans Mécabourg

Le bel âge de Mécabourg

Le groupement des entreprises de la métallurgie fête ses 20 ans, mais préfère regarder devant. « Au départ, nous étions 13 entreprises, dont six au bureau. Les projets sont allés au-delà de ce que l’on pouvait espérer », a relevé Philippe Padet. « L’état...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest