Les banques françaises à la conquête de Genève

Les banques françaises à la conquête de Genève
Les banques françaises à la conquête de Genève
Notez cet article !

Depuis quelques années, plusieurs établissements bancaires français se sont installés à Genève comme banques de détail, dans un marché très compétitif. Leur cœur de cible : la clientèle transfrontalière.

Entre les banques françaises et Genève, c’est une longue histoire. Mais alors qu’elles s’étaient jusqu’ici cantonnées à la banque privée, certaines se lancent, depuis quelques années, dans l’aventure de la banque de détail, connue également sous le nom de banque Retail.

«Ces banques se sont spécialisées dans la gestion de patrimoine transfrontalier, que ce soit CIC, Banque du Léman ou CA Next Bank », explique Frédéric Kohler, directeur de l’Institut supérieur de formation bancaire (IFSB) de Genève.

Selon lui, elles présentent des atouts non négligeables pour une clientèle de frontaliers, que ce soit des Français travaillant en Suisse ou des Suisses résidant en France. « Elles s’appuient sur les groupes français et connaissent très bien les mécanismes d’hypothèque en France. Quand une banque suisse veut faire un prêt hypothécaire hors du pays, elle est obligée de passer par une banque française qui va lui prendre une commission. Elle est donc moins compétitive, alors que pour ces trois banques françaises, c’est leur maison mère qui prend l’hypothèque en France», note-t-il.

La fin du secret bancaire change la donne

Mais ces banques ont aussi récupéré une clientèle de frontaliers délaissée par les banques suisses après la fin du secret bancaire en 2013.  «La Banque du Léman s’est créée au moment où le Crédit Suisse et UBS ont décidé de ne plus avoir de frontaliers parmi leur clientèle Retail, car la Suisse avait signé l’échange automatique d’informations et le coût d’administration des comptes frontaliers avait fortement augmenté. En effet, elles doivent maintenant faire un reporting automatique de leurs comptes clients, chaque année, à l’État français, et cela a un prix important», explique M. Kohler.

En réponse, les banques suisses ont augmenté de manière significative les frais de tenue de compte pour les frontaliers, ce qui a poussé ces derniers à les quitter pour se réfugier auprès des filiales de banques françaises.
À l’initiative de la Caisse d’Épargne Rhône Alpes, la Banque du Léman a ainsi vu le jour en mai 2014. Elle possède aujourd’hui des agences à Genève et Lausanne.

«La meilleure façon d’accompagner les besoins de nos clients frontaliers était d’ouvrir un établissement en Suisse pour qu’ils puissent y domicilier leurs revenus, tout en conservant deux établissements principaux, l’un en Suisse et l’un en France», explique Stéphanie Paix, présidente du directoire de la Caisse d’Épargne Rhône Alpes.

En septembre 2017, la Banque du Léman a étendu ses services aux PME transfrontalières pour servir une population de chefs d’entreprise qui a parfois du mal à s’y retrouver dans leurs opérations entre France et Suisse. « Nous leur offrons des facilités pour le dépôt de leur capital, lorsqu’elles ouvrent une filiale par exemple. Nous leur proposons également des facilités de rapatriement, de transfert et de change. Mais nous apportons aussi des conseils personnalisés sur leurs opérations courantes, dans l’accompagnement de leurs financements ou lors de levées de fonds, etc. Par rapport aux autres banques suisses, on a un relationnel avec les petites entreprises qui est peut être plus en proximité. Et surtout, il s’agit du même type de relationnel que nos clients français trouvent à la Caisse d’Épargne. Il y a cette continuité dans la façon d’aborder les choses», ajoute-elle.

Une population aux besoins bancaires spécifiques

Le Crédit Agricole des Savoie, qui s’est installé au début des années 2000 à Genève sous la marque Crédit Agricole Financement, puis CA next bank en 2017, a également pour objectif d’accompagner la clientèle transfrontalière. « Cela nous a paru important et tout à fait notre rôle de continuer à accompagner nos clients une fois qu’ils avaient passé la frontière», explique Richard Laborie, directeur général adjoint de la banque.

Bien que l’essentiel des besoins bancaires des frontaliers se trouve en France, une partie est effectivement en Suisse, notamment le versement de leur salaire et le rapatriement d’une partie de ces fonds en France, mais aussi leurs besoins de prévoyance, de préparation de la retraite, ou d’assurance. «Nos conseillers, en France comme en Suisse, suivent des parcours de formation que l’on appelle le passeport frontalier, qui permet d’être au fait des problématiques spécifiques, des sujets de fiscalité et d’avoir des conseillers des deux côtés de la frontière qui savent répondre aux questions des clients et ainsi les accompagner», ajoute M. Laborie.

Au-delà des frontaliers, une partie de la clientèle de ces banques est composée de résidents suisses. Un segment que la Banque du Léman et le Crédit Agricole souhaitent développer : «On a de plus en plus aussi une clientèle de résidents suisses, qui vient chercher une qualité de service, une relation à distance et aussi une capacité de financement, puisque nous faisons du crédit hypothécaire pour eux », note Richard Laborie.

Cependant, conscients que le marché de la banque de détail est très compétitif en Suisse, ces deux établissements souhaitent avant tout se développer dans les zones frontalières. «Nous n’avons pas vocation à devenir une banque domestique dans l’ensemble de la Suisse. On souhaite se développer dans l’arc frontalier, car la clientèle frontalière reste notre cœur de cible », conclut Stéphanie Paix.


Romain Fournier


 

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

Budget de la Région : un jugement et un avis pour rien ?

Budget de la Région : un jugement et un avis pour rien ?

La délibération approuvant le budget primitif 2016 de la Région Auvergne-Rhône-Alpes a été annulé par la justice au printemps 2018. Mais deux mois après un avis de la chambre régionale des comptes qui l’enjoint pourtant de le faire, le préfet du Rhône, qui a hérité du...

PSB Industries annonce l’entrée en bourse de sa filiale Baikowski

PSB Industries annonce l’entrée en bourse de sa filiale Baikowski

Baikowski, leader européen de la chimie de spécialités basé à Annecy et filiale à 100% du groupe PSB Industries, devrait faire son entrée sur le marché Euronext Growth d'ici fin 2018. Le groupe industriel PSB Industries, propriétaire de Baikowski, annonce ce lundi 24...

Numérique :  un centre de données de proximité à Annecy-le-vieux

Numérique : un centre de données de proximité à Annecy-le-vieux

En cours de création, la Société Coopérative d’Intérêt Collectif DRP 74 s’engage dans l’aménagement numérique des territoires avec des data centers reliés à de la fibre optique. Sa première opération est conduite sur le parc d’activité des Glaisins. Inauguré le 20...

Énérgie : Cap Sud se fait une place au soleil

Énérgie : Cap Sud se fait une place au soleil

L'entreprise photovoltaïque de Vaulx-milieu poursuit son développement et possède un siège social 100 % autonome en énergie. Une spécificité unique en france. «Nous avons un compteur EDF mais il n’est même pas branché ! » Sourire au coin des lèvres, Stéphane Gilli...

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 21 septembre 2018

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 21 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Savoie Mont Blanc n°38 du 21 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Consultez votre magazine ECO Savoie Mont Blanc édition 73 : Consultez votre magazine ECO Savoie...

Tourisme : Chamonix joue la carte du bien-être

Tourisme : Chamonix joue la carte du bien-être

Érigé et exploité par le groupe italien QC Terme, le nouveau centre éponyme offre 3000 mètres carrés dédiés aux bains, pour enrichir l’offre touristique. Après deux ans de retard, le centre de bien-être de Chamonix a ouvert ses portes fin août. Situé à proximité du...

Votre magazine L’EXTENSION Automne 2018

Votre magazine L’EXTENSION Automne 2018

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine L'EXTENSION Automne 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte...

Votre magazine ECO Nord Isère du 21 septembre 2018

Votre magazine ECO Nord Isère du 21 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Nord Isère n°38 du 21 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Quand l’archéologie s’enterre dans la précarité

Quand l’archéologie s’enterre dans la précarité

Qui sont les archéologues ? Quelle formation ont-ils suivi ? Qui les emploie et pour quelles missions ? Combien sont-ils payés ? Creusement du sujet à l'occasion d'un chantier d'intérêt régional à Metz-Tessy (Haute-Savoie). Ce ne sont ni des stagiaires, ni des...

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

Les banques françaises à la conquête de GenèveNotez cet article ! Depuis quelques années, plusieurs établissements bancaires français se sont installés à Genève comme banques de détail, dans un marché très compétitif. Leur cœur de cible : la clientèle transfrontalière. Entre les banques françaises et Genève, c’est une longue histoire. Mais alors qu’elles s’étaient jusqu’ici […]
This category can only be viewed by members.