Auvergne-Rhône-Alpes : moins de patrons au chômage

par | 2 Juin 2021

Malgré les mesures gouvernementales et une baisse de près de 40 %, la région reste la deuxième plus impactée par le chômage des entrepreneurs.

Ce sont 3 629 chefs d’entreprise auralpins qui ont perdu leur emploi en 2020, selon l’observatoire Altarès-GSC, respectivement collecteur de données et association ayant pour but « d’informer et sensibiliser les chefs d’entreprise sur les risques de perte d’emploi ».

La Savoie, la Haute-Savoie et l’Ain comptabilisent respectivement 275, 369 et 283 dirigeants ayant perdu leur activité professionnelle. L’âge médian des dirigeants impactés en région est quant à lui de 48 ans, soit un an de plus qu’en 2019. Ces chefs d’entreprise « senior » et expérimentés auront davantage de difficultés à rebondir après le prononcé de la liquidation judiciaire de leur entreprise, relève le baromètre.

« En 2020, l’économie réelle a mis un genou à terre et les entrepreneurs se sont efforcés de tenir au prix d’efforts humains et financiers exceptionnels. Heureusement, l’horizon s’éclaircit enfin. La reprise se profile, mais avec elle, aussi, le durcissement du risque commercial et financier. Le nombre de dirigeants en situation de perte d’emploi devrait augmenter en 2021 et plus encore en 2022 », explique Frédéric Barth, directeur général d’Altarès.

Un accès facilité à l’ATI ?

Le secteur de la restauration concentre à lui seul les trois quarts des chefs d’entreprise impactés. Il était temps que les enseignes rouvrent leurs portes ! Le commerce arrive en deuxième position dans ce triste palmarès avec 810 entreprises placées en liquidation judicaire en 2020. Le secteur de la construction n’est pas mieux loti, avec 809 chefs d’entreprise impactés (dont 720 dirigeants pour le seul bâtiment).

Enfin, les difficultés sont également fortement présentes dans le domaine des services aux entreprises où 497 entrepreneurs de la région ont perdu leur emploi. Des données préoccupantes qui conduisent Anthony Streicher, président de GSC, à demander, entre autres, que « le plafond et les conditions d’accès à l’allocation des travailleurs indépendants (ATI) soient temporairement modifiés jusqu’au 30 juin 2022 ».


Éliséo Mucciante

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest