Alpsolu veut aider TPE et PME à (re)produire local

par | 10 Juin 2021

Bosch Marignier veut favoriser à la fois les projets émergents et l’industrie du territoire.

.

Tout commence en 2018, avec une réflexion interne sur l’avenir du site lancée par Grégory Challamel, directeur de Bosch Marignier (170 CDI ; 95 M€ de chiffre d’affaires). Celui qui est entré dans cette usine comme stagiaire avant d’y effectuer son apprentissage puis d’y grimper tous les échelons se décrit volontiers comme « un pur produit de la vallée de l’Arve », réputée pour ses capacités d’innovation et son esprit d’entreprise. Cela a forcément pesé dans l’une des grandes orientations retenues : « retrouver l’esprit d’entrepreneur et aller chercher du chiffre d’affaires hors du groupe Bosch. »

« Dans le cadre de notre réflexion, nous avons rencontré de multiples partenaires, industriels, financiers, techniques… parmi lesquels Conicio. C’est ainsi qu’est née Alpsolu », rappelle Grégory Challamel.

Basé à Villaz et dirigé par Vincent Schmitt, Conicio est un bureau d’études en conception et industrialisation : il interviendra sur la partie amont des projets confiés à Alpsolu, la nouvelle marque (sans existence juridique propre) de Bosch Marignier dédiée à l’accompagnement les TPE et PME dans une optique de production locale.

.

Bonne conception initiale

«Il est très difficile de ramener en France une production déjà délocalisée, insiste Vincent Schmitt. Pour qu’une production locale (a minima française) soit possible, il faut concevoir le produit dès le départ avec cet objectif : positionnement marché (qualité et valeur ajoutée), nombre de pièces, choix des procédés de fabrication, étapes d’assemblage…»

Une fois cette étape réalisée, Bosch Marignier vient mettre à la fois ses compétences propres (assemblage en petites, moyennes et grandes séries) et son tissu de partenaires, dans et hors du groupe Bosch (production, emballage, logistique…) au service des projets.

.

Vincent Schmitt (Conicio) et Grégory Challamel (Bosch Marignier) partagent une même vision du développement industriel, territorial et sociétal. (Photo : Eric Renevier)
Vincent Schmitt (Conicio) et Grégory Challamel (Bosch Marignier) partagent une même vision du développement industriel, territorial et sociétal. (Photo : Eric Renevier)

Premières cibles visées : les startups, TPE et PME régionales, sans expérience ni outils industriels. Avec une orientation marquée pour les produits liés à l’e-mobilité : dans l’esprit des cofondateurs, restaurer le “produire local” est aussi un projet porteur de «valeurs sociales et environnementales». D’ailleurs, le premier client est MoonBikes, jeune pousse qui a mis au point une motoneige électrique.

Alpsolu a pour objectif « une quinzaine de projets par an, pour 5 millions d’euros de valeur ajoutée», à échéance 2023. «C’est réaliste, concluent les deux dirigeants. Nos partenaires et nos clients ont accueilli le projet très positivement et nous avons déjà enregistré nos premières commandes, alors que sur nous n’en avions programmé aucune sur 2021.» Comme quoi, on peut être en quête d’Alpsolu tout en restant relatif dans ses ambitions.

.


.

1947

En 2022 Bosch Marignier fêtera ses 75 ans. Usine de bougies pour l’automobile (1947), elle va produire ensuite des démarreurs, des pompes hydrauliques puis des directions, passant des groupes Marchal (origine) à Bosch (depuis 2003) via Ferodo, Valeo et ZF.


.

A lire aussi :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Édito : pluie de milliards pour l’économie verte

Ironie du calendrier ou facétie suisse ? Au moment où Emmanuel Macron présente son plan France 2030 de relance et de décarbonation de l’industrie, doté de 30 milliards d’euros, le seul canton de Genève lance son propre plan d’investissement de 11,1 milliards de...

LIRE LA SUITE

Grand Annecy dévoile sa stratégie économique

L’Agglomération annécienne va mener des projets pour développer les secteurs de l’industrie, du tourisme et les commerces de proximité, en accompagnant les entreprises dans leur transition numérique et environnementale. Développer l’économie du territoire tout en...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest