Zag file tout schuss

Zag file tout schuss
4.8 (96.67%) 6 votes

À Chamonix, la marque de skis emblématique se restructure et ambitionne de passer la vitesse supérieure. À grand renfort d’innovations, de partenariats et de projets.

La marque de skis implantée à Chamonix (mais née à Bourg Saint-Maurice) connait d’importantes évolutions. Tout d’abord au sein de la direction avec la nomination il y a six mois de Caroline de Wailly. Cette dernière, qui occupait jusqu’alors le poste de responsable commerciale et marketing, a été promue Pdg de la PME par les deux actionnaires majoritaires (deux hommes d’affaires basés à Genève et à New-York qui souhaitent garder l’anonymat, Ndlr).

Caroline de Wailly, CEO de Zag, conserve aussi la direction marketing et commerciale de la marque (dont elle est aussi actionnaire). Avant d’intégrer l’entreprise en 2015, elle a occupé des fonctions similaires dans de grands groupes (Coca Cola, Go Sport et Seb). Crédit photo Zag.

L’entreprise se restructure et recrute

Dans la foulée, Zag, qui compte désormais 13 salariés, a recruté quatre personnes à des postes clé : un directeur finance et RH, un responsable événementiel et promotion des ventes, un community manager et un responsable de magasin (concept store Zag à Chamonix).

“L’entreprise a renforcé son back office et fonctionne désormais par département pour répondre à la forte croissance enregistrée ces deux dernières années, et ainsi optimiser son taux de service”, confirme Caroline de Wailly qui a, par ailleurs, souhaité valoriser l’équipe en la faisant monter en compétence.

Toujours inscrite dans cette dynamique et déterminée à “passer un cap”, l’entreprise a opéré récemment une levée de fonds de plusieurs centaines de milliers d’euros, sans toutefois en donner le montant exact. Avec le soutien des banques et de Bpifrance.

Objectif : passer le cap des 2 millions d’euros

En 2017, Zag mise sur une croissance de 30 % et de passer le seuil des 2 millions d’euros de chiffre d’affaires, après avoir enregistré une hausse de 25 % l’an dernier.

“Cette progression est principalement liée au développement de la marque à l’international et à la restructuration de l’offre sur le marché français”, explique Caroline de Wailly, précisant que “la part à l’export  atteint désormais 30 %, à destination de l’arc alpin – Suisse, Allemagne, Autriche – et prochainement du Royaume-Uni et des Pays nordiques”.

Sont aussi à prendre en compte les ventes sur internet qui ont augmenté grâce à l’évolution du site et la mise en ligne d’offres exclusives, à l’instar de Design it yourself (lire plus loin), “pour ne pas cannibaliser les shops”, souligne-t-elle.

Côté skis, Zag poursuit ses innovations. Parmi lesquelles, les deux modèles phares : le H-95, le ski le plus vendu sur le segment all mountain, et l’Ubac sur le marché de la freerando. “Les skis freeride représentent actuellement 45 % des ventes, et les freerando 55 %”, détaille la dirigeante. Des skis destinés aux skieurs experts et réputés pour leur haute technicité et leur graphisme au design innovant. Et pour être encore plus réactive, et en phase avec son positionnement, la marque a installé son ZAG Lab à Chamonix il y a deux ans. L’antre de Bastien Saillard, le directeur R&D, qui réalise avec son équipe en moyenne trois à cinq prototypes avant de lancer le ski en production.

“Nous sommes positionnés haut de gamme et fabriquons des skis très performants, considérés comme avant-gardistes dans les shapes comme dans les matériaux”, se félicite Caroline de Wailly, qui rappelle que les matériaux utilisés, très high tech, proviennent d’Europe, et essentiellement d’Allemagne et d’Autriche.

Forte de son succès, Zag prévoit de vendre plus de 10 000 paires d’ici deux ans. Cette année, la marque a étoffé son réseau d’une vingtaine de points de vente, portant le nombre à 100 dans l’Hexagone, et à 150 dans le monde.

La collection 2017-2018

ZAGreen, une démarche 100 % écoresponsable

Impliquée, Zag a lancé à Ispo 2017 son programme ZAGreen. Une démarche globale initiée par le fabricant de ski haut-savoyard pour réduire son empreinte sur l’environnement. “Nous voulons lutter contre le réchauffement climatique et préserver notre terrain de jeu”, ambitionne clairement la dirigeante. Elle inclut ses partenaires et fournisseurs. Mais pas seulement. La fabrication de skis est aussi concernée, “avec dans l’idée de tendre vers des skis écoconçus”, réalisés à partir de composants, résines et matériaux recyclés.

Crédit photo Zag

Des partenariats “éthiques”

En parallèle, Zag a signé deux partenariats avec des marques engagées. Exemple fort avec la marque de vêtements éthiques Haglöfs. “Nous partageons la même approche environnementale et la même passion pour notre métier”, souligne au passage Caroline de Wailly, qui promet de belles surprises en 2018. Peut-être la création d’une première collection de textiles rando et freerando ? À suivre…

Cet hiver verra aussi le lancement d’une paire de lunettes de glacier (avec coques amovibles) en édition limitée… le résultat de sa collaboration avec Izipizi, co-créée par Quentin Couturier. En contre partie, la marque de lunettes lifestyle qui possède une boutique en propre à Paris et une sélection de corners premiums (dont le Bon Marché) arborera un ski Zag créé spécialement pour elle, en édition limitée lui aussi. Il sera également vendu dans les dix plus beaux shops Zag en montagne.

 

Personnalisez vos skis avec “Design it yourself”

Pour designer vos skis, rien de plus simple. Il suffit de se rendre sur le site zagskis.com, et de choisir parmi les trois modèles proposés : le H-88, le S-104 et le S-104 lady . Grâce à ce module de personnalisation, vous pourrez choisir les couleurs de vos skis, des spatules, du logo… et même le signer ! Quant au décor, la “marque de fabrique” de Zag, impossible d’y toucher.

 

L’équipe Zag au complet. Crédit photo Zag.

 

1 Comment

  1. BORDE Pascal

    En vous lisant, je commence à regretter d’avoir acheter à la concurrence!

    Félicitations pour vos engagements.

    Réponse

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

Qui sont les archéologues ? Quelle formation ont-ils suivi ? Qui les emploie et pour quelles missions ? Combien sont-ils payés ? Creusement du sujet à l'occasion d'un chantier d'intérêt régional à Metz-Tessy (Haute-Savoie). Ce ne sont ni des stagiaires, ni des...

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

La pénurie de logements à Genève provoque un exode de la population vers la France voisine et le canton de Vaud, selon une nouvelle étude du Crédit Suisse. Cette situation engendre des problèmes croissants en termes de trafic automobile. La vitalité de l’économie...

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Bertrand Barré, PDG du groupe Zebra et conférencier à ses heures perdues, était l’invité de la soirée DCF pays de l’Ain, le 13 septembre. Ancien joueur de basketball de haut niveau, Bertrand Barré a créé sa première agence de design produit en 1986, à l’âge de 22 ans. Aujourd’hui, il dirige le groupe Zebra, situé à Lyon et employant une cinquantaine de personnes. Une agence référente en matière de design industriel. « Pourtant, il y a trente ans, je doutais que c’était le bon moment pour me lancer, se souvient Bertrand Barré. Disons que j’ai perdu beaucoup de temps à expliquer ce que signifiait le mot design. Car si on ne sait absolument pas l’utiliser en français, employé à tort comme un adjectif, en anglais le mot design est un verbe qui se traduit par concevoir. Et cela change tout.» Le président directeur général du groupe Zebra animait la conférence des DCF Pays de l’Ain le 13 septembre, au centre d’affaires de Bourg-en-Bresse, dans les locaux du Crédit Agricole. D’après Bertrand Barré, si la période 1880-1980 a été profondément marquée par l’essor important de l’ingénierie, le progrès technologique semble en être à ses limites, ces dernières années. « L’ingénierie seule n’est plus la clé, mais le design et l’activité conceptuelle (design thinking en anglais) doivent définir les stratégies des entreprises. » Bousculer les méthodes traditionnelles Une vision entrepreneuriale largement mise en application au sein du groupe Zebra. L’agence de design a tout simplement conçu la brosse à dents à ventouse en 1993 (brevet déposé), à partir de l’observation des habitudes de consommation. « Nous sommes partis du constat que le brossage des dents était une pratique liée à l’hygiène, retrace Bertrand Barré. Nous avons réfléchi à améliorer cette hygiène et au moyen de rendre cet apprentissage dentaire, ludique pour les plus jeunes. » De la même manière, au summum de l’innovation, le groupe Zebra collabore avec l’équipementier de tennis Babolat depuis 25 ans. Ensemble, ils ont conçu la raquette de Rafael Nadal. D’après Bertrand Barré, ces innovations ne peuvent survenir que si l’on admet « les limites des méthodes traditionnelles de marketing et de conception. On travaille extrêmement bien mais on ne produit plus de valeur, poursuit-il. Preuve en est, par exemple, avec les aspirateurs, peu ou prou identiques, vendus par les grandes marques. Il faut remettre en cause les systèmes et oser le changement de paradigme : les entreprises doivent redevenir créatrices ». Si celles-ci sont censées innover pour rester en vie, Bertrand Barré souligne leur incapacité à se lancer réellement. « L’innovation est devenue capitale, or personne ne le fait, constate le PDG du groupe Zebra. Pourquoi Sony, leader mondial de la musique nomade n’a-t-il pas inventé l’Ipod ? Pourquoi Michelin n’a-t-il pas conçu Waze ? Pourquoi aucun des constructeurs automobiles n’a-t-il imaginé Tesla ? » Des questions aux réponses bien mystérieuses. Selon Bertrand Barré, les blocages de pensée empêchent de se projeter vers une démarche innovante. « À l’heure actuelle, un salarié qui apporte une idée nouvelle […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

Quand le Président Emmanuel Macron se prend pour un conseiller Pôle Emploi, cela passe mal dans l'opinion. Dans son édito, Myriam Denis en analyse les raisons. « Vous faites une rue, là, vous allez à Montparnasse par exemple, vous faites la rue avec tous les cafés et...

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez votre magazine Eco de l’Ain n°12199 du 20 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non ? 🙂

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Partenariat MIND / Le travail

Partenariat MIND / Le travail

Entre nécessité financière et objectifs personnels, entre principe de réalité et envies, le parti pris d’aller résolument vers de grandes espérances ! Par Mind. À chaque époque son diktat qui perdure et s’additionne : le « PRODUIRE » au XVIIIème siècle, le «...

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Au 30 juin 2018, les réservations dans le neuf reculent de 18 % dans le Grand Chambéry, les mises en commercialisation aussi... mais de nouvelles opérations devraient reconstituer l'offre d'ici la fin de l'année. Le point avec la FPI Alpes. Si 2017 a été...

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Aujourd’hui de nombreux objets acoustiques sont à votre disposition pour améliorer le confort de vos espaces de travail tout en apportant la « touche déco » à votre environnement. Ces solutions absorbantes allient performance, technicité et modernité. Elles se...

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

A l'aube de choix décisifs pour le projet, en France comme en Italie, Eco a creusé le sujet. Articles, interviews, enquête : un dossier exclusif. Le gouvernement français a dévoilé, mardi 11 septembre 2018, sa politique d'investissement prioritaire dans les...

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

Zag file tout schuss4.8 (96.67%) 6 votes À Chamonix, la marque de skis emblématique se restructure et ambitionne de passer la vitesse supérieure. À grand renfort d’innovations, de partenariats et de projets. La marque de skis implantée à Chamonix (mais née à Bourg Saint-Maurice) connait d’importantes évolutions. Tout d’abord au sein de la direction avec la nomination il y a six mois de Caroline de Wailly. Cette dernière, qui occupait jusqu’alors le poste de responsable commerciale et marketing, a été promue Pdg de la PME par les deux actionnaires majoritaires (deux hommes d’affaires basés à Genève et à New-York qui souhaitent garder l’anonymat, Ndlr). L’entreprise se restructure et recrute Dans la foulée, Zag, qui compte désormais 13 salariés, a recruté quatre personnes à des postes clé : un directeur finance et RH, un responsable événementiel et promotion des ventes, un community manager et un responsable de magasin (concept store Zag à Chamonix). “L’entreprise a renforcé son back office et fonctionne désormais par département pour répondre à la forte croissance enregistrée ces deux dernières années, et ainsi optimiser son taux de service”, confirme Caroline de Wailly qui a, par ailleurs, souhaité valoriser l’équipe en la faisant monter en compétence. Toujours inscrite dans cette dynamique et déterminée à “passer un cap”, l’entreprise a opéré récemment une levée de fonds de plusieurs centaines de milliers d’euros, sans toutefois en donner le montant exact. Avec le soutien des banques et de Bpifrance. Objectif : passer le cap des 2 millions d’euros En 2017, Zag mise sur une croissance de 30 % et de passer le seuil des 2 millions d’euros de chiffre d’affaires, après avoir enregistré une hausse de 25 % l’an dernier. “Cette progression est principalement liée au développement de la marque à l’international et à la restructuration de l’offre sur le marché français”, explique Caroline de Wailly, précisant que “la part à l’export  atteint désormais 30 %, à destination de l’arc alpin – Suisse, Allemagne, Autriche – et prochainement du Royaume-Uni et des Pays nordiques”. Sont aussi à prendre en compte les ventes sur internet qui ont augmenté grâce à l’évolution du site et la mise en ligne d’offres exclusives, à l’instar de Design it yourself (lire plus loin), “pour ne pas cannibaliser les shops”, souligne-t-elle. Côté skis, Zag poursuit ses innovations. Parmi lesquelles, les deux modèles phares : le H-95, le ski le plus vendu sur le segment all mountain, et l’Ubac sur le marché de la freerando. “Les skis freeride représentent actuellement 45 % des ventes, et les freerando 55 %”, détaille la dirigeante. Des skis destinés aux skieurs experts et réputés pour leur haute technicité et leur graphisme au design innovant. Et pour être encore plus réactive, et en phase avec son positionnement, la marque a installé son ZAG Lab à Chamonix il y a deux ans. L’antre de Bastien Saillard, le directeur R&D, qui réalise avec son équipe en moyenne trois à cinq prototypes avant de lancer le ski en production. “Nous sommes positionnés haut de gamme et […]
This category can only be viewed by members.