La météo du début de saison n’a pas entamé le moral des marques, qui redoublent d’efforts et d’innovations pour capter plus de détaillants.


145 exposants et quelque 300 marques (dont 60 nouvelles) spécialisées dans l’outdoor, la montagne et le trail étaient présentes sur le salon Sport-Achat à Lyon ces 12 et 13 septembre.

Éco des Pays de Savoie a interrogé plusieurs fabricants, à l’instar de Tecnica, Millet, Nic Impex, Hoka One One ou encore Tingerlaat, pour faire le point sur l’été et connaître leurs perspectives. Globalement, ces marques ont plutôt bien tiré leur épingle du jeu après un début de saison marqué par des conditions météo déplorables. Incontestablement, juillet août ont fait la différence.

Pour beaucoup, le challenge consiste désormais à être moins « météo dépendant » quand les températures font de plus en plus le yoyo et impactent leur activité. De fait, certaines marques misent davantage sur l’équipement et les chaussures, produits moins soumis aux aléas climatiques, contrairement au textile. Et à grand renfort d’innovations. Quand d’autres revoient leur offre pour gagner en visibilité sur un marché où la concurrence mondiale est très forte.

Quant aux visiteurs, ils étaient moins nombreux (environ -2 %) qu’en 2015, édition qui avait rassemblé plus de 2 000 responsables de magasins (centrales d’achat et indépendants), selon les premiers chiffres de l’organisation.

(Pour en savoir plus, lire Éco n°37, du 16 septembre2016)

img_4691

Le salon Sport-Achat, organisé par la société annécienne Sportair, existe en deux versions, une hiver (en mars) et une été (en septembre). À noter, cette année, le lancement de Sport-Achat Nantes qui aura lieu les 18 et 19 septembre. 

Plus d’infos : http://www.sportair.fr


Zoom sur Tingerlaat

La petite marque de solaires, implantée à Annecy-le-Vieux, a fait de la très haute protection son credo. Sa cible ? les passionnés de sport et d’activités outdoor.

Créée en 2009 par Carole Vallée, Tingerlaat (qui signifie « voile » en inuit) compte pour l’heure trois produits anti UVA et UVB (du SPF 30 au 50+) et un réparateur, soit cinq références, pour lutter contre le vent, le froid et la déshydratation. L’actif phare : le tréhalose, un actif naturel à base de silice présent dans les plantes du désert et dans les algues. « Ils sont aussi très résistants à l’eau, à la transpiration et aux frottements et très faciles d’application grâce à leur texture légère et non grasse », ajoute la dirigeante (elle-même accro aux sports de glisse), qui a aussi été responsable développement packaging et conditionnement chez Galderma, Si les formules sont pensées à Annecy, elles sont élaborées à Paris et la fabrication est sous-traitée à Saumur.

Actuellement référencée dans 200 pharmacies réparties principalement en Rhône-Alpes et Le Vieux Campeur (environ 50 magasins), Carole Vallée entend prochainement étendre son réseau à la France entière et aux Dom-Tom, mais aussi aux magasins de sport…

« Même si les détaillants sont plus compliqués à convaincre parce que les solaires sont considérés comme des accessoires, alors qu’il s’agit de produits techniques et de qualité », déplore la dirigeante.

Présente également sur le net, où elle a doublé ses ventes cet été en raison d’un soleil plus que généreux, elle devrait d’ici la fin de l’année revoir l’intégralité de son site pour gagner en visibilité. Enfin, les formules seront retravaillées pour être toujours plus performantes. « Des tests grandeur nature sont déjà programmés avec l’Ifremmont, Institut de formation et de recherche en médecine de montagne, à Chamonix », se félicite Carole Vallée, qui a aussi créé son propre team d’ambassadeurs. Pour la plupart des professionnels de la montagne, parmi lesquels le GMHM de Chamonix, qu’elle équipe pour la 4e année consécutive, mais aussi la Compagnie des guides de Chamonix… et Aurélien Ducroz, le freerider et navigateur haut-savoyard. « La marque est aussi référencée depuis un an dans le catalogue des moniteurs de l’ESF », ajoute-t-elle, très satisfaite.

Au 31 mars 2016, la TPE qui emploie deux salariés a vendu environ 30 000 produits et réalisé un chiffre d’affaires de 200 000 euros (les ventes sur internet représentant 5 %). Pour développer la marque, et accélérer sa commercialisation, la dirigeante n’exclut pas de faire appel à des investisseurs.

tingerlaat