Suisse : la loi sur le CO2 plombée par les campagnes

par | 16 Juin 2021

Les Suisses votent contre un renforcement des mesures visant à lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Un résultat surprise qui obère leur capacité à atteindre leurs objectifs environnementaux…

Les glaciers fondent et les Suisses regardent au fond de leur porte-monnaie, surtout à la campagne. À la surprise générale, le peuple helvète vient de se prononcer contre le projet de loi fédérale sur les émissions de gaz à effet de serre, couramment appelée « loi sur le CO2 ».

Fossé idéologique

Parmi les 3 239 186 électeurs qui se sont mobilisés lors des votations populaires du 13 juin (59,68 % de participation), 1 671 150 (51,59 % des suffrages exprimés) se sont ainsi prononcés contre la révision proposée de la loi sur le CO2 déjà en vigueur. Et seulement quatre cantons et demi sur vingt-six se sont prononcés en sa faveur : Genève (61,40 % de oui), Neuchâtel (52,61 %), Vaud (53,16 %), Zurich (55,41 %) et Bâle-Ville (66,64 %). La situation de ce dernier canton est assez emblématique du schisme idéologique qui fracture la population outre-Léman puisque Bâle-Campagne s’est majoritairement prononcé contre cette loi (53,02 %). Une configuration qui se retrouve dans tout le pays.

Pourtant, ce texte a longtemps semblé bénéficier d’un large soutien populaire et politique, l’UDC (Union démocratique du centre, populiste) étant la seule à s’y être ouvertement opposée. Mais ces dernières semaines, les sondages ont montré un net recul du oui. C’est la forte mobilisation du monde paysan – également vent debout contre une autre initiative demandant l’interdiction des pesticides de synthèse (refusée à 60,56 %) – qui aura achevé de forger ce résultat surprise. Ce dernier creuse encore un peu plus le fossé qui semble désormais opposer Suisses des villes et Suisses des champs.

Surtout, ce vote populaire prive la Confédération d’un arsenal de mesures qui devait lui permettre d’atteindre son objectif de réduire de moitié ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à 1990). Parmi les dispositions les plus emblématiques, la désormais défunte loi prévoyait notamment d’augmenter la taxe sur le CO2 déjà en vigueur sur le mazout et le gaz naturel, et d’instaurer une taxe sur les billets d’avion (de 30 à 120 francs par billet) pour chaque vol au départ de la Suisse. Si plus de la moitié de ces taxes devaient être reversées à la population et aux entreprises, l’autre moitié devait alimenter un nouveau « fonds pour le climat » ayant vocation à financer des projets structurants respectueux de l’environnement. La loi prévoyait également de nouvelles normes plus drastiques pour la consommation énergétique des bâtiments. A contrario, les entreprises vertueuses auraient pu obtenir des exemptions de taxe en échange d’actions menées pour réduire leurs émissions.

La fin du mois d’abord

Alors que les nombreux partisans de cette loi ont semble-t-il péché par excès de confiance, la votation est assurément un succès pour l’UDC, qui a su faire « dévier le débat de l’urgence climatique vers les implications financières », selon le journal La Liberté, et dont le slogan « Avant la fin du monde, la fin du mois » a manifestement trouvé un écho auprès d’une partie de la population. « Les Suisses ont mal au porte-monnaie et sans doute bien davantage que les politiques ont pu le penser », écrit ainsi Le Nouvelliste. Pour la RTS Radio, « cet échec est aussi une remise en cause du principe des taxes d’incitation qui s’attaquent directement à des manières de vivre, précisément différentes en ville et à la campagne ».

Fortes de ces constats, les instances helvètes doivent rapidement s’atteler à l’édification d’une nouvelle proposition législative – que d’aucuns espèrent plus « élégante » – pour convaincre la majorité de leurs concitoyens d’assumer une part d’une nécessaire politique climatique. En attendant, les glaciers fondent…


Matthieu Challier

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Camille Pasquelin DG SNDec

Le SNdec change de tête pour accompagner la reprise

Le Syndicat national du décolletage nomme sa nouvelle directrice générale : Camille Pasquelin. Un nouveau cycle commence à la tête du Syndicat national du décolletage (SNdec). L’organisation vient d’officialiser la nomination de Camille Pasquelin en qualité de...

LIRE LA SUITE

Jacques a dit… réalise les rêves des seniors

Née en avril, cette jeune association s'est donnée pour mission d'illuminer la fin de vie des personnes âgées, en concrétisant un dernier vœu. Née de la volonté d’apaiser la fin de vie, l’association Jacques a dit… a pour ambition de rayonner nationalement. Cette...

LIRE LA SUITE

Citygie

Citygie diversifie ses horizons

Le leader des blocs sanitaires préfabriqués en France, notamment pour les toilettes d’autoroute, envisage le marché de la construction de maisons individuelle, ainsi qu’une filiale aux États-Unis. Citygie, c’est avant tout une marque, Francioli, qui produit depuis...

LIRE LA SUITE

Votre magazine ECO de l’Ain du 5 août 2021

100% en ligne, feuilletez votre magazine ECO de l'Ain n°31-32 du 5 août 2021 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf, l'imprimer, mais aussi...

LIRE LA SUITE

Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

VENTES AUX ENCHÈRES

Consultez nos enchères immo

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

3.50€ pour 1 semaine
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS

Pin It on Pinterest