Plus florissante que jamais, la CDA continue de négocier avec des investisseurs dont le Chinois Fosun.


Météo contrariante, attentats et risques sécuritaires, grèves, inondations en région parisienne… 2016 a été compliquée pour le géant des loisirs.

Et pourtant les résultats de la CDA n’ont jamais été aussi excellents et équilibrés:

  • Hausse du chiffre d’affaires  (à 720,2 M€) et des bénéfices (40,3 M€ de résultat net) dans les domaines skiables (+3,9% en CA, +6,7% en EBO) comme dans les parcs de loisirs ( +4,2% en CA, +2,1% en EBO).
  • L’exercice a aussi été international avec l’ouverture de Chaplin’s world by Grévin à Vevey. L’activité internationale progresse de 44,9% à 9,1 M€. Bien sûr, son EBO est négatif de 8,7 M€ car la branche n’a pas encore eu le temps d’atteindre son point mort.

La société dirigée par Dominique Marcel accentue aussi ses investissements ( 85 M€ sont par exemple prévus dans les domaines skiables qui bénéficient notamment de la prolongation de DSP à Méribel, Morillon et aux Menuires (photo)).

Elle veut aussi continuer de se développer sur un modèle plus large en stations.

Il s’agit de passer en collaboration avec les autres acteurs d’une expérience skieur à une expérience station, ce qui passe bien sûr par la multiplication des activités après ski, la mise en place d’outils digitaux facilitant la fluidité du parcours client et le renforcement des capacités d’hébergement.

Plus que jamais on assiste à une industrialisation du ski.


Le patron de la CDA insiste sur la bonne tenue de cet exercice mais surtout sur le fait qu’il se caractérise par des résultats équilibrés dans les deux métiers de l’entreprise.

Celle-ci voit ainsi confirmer la pertinence du choix stratégique opéré en 2002, lorsque la CDA s’est diversifiée dans le secteur des loisirs en rachetant Grévin & Cie.

Maintenant que l’entreprise maîtrise ces deux secteurs d’activité et qu’elle en est devenue un acteur incontournable elle peut passer à l’étape suivante et monter en puissance à l’international, et notamment en Chine mais aussi en Europe.

Un changement d’échelle d’autant plus nécessaire stratégiquement que le secteur du ski est en train de se consolider. Et Dominique Marcel de citer les ambitions du groupe américain Vail resorts qui tape à la porte de l’Europe.


La Chine offre dans ces conditions un potentiel de croissance à ne pas négliger avec les Jeux olympiques de 2022, pour lesquels la CDA peut faire valoir l’expérience acquise en Russie à Rosa Khutor.

Et surtout il s’agit de viser le formidable marché à venir que représentent les classes moyennes chinoises. D’où les négociations en cours depuis plusieurs mois pour ouvrir le capital au groupe chinois Fosun. Un projet  qui effraie en Pays de Savoie où l’on refuse , à l’instar d’ Hervé Gaymard de « voir nos stations bradées à l’étranger ». « Mais rien n’est encore finalisé »  assure Dominique Marcel « et nous prêterons une attention particulière à la concertation avec les élus locaux » ajoutant que la CDA prendra la temps qu’il faudra pour que son projet soit compris . « En outre l’investissement chinois ne dépasserait pas 10%, et des négociations sont aussi en cours avec d’autres investisseurs ». Pas de confirmation cependant de négociations avec le Britannique Permira.

Dominique Marcel insiste en tout cas sur le fait que la Caisse des dépôts restera l’actionnaire de référence .

« Nos stations sont des pépites qu’il n’est pas question de sacrifier à des projets en Chine ou ailleurs »


2017 s’annonce bien pour le moment avec un niveau de réservations de ski supérieures à celles de l’an dernier, et de nouvelles attractions majeures prévues dans les parcs de loisirs.

« La mariée est donc belle, souligne Dominique Marcel, et c’est le moment ou jamais d’ouvrir  notre actionnariat pour voir plus grand et poursuivre nos investissements ».

Bref, la CDA voit l’avenir en rose à défaut de le voir en rouge dans l’immédiat !