La Compagnie des Alpes, ATMB, Poma et le Crédit Agricole construiront le Funiflaine

par | 27 Mar 2021

Une étape importante vient d’être franchie dans le projet d’ascenseur valléen entre Magland et la station de sports d’hiver de Flaine, en Haute-Savoie, avec le choix du délégataire de la concession.

Les élus ont visiblement fait le choix de l’expérience et de la solidité puisque le groupement retenu est constitué de la Compagnie des Alpes, premier exploitant de remontées mécaniques de France (dont celles de Flaine, en l’occurrence) ; d’Autoroute et tunnel du Mont-Blanc (ATMB), qui dessert directement le Funiflaine ; du constructeur grenoblois Poma et de la première banque du territoire, le Crédit Agricole des Savoie.

Le Funiflaine devra franchir les barrières rocheuses entre la vallée de l’Arve et Flaine (au premier plan la station des Carroz). Cliché Office du tourisme des Carroz.

Le choix du syndicat mixte (il regroupe le conseil départemental de Haute-Savoie, la communauté de communes Cluses Arve et Montagne, les communes de Magland et Arâches-la-Frasse, avec le soutien de la Région) signifie en lui-même que le téléporté est bien considéré comme un ouvrage de transport public, prenant ici le relais de l’autoroute ; et bien évidemment comme un investissement touristique. L’expertise de Poma sera évidemment précieuse pour ce challenge technique de poids. Quant à la banque, elle… jouera pleinement son rôle, entrant à la même hauteur que les trois autres partenaires (25 %) au capital de la société qui portera le projet de construction et d’exploitation de l’ascenseur valléen ; et prenant un tiers de la dette bancaire nécessaire pour compléter le tour de table investisseurs.

Le choix s’explique aussi pour la nécessité de s’appuyer sur des partenaires solides. Il s’agit en effet d’investir 80,9 millions d’euros pour construire un téléphérique long de 5,5 kilomètres, qui franchira 1360 mètres de dénivelé et permettra de relier en moins de 20 minutes la vallée de l’Arve à la station d’altitude, en organisant la gare intermédiaire de Pierre Carrée. Le groupement aura en charge la conception, la construction, le financement, l’exploitation, l’entretien, la maintenance et le renouvellement de la liaison. Les travaux sont envisagés pour 2023 avec la perspective d’une mise en service dès 2025.

Les financeurs

24,9 M€ apportés par le délégataire et 56 millions d’euros (M€) de fonds publics, dont :

  • Département de la Haute-Savoie : 25 millions d’euros (M€)
  • Région : 20 M€
  • Etat : 4 M€
  • Communauté de communes : 4 M€
  • Commune d’Arâches-la-Frasse : 1,5 M€
  • Commune de Magland : 1,5 M€

6 Commentaires

  1. Delforge

    Excellente nouvelle. Ces ascenseurs valléens sont nécessaires et le meilleur moyen d’accéder à la montagne dans une démarche écologique. Très beau projet. Bravo

    Réponse
    • Robert

      Il n’ y a rien d’ écologique dans ce projet, son seul but est « le fric » peu importe la sur fréquentation des sites, la destruction des habitats d’ espèces protégées, l’ explosion des tas de déchets abandonnés par les « usagers de la montagne » .

      Réponse
      • delforge

        Partout où cela s’est fait les ascenseurs valléens ont contribué à une réduction d’émission des particules fines. L’intérêt est avant tout pour les résidents à l’année. Tout ce qui contribue à diminuer l’afflux de voitures vers la montagne est louable.

        Réponse
      • Christophe de Cluses

        On ne vit pas dans un monde de bisounours bien sur… que le fric est présent mais faut bien amortir l’investissement à un moment donné. On fait pas d’omelette sans casser des oeufs. Non par-contre supprimer toutes ces voitures qui mettent une plombe pour monter la haut avec son lot de pollution et de bruit néfaste pour la nature et pour l’homme… Ca… c’est un beau projet. Bravo.

        Réponse
  2. Michel

    Si on veut vraiment s’attaquer au problème de la pollution, on ferait mieux de s’occuper des camions qui passent dans la vallée à longueur de temps et les mettre sur des trains : ferroutage. Mais on préfère utiliser l’argent public à des projets politiques dont l’exploitation sera déficitaire. Celui-là servira surtout à alimenter en clients le gestionnaire des remontées mécaniques

    Réponse
    • delforge

      Le ferroutage est une solution prévue en adjuvant du funiculaire il me semble. La combinaison des deux a pour vocation de décupler les effets sur la qualité de l’air. Pour reprendre une phrase de Bill Gates: « il n’y a pas d’écologie sans possibilité de profit pour ses acteurs ». A partir du moment où cela va dans le bon sens je trouve cela louable.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest