Dufy décorateur s’expose à Evian

par | 20 Fév 2017

Jusqu’au 5 juin, le Palais Lumière réunit quelque 200 œuvres de cet artiste, magicien de la couleur. De la peinture à la mode et aux arts décoratifs, l’homme a su s’affranchir des académismes.

Le Palais Lumière fait place, jusqu’au 5 juin à l’exposition «Raoul Dufy, le bonheur de vivre», une première rétrospective consacrée à l’œuvre de décorateur de l’artiste. Elle réunit quelque 200 œuvres – peintures, gouaches, aquarelles, dessins, gravures, pochoirs, céramiques, tapisseries et tissus imprimés- , qui illustrent un talent éclectique. On pourra aussi y découvrir de nombreux documents relatifs à son activité de décorateur, appartenant à des collections publiques. «Dufy est un artiste prolifique mais inclassable : à la fois moderne et classique, dessinateur et coloriste, peintre et décorateur. Il échappe aux simplifications dont sont friands les spécialistes», explique Olivier Le Bihan, commissaire de l’exposition.

Curiosité pour les techniques

Assumant l’héritage des graveurs du Moyen-Age et de la Renaissance ou encore celui des maîtres japonais tels Hokusai, Dufy tire une part de son expérience de décorateur des succès de ses premiers bois gravés. «Sa curiosité pour les techniques artisanales singularise encore sa démarche».

Passant de l’impression graphique à l’impression textile pour le compte du couturier Paul Poiret, puis pour la maison de soieries lyonnaise Bianchini-Férier, il associe l’exploration des connaissances pratiques à l’amélioration constante de son travail. Chercheur avant tout, l’homme expérimente une grande variété de techniques, trouve de nouvelles applications avec l’aide d’ingénieurs et de chimistes confirmés. Il créera des milliers de modèles pour Bianchini-Férier. Il assimile les techniques artisanales, les ajuste à ses besoins, et force l’admiration de ses collaborateurs.

Il lui faudra toutefois attendre l’Exposition internationales des Arts et Techniques appliqués à la vie moderne, en 1937, pour obtenir une reconnaissance méritée, qui s’illustre notamment à travers une vaste allégorie de 600 m2 dédiée à une invention, «La Fée Electricité», dont on appréciera à Evian les dix lithographies réhaussées. Les efforts continus déployés par l’artiste dans les registres les plus divers des arts décoratifs attestent qu’ils ne relèvent pas à ses yeux du domaine des arts mineurs. Selon Olivier Le Bihan, «ses réalisations démontrent de la parfaite maîtrise acquise dans l’art de composer et d’agencer un sujet».

Fructueuses collaborations

Dufy sait réconcilier les partisans du dessin et de la couleur, et sa sensibilité de décorateur, participe au raffinement de sa peinture de chevalet. Loin des débats théoriques, «le plaisir de peindre et le bonheur de vivre s’y retrouvent avec la même intensité, pour la plus grande joie de l’amateur», conclut le commissaire de l’exposition.

Celle-ci s’attache à mettre en valeur les multiples et fructueuses collaborations développées par Raoul Dufy entre 1910 et 1950, pour la création de soieries imprimées, de tissus d’ameublement et de tentures décoratives avec Paul Poiret et le soyeux Charles Bianchini ; la production de céramiques (carreaux, fontaines, vases, jardins de salon) avec Josep Llorens Artigas et Nicolau Maria Rubio i Tuduri ; la création de tapisseries, avec notamment Marie Cuttoli et les manufactures d’Aubusson ou Louis Carré ; la conception de décors et costumes de théâtre avec Jean Cocteau, Armand Salacrou ou Jean Anouilh.

Ouvrage collectif

A l’occasion de l’exposition, un livre consacré au travail de Raoul Dufy décorateur est publié par les éditions Snoeck. Cet ouvrage collectif, sous la direction d’Olivier Le Bihan, met en perspective les différentes sections de l’exposition consacrées à la création de tissus d’ameublement et de haute couture, à la réalisation de tapisseries et de céramiques, à la décoration murale et théâtrale.

 

 

Découvrez également :

1 semaine pour 1 emploi : l’opération nord-iséroise maintenue à Villefontaine

Organisé du 1er au 9 octobre en région Auvergne-Rhône-Alpes, l'événement se donne pour objectif de répondre à la crise économique tout en s'adaptant aux risques sanitaires. En Isère, en combinant rendez-vous physiques et digitaux, ce ne sont pas moins de 16 événements...

Marie-Pierre Montoro-Sadoux à la tête de Chambéry-Grand Lac économie

Première adjointe au maire d’Aix-les-Bains et conseillère régionale, Marie-Pierre Montoro-Sadoux  succède à Xavier Dullin à la présidence de Chambéry- Grand Lac économie. Lancé en 2017, le syndicat mixte œuvre au développement économique du territoire....

Votations : un vent progressiste souffle sur Genève et la Confédération

Rejet de l’initiative dite « de limitation » de la libre circulation, adoption d’un salaire minimum et d’un véritable congé paternité, initiative en faveur d’une nouvelle mobilité… Les Suisses s’ouvrent franchement au progrès social. Les résultats des votations du...

Crise : vers un retour anticipé à la normale

Patrick Croissandeau, directeur de la Banque de France dans l’Ain, a fait le point sur les dernières prévisions, plus favorables en septembre qu’en juin.  « Par rapport aux différents scénarios envisagés, nos pré­visions de septembre compa­rées à celles de...

Sportivement, économiquement, la JL rebondit

Pas d’équipe sans leader, pas de leader sans équipe ! Les 4e rencontres du leadership de la JL bourg basket ont étudié sportivement le sujet, tout en lançant la saison. À la JL Bourg Basket, la saison 2019-2020 qui s’est achevée pré­maturément à la 25e journée avec le confinement, c’est l’histoire de la bouteille à […]

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.