Compagnie des Alpes : un 1er semestre 2020 altéré par le Covid-19

par | 26 Avr 2020

En raison de la crise sanitaire, la Compagnie des Alpes suspend ses objectifs 2019/2020, comme le confirment ses résultats semestriels publiés le 23 avril. Pour compenser la perte d’activité liée à la fermeture de ses sites, le groupe a engagé un important plan de réduction de ses coûts. Avec, à la clé, le report de certains investissements.

L’exploitant mondial des domaines skiables subit de plein fouet le Covid-19. La Compagnie des Alpes (CDA) a du fermer prématurément l’ensemble de ses domaines skiables mais aussi les quelques parcs de loisirs ouverts. Ces fermetures ont pesé significativement sur l’activité du second trimestre, clos le 31 mars. Après un début de saison dynamique, le groupe boucle le premier semestre 2020 à 470,5 millions d’euros, en retrait de 5,6 % en données publiées (-6,2 % à périmètre comparable) par rapport à la même période un an plus tôt.

Baisse des domaines skiables, hausse des parcs de loisirs

Dans le détail, l’activité des domaines skiables chute de 9 % pour s’établir à 350,2 millions d’euros, par rapport au premier semestre 2019. En cause, la fermeture anticipée des domaines skiables le 14 mars. Le chiffre d’affaires des remontées mécaniques stricto sensu recule de 9,2 % (il affiche -12,1 % sur le second trimestre, soit une baisse de 39,9 millions). Logiquement, le nombre de journées-skieur est en retrait de 11,4 % alors que le revenu moyen par journée-skieur progresse de 2,2 %, « même s’ils ne constituent pas des indicateurs représentatifs de l’activité trimestrielle », indique toutefois la direction, compte-tenu du contexte inédit.

S’agissant des parcs de loisirs, les recettes augmentent sensiblement de 7,2 % (à périmètre comparable) à 103,2 millions d’euros, sur la même période. La fréquentation en hausse atteint +7,4 % et la dépense par visiteur augmente de 3,4 %. Jusqu’à la fermeture, l’activité était en progression de 12,1 % à périmètre comparable et de 15,9 % en données publiées.

Parc Walibi en Belgique ©Compagnie des Alpes

85 à 90 M€ de perte pour les domaines skiables en 2020

La CDA, qui compte 11 stations de ski, anticipe une forte baisse du chiffre d’affaires des domaines skiables d’environ 20 % pour l’exercice clos fin septembre, par rapport à l’an dernier. Soit un manque à gagner de 85 à-90 millions d’euros. En effet, l’ouverture des domaines skiables pour la saison d’été n’est pas garantie à date. « Concernant les parcs de loisirs, la réouverture (qui d’ordinaire débute début avril) se fera au cas par cas, en conformité avec les préconisations des autorités des pays concernés « , précise le groupe (ndlr, les destinations de loisirs comme le Parc Astérix, le Futuroscope, les parcs Walibi… avaient enregistré un chiffre d’affaires de 120 M€ entre la mi-mars et fin juin en 2018/2019). Si ces parcs ne devaient rouvrir que début juillet, la perte du chiffre d’affaires cumulée pourrait donc atteindre 210 millions d’euros, ce qui représenterait donc près d’un quart des 854 millions d’euros de revenus générés en 2018/2019.

Domaine skiable de Val d’Isère ©Michel Hasson

Investissements et rémunérations revus à la baisse

Dès la fermeture de ses sites, la Compagnie des Alpes a engagé un important plan d’ajustement de ses coûts, principalement salariaux (chômage partiel, report d’embauches…) mais aussi d’énergies. À date, les mesures d’activité partielle touchent 90 % des effectifs, constitués de 5 000 équivalents temps plein, dont près de 60 % de saisonniers. Pour la direction, « les embauches estivales se feront en fonction des dates de réouverture des sites ».

 » La perte de chiffre d’affaires pendant les périodes de fermeture de nos sites pourra être compensée à hauteur d’un peu plus de 40 % par ce plan de réduction des coûts de structure et de fonctionnement, aussi bien pour les domaines skiables que pour les parcs de loisirs « , soutient la Compagnie des Alpes.

Par conséquent, des arbitrages ont été faits et concernent principalement les domaines skiables. Certains investissements prévus ce printemps sont reportés. Au total, le groupe prévoit de réduire son enveloppe d’environ 30 millions d’euros pour l’exercice 2019/2020. Et cet objectif à la baisse se poursuivra en 2020/2021 pour s’étendre à l’ensemble des activités du groupe (domaines skiables et parcs de loisirs inclus). Au 31 mars 2020, le groupe affichait une dette nette de 456,3 millions d’euros et disposait de 300 millions de trésorerie.

Au titre des salaires, le pdg du groupe Dominique Marcel a décidé d’abaisser de 20 % sa rémunération fixe. De leur côté, les membres du comité exécutif ainsi que les directeurs de sites diminueront leur rémunération respectivement de 15 et 10 %. Les membres du Conseil d’administration, eux, renonceront à leurs jetons de présence. La Compagnie des Alpes précise que ces mesures s’appliqueront pendant toute la durée du confinement.

Pour rappel, en 2018/2019, le groupe avait enregistré un bénéfice net record de 62,2 millions d’euros, porté par une bonne saison dans les stations de ski qu’il exploite et une solide performance dans ses parcs de loisirs.

Plus d’informations sur : http://www.compagniedesalpes.com

Par Patricia Rey

À lire aussi :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Ouverture des stations : les clés du débat

« Il me semble impossible d’envisager une ouverture des stations pour les fêtes de fin d’année ». la phrase d’Emmanuel Macron n’en finit pas de faire couler de l’encre et d’agiter les réseaux. C’est dans ce contexte...

Lire la suite

Au Pipa, Patagonia et Pampa se côtoient

En attendant un tassement de la crise sanitaire, le Parc Industriel de la Plaine de l’Ain (Pipa) poursuit sa mission. Véritable poumon économique, il a inauguré “Patagonia”, un bâtiment locatif d’environ 1000 m2 de...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest