Comptes publics : Courchevel fait trop de hors-piste…

Comptes publics : Courchevel fait trop de hors-piste…
Comptes publics : Courchevel fait trop de hors-piste…
4.5 (89%) 20 votes

Attribution de logements sociaux, délégations de service public, passations de marchés… pour la chambre régionale des comptes, la station de Courchevel est souvent dans l’irrégularité sur la forme.


Cet article est paru dans Eco Savoie Mont-Blanc du 9 mars 2018. Il vous est exceptionnellement offert à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire mais aussi de nos suppléments et hors-séries, c’est ICI


Ah Courchevel ! Ses hôtels de luxe, ses chalets aux prix délirants, ses Russes et ses Anglais, son budget de 130 millions d’euros pour moins de 2 000 habitants (soit 20 millions de plus que Chambéry et ses 60 000 âmes !) et… ses irrégularités de forme dans la gestion.

La Chambre régionale des comptes (CRC) Rhône-Alpes Auvergne a examiné les comptes de Saint-Bon-Tarentaise pour les exercices 2009 à 2016 (à lire sur www.ccompte.fr). Dès le départ, elle remarque la faute de carre d’un adjoint : membre du bureau du Club des sports, il vote quand même les subventions que la mairie attribue à cette association ainsi qu’aux sportifs de haut niveau qui en sont membres.

Quelques pages plus loin, elle analyse l’opération Zac de Moriond, un projet destiné à favoriser la construction de résidences principales en accession aidée. On le sait peu, mais près du quart des résidences principales de la commune sont des logements sociaux. Louable, donc. Mais au final, le projet a coûté 4,6 millions de plus que prévu (26,4 millions HT de dépenses), a pris un retard conséquent (à cause de l’annulation du plan local d’urbanisme, se défend la commune) et, surtout, a donné lieu à une attribution des logements pour le moins curieuse : 202 candidats pour 38 sélectionnés à huis clos par le conseil municipal, sans que leurs conditions de ressources ne soient prises en compte. « Discrétionnaire et opaque », tacle la chambre.

C’est à peine mieux en ce qui concerne La Cave au creux, un restaurant d’altitude (2 100 mètres) avec vue panoramique. En 2013, la commune en a attribué la construction et l’exploitation pour 25 ans, après mise en concurrence. Sauf que, vu les montants en jeu, il y aurait dû y avoir appel d’offres au niveau européen. La prochaine fois, gare à « ne pas limiter la concurrence aux acteurs locaux », gronde la chambre.

Formes absentes, fonds bien présents

Pour l’Aquamotion, c’est un peu pareil : contrairement à ce qui était envisagé dans les études, l’ensemble des activités de ce centre aqualudique et commercial (bassins aquatiques, espace de soins, restauration, parking…) a été confié à un même délégataire. Cela paraît bien être en contradiction avec une jurisprudence du conseil d’État, laisse penser la CRC, sans toutefois se montrer trop catégorique.

Bon, pour autant il ne faudrait pas en conclure que Courchevel, temple de l’or blanc, a ses comptes dans le rouge. C’est même tout le contraire. La commune « bénéficie d’une situation financière exceptionnelle », insiste la CRC. Elle affiche un niveau de trésorerie nette sans comparaison (43 millions), avec un excédent brut de fonctionnement qui frôle les 9 millions (en moyennes annuelles et sur la période 2009-2016). Son niveau d’endettement est en outre particulièrement bas, avec une capacité de désendettement de 6 ans, malgré un prêt-relais de 40 millions en 2015 dont la chambre estime… qu’elle aurait pu s’en passer ! Bref, Courchevel néglige parfois les formes, mais pas les fonds.

Délégation des stations : “c’est White Micmac” !

Le gros morceau du rapport est logiquement consacré aux délégations de service public (DSP) liées à la station. Et là, bonjour l’angoisse. Un délégataire unique (la S3V) mais de multiples contrats de DSP passés avec la Commune ou le Département, selon les secteurs (au sein de la seule station de Courchevel, sans même parler des Trois vallées…).

Avec plusieurs prolongations de la durée des contrats carrément injustifiées pour la chambre. Une chambre qui souligne aussi le manque de précision de ces contrats : sur les investissements, notamment. Ou plus basiquement sur le parc des remontées concernées : dans un contrat, il est dit que la liste figure en annexe… mais l’annexe n’existe pas !

Sans parler des comptes rendus d’activité que le délégataire fournit : ils sont tellement insatisfaisants que la mairie reconnaît qu’elle ne les soumet même pas à l’avis du conseil de peur de les voir rejeter ! Alors, une nouvelle fois, la chambre appelle les autorités délégantes (Communes et Département) à s’unir pour rationaliser le paysage des DSP et pour peser davantage face aux délégataires. Un voeu pieux déjà formulé en 2011.


Par Éric Renevier

 


Cet article est paru dans Eco Savoie Mont-Blanc du 9 mars 2018. Il vous est exceptionnellement offert à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire mais aussi de nos suppléments et hors-séries, c’est ICI


A

À lire aussi, sur Courchevel :

Courchevel : l’inédite saga judiciaire du PLU

Et si vous appréciez les rapports de la Chambre régionale des comptes sur les collectivités de la région :

10 informations à retenir sur les finances de Chambéry

5 révélations sur la dette de Chambéry

Le Polyèdre dans le viseur de la chambre régionale des comptes

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

Qui sont les archéologues ? Quelle formation ont-ils suivi ? Qui les emploie et pour quelles missions ? Combien sont-ils payés ? Creusement du sujet à l'occasion d'un chantier d'intérêt régional à Metz-Tessy (Haute-Savoie). Ce ne sont ni des stagiaires, ni des...

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

La pénurie de logements à Genève provoque un exode de la population vers la France voisine et le canton de Vaud, selon une nouvelle étude du Crédit Suisse. Cette situation engendre des problèmes croissants en termes de trafic automobile. La vitalité de l’économie...

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Bertrand Barré, PDG du groupe Zebra et conférencier à ses heures perdues, était l’invité de la soirée DCF pays de l’Ain, le 13 septembre. Ancien joueur de basketball de haut niveau, Bertrand Barré a créé sa première agence de design produit en 1986, à l’âge de 22 ans. Aujourd’hui, il dirige le groupe Zebra, situé à Lyon et employant une cinquantaine de personnes. Une agence référente en matière de design industriel. « Pourtant, il y a trente ans, je doutais que c’était le bon moment pour me lancer, se souvient Bertrand Barré. Disons que j’ai perdu beaucoup de temps à expliquer ce que signifiait le mot design. Car si on ne sait absolument pas l’utiliser en français, employé à tort comme un adjectif, en anglais le mot design est un verbe qui se traduit par concevoir. Et cela change tout.» Le président directeur général du groupe Zebra animait la conférence des DCF Pays de l’Ain le 13 septembre, au centre d’affaires de Bourg-en-Bresse, dans les locaux du Crédit Agricole. D’après Bertrand Barré, si la période 1880-1980 a été profondément marquée par l’essor important de l’ingénierie, le progrès technologique semble en être à ses limites, ces dernières années. « L’ingénierie seule n’est plus la clé, mais le design et l’activité conceptuelle (design thinking en anglais) doivent définir les stratégies des entreprises. » Bousculer les méthodes traditionnelles Une vision entrepreneuriale largement mise en application au sein du groupe Zebra. L’agence de design a tout simplement conçu la brosse à dents à ventouse en 1993 (brevet déposé), à partir de l’observation des habitudes de consommation. « Nous sommes partis du constat que le brossage des dents était une pratique liée à l’hygiène, retrace Bertrand Barré. Nous avons réfléchi à améliorer cette hygiène et au moyen de rendre cet apprentissage dentaire, ludique pour les plus jeunes. » De la même manière, au summum de l’innovation, le groupe Zebra collabore avec l’équipementier de tennis Babolat depuis 25 ans. Ensemble, ils ont conçu la raquette de Rafael Nadal. D’après Bertrand Barré, ces innovations ne peuvent survenir que si l’on admet « les limites des méthodes traditionnelles de marketing et de conception. On travaille extrêmement bien mais on ne produit plus de valeur, poursuit-il. Preuve en est, par exemple, avec les aspirateurs, peu ou prou identiques, vendus par les grandes marques. Il faut remettre en cause les systèmes et oser le changement de paradigme : les entreprises doivent redevenir créatrices ». Si celles-ci sont censées innover pour rester en vie, Bertrand Barré souligne leur incapacité à se lancer réellement. « L’innovation est devenue capitale, or personne ne le fait, constate le PDG du groupe Zebra. Pourquoi Sony, leader mondial de la musique nomade n’a-t-il pas inventé l’Ipod ? Pourquoi Michelin n’a-t-il pas conçu Waze ? Pourquoi aucun des constructeurs automobiles n’a-t-il imaginé Tesla ? » Des questions aux réponses bien mystérieuses. Selon Bertrand Barré, les blocages de pensée empêchent de se projeter vers une démarche innovante. « À l’heure actuelle, un salarié qui apporte une idée nouvelle […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

Quand le Président Emmanuel Macron se prend pour un conseiller Pôle Emploi, cela passe mal dans l'opinion. Dans son édito, Myriam Denis en analyse les raisons. « Vous faites une rue, là, vous allez à Montparnasse par exemple, vous faites la rue avec tous les cafés et...

