Organisé tous les deux ans, Solutrans avait été reporté l’année dernière pour cause de crise. « En 2009, les équipementiers de la carrosserie ont vu leur chiffre d’affaires baisser de 30 à 60 % et les carrossiers de 30 à 80 %. Aucun n’avait les moyens d’investir dans un salon », justifie Patrick Cholton président du salon et de la Fédération française des équipementiers de la carrosserie. Aussi, avec cette nouvelle édition, du 2 au 6 mars à Lyon-Eurexpo, les organisateurs ont voulu prendre un pari : « Nous sentons venir la reprise. Et puis, l’on ne peut pas toujours courber l’échine. Un salon, cela peut aussi être un formidable levier commercial pour redynamiser une profession, affirme le président qui se voit conforté dans ce choix. Beaucoup de carrossiers qui n’étaient pas présents le regrettent. Le visitorat est très professionnel. On n’avait pas enregistré autant de commandes sur les stands de constructeurs de véhicules industriels depuis de nombreuses années. Cela semble indiquer que le marché est en train de remonter légèrement. »