Le groupe de décolletage haut-savoyard reprend à la barre du tribunal le spécialiste de la tige de frein basé à Scionzier.


Par Patricia Rey


Baud Industries, leader dans le décolletage et l’usinage de précision, a annoncé le 9 juillet par voie de presse le rachat de Rossignol Technology. Ce spécialiste des tiges de commande de frein et d’embrayage pour l’automobile fournit tous les grands équipementiers et produit 120 000 pièces par jour.

Rappel des faits. Cette PME de 90 salariés (13 M€ de chiffre d’affaires) créée en 1976 à Scionzier était en proie à d’importantes difficultés depuis plus d’un an, et ne pouvait plus payer ses fournisseurs. Début juin, les comités de direction et d’entreprise, soutenus par leur actionnaire Audacia, ont lancé une requête au tribunal de commerce contre leur pdg Bertrand de Taisne, dont ils reprochaient la mauvaise gestion. Ceux-ci ayant obtenu gain de cause, l’entreprise était depuis gérée par un administrateur indépendant. Trois repreneurs se sont manifestés, dont Baud Industries qui a remporté la mise, proposant une « reprise par le haut » (avec maintien des emplois), comme l’a signifié le dirigeant, Lionel Baud, également président du Syndicat national du décolletage (Sndec). Pour remettre Rossignol Technology à flot, le groupe haut-savoyard prévoit d’ores et déjà la mise en oeuvre d’un plan stratégique accompagné d’un plan d’investissement.

 « Cet investissement s’intègrera au plan global du groupe qui projette d’investir près de 30 millions d’euros dans les trois ans à venir », a déclaré la direction.

Cette acquisition va permettre à baud Industries d’étendre son expertise, et aussi de gagner des parts de marché en Allemagne, Bosch étant l’un de plus gros clients de Rossignol Technology.

 

Le groupe Baud Industries en chiffres

  • Société familiale fondée en 1978 et dirigée par trois frères : Lionel, Renald et Jean-Noël Baud
  • Chiffre d’affaires 2015 : 72 M€
  • Effectif : 420 collaborateurs
  • 9 sites de production dans 7 pays : France (Fillinges, Vougy et Sirod), Suisse, Pologne, Tunisie, Singapour, Mexique, États-Unis)
  • 5 divisions : automobile, connectique, domotique, horlogerie, industrie
  • Capital 100 % familial