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez votre magazine Eco de l’Ain n°12199 du 20 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non ? 🙂

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Partenariat MIND / Le travail

Partenariat MIND / Le travail

Entre nécessité financière et objectifs personnels, entre principe de réalité et envies, le parti pris d’aller résolument vers de grandes espérances ! Par Mind. À chaque époque son diktat qui perdure et s’additionne : le « PRODUIRE » au XVIIIème siècle, le «...

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Au 30 juin 2018, les réservations dans le neuf reculent de 18 % dans le Grand Chambéry, les mises en commercialisation aussi... mais de nouvelles opérations devraient reconstituer l'offre d'ici la fin de l'année. Le point avec la FPI Alpes. Si 2017 a été...

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Aujourd’hui de nombreux objets acoustiques sont à votre disposition pour améliorer le confort de vos espaces de travail tout en apportant la « touche déco » à votre environnement. Ces solutions absorbantes allient performance, technicité et modernité. Elles se...

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

A l'aube de choix décisifs pour le projet, en France comme en Italie, Eco a creusé le sujet. Articles, interviews, enquête : un dossier exclusif. Le gouvernement français a dévoilé, mardi 11 septembre 2018, sa politique d'investissement prioritaire dans les...

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

Comptes publics : Courchevel fait trop de hors-piste…4.5 (89%) 20 votes Attribution de logements sociaux, délégations de service public, passations de marchés… pour la chambre régionale des comptes, la station de Courchevel est souvent dans l’irrégularité sur la forme. Cet article est paru dans Eco Savoie Mont-Blanc du 9 mars 2018. Il vous est exceptionnellement offert à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire mais aussi de nos suppléments et hors-séries, c’est ICI Ah Courchevel ! Ses hôtels de luxe, ses chalets aux prix délirants, ses Russes et ses Anglais, son budget de 130 millions d’euros pour moins de 2 000 habitants (soit 20 millions de plus que Chambéry et ses 60 000 âmes !) et… ses irrégularités de forme dans la gestion. La Chambre régionale des comptes (CRC) Rhône-Alpes Auvergne a examiné les comptes de Saint-Bon-Tarentaise pour les exercices 2009 à 2016 (à lire sur www.ccompte.fr). Dès le départ, elle remarque la faute de carre d’un adjoint : membre du bureau du Club des sports, il vote quand même les subventions que la mairie attribue à cette association ainsi qu’aux sportifs de haut niveau qui en sont membres. Quelques pages plus loin, elle analyse l’opération Zac de Moriond, un projet destiné à favoriser la construction de résidences principales en accession aidée. On le sait peu, mais près du quart des résidences principales de la commune sont des logements sociaux. Louable, donc. Mais au final, le projet a coûté 4,6 millions de plus que prévu (26,4 millions HT de dépenses), a pris un retard conséquent (à cause de l’annulation du plan local d’urbanisme, se défend la commune) et, surtout, a donné lieu à une attribution des logements pour le moins curieuse : 202 candidats pour 38 sélectionnés à huis clos par le conseil municipal, sans que leurs conditions de ressources ne soient prises en compte. « Discrétionnaire et opaque », tacle la chambre. C’est à peine mieux en ce qui concerne La Cave au creux, un restaurant d’altitude (2 100 mètres) avec vue panoramique. En 2013, la commune en a attribué la construction et l’exploitation pour 25 ans, après mise en concurrence. Sauf que, vu les montants en jeu, il y aurait dû y avoir appel d’offres au niveau européen. La prochaine fois, gare à « ne pas limiter la concurrence aux acteurs locaux », gronde la chambre. Formes absentes, fonds bien présents Pour l’Aquamotion, c’est un peu pareil : contrairement à ce qui était envisagé dans les études, l’ensemble des activités de ce centre aqualudique et commercial (bassins aquatiques, espace de soins, restauration, parking…) a été confié à un même délégataire. Cela paraît bien être en contradiction avec une jurisprudence du conseil d’État, laisse penser la CRC, sans toutefois se montrer trop catégorique. Bon, pour autant il ne faudrait pas en conclure que Courchevel, temple de l’or blanc, a ses comptes dans le rouge. C’est même tout le contraire. La commune « bénéficie d’une situation financière exceptionnelle », insiste la CRC. Elle affiche un niveau de […]
This category can only be viewed by members.