Faire face aux nouveaux enjeux du développement durable, préparer les entreprises à une sortie de crise et répondre aux marchés, sont autant de raisons d’être de ce nouveau pôle régional d’excellence, Indura.
Mais Indura, késako ? Après deux ans de travail, un nouveau pôle régional d’excellence « infrastructures durables en Rhône-Alpes » est né. L’association vient d’être lancée, dans le but de « valoriser l’expertise scientifique et la capacité d’innovation des acteurs régionaux du génie civil, en renforçant les collaborations entre les acteurs de la filière issus du monde industriel, des entreprises de travaux publics, des sociétés d’ingénierie, des maîtres d’ouvrage, ou encore des organismes de recherche et de formation ».
Son président, Pierre Rampa, se félicite de son lancement e espérant qu’Indura « soit aussi une prise de conscience collective de nos richesses au niveau local et une ouverture sur l’extérieur. Car Indura sera amené à travailler en réseau avec des structures régionales, nationales et internationales ». Les activités de ce pôle sont regroupées autour de quatre points principaux. Tout d’abord, il prévoit de « mobiliser les acteurs et contribuer à la mise en réseau, facilité l’accès à la connaissance technologique, assurer une veille prospective ». Indura devrait également favoriser l’innovation, la labellisation de projets collaboratifs de R&D, et rechercher des financements. Le pôle permettra aussi « d’anticiper les besoins en compétences et accompagner l’évolution des métiers ». Et, enfin, « promouvoir les expertises de la filière et initier des partenariats internationaux ».