Le groupe industriel annécien, après s’être désengagé de ses activités chimie et thermoformage en 2018, voit son bénéfice net dévisser et son chiffre d’affaires reculer. Il a annoncé début février le rachat prochain de Qualipac au groupe Pochet.

Alors que PSB Industries devrait au cours du deuxième trimestre doubler de taille en reprenant Qualipac, il affiche un bénéfice net 2019 en chute de 84,7 % à 11,9 millions d’euros, contre 78 millions en 2018, exercice atypique du fait d’importantes cessions. Pour rappel, le groupe avait procédé à la scission de son pôle chimie de spécialités (Baikowski) et à la vente de sa division thermoformage (CGL Pack), dégageant ainsi d’importantes plus-values. Et ce n’est pas fini, PSB Industries annonçant dans son communiqué financier publié jeudi 27 février « la cession en cours de son unité de production de Tianjin en Chine ».

Ralentissement de Plastibell

Sur cette période, l’Ebitda (résultat opérationnel avant écart d ‘acquisition) recule de 23,6 %, passant de 11,7 millions à 8,9 millions d’euros, conséquence du ralentissement confirmé de Plastibell, son pôle Santé & Industrie. Au vu de ces éléments, le chiffre d’affaires du groupe accuse une baisse de 3,5 % (et de -4,6 % à taux de change et périmètre constants) à 266,2 millions d’euros. Le pôle Luxe & Beauté (Texen) reste toujours le premier contributeur en termes de ventes, représentant 69% de l’activité.

Au 31 décembre 2019, la dette financière nette du groupe, qui s’élève à 13,2 millions d’euros, ne représente que 9 % de ses fonds propres. La direction poursuit sa politique volontariste d’investissements à hauteur de 17,2 millions d’euros.

S’agissant des perspectives, François-Xavier Entremont, le pdg de PSB Industries reste sur la réserve « compte tenu du développement actuel du coronavirus, nous nous attendons à un impact non quantifiable à ce jour sur nos marchés et nous nous mobilisons pour accompagner nos clients et garantir la sécurité de nos collaborateurs dans cette période d’incertitude.»

François-Xavier Entremont, président directeur général de PSB Industries – Photo PSB Industries

Pas de dividende versé

Enfin, PSB, via son conseil d’administration, renonce à verser un dividende au titre de l’exercice écoulé, en raison de l’acquisition de Qualipac (239 millions d’euros de CA 2019, 2 300 collaborateurs). Pour mémoire, PSB Industries est entré, le 5 février 2020, en négociation exclusive avec le groupe Pochet (CA 2019 : 450 millions d’euros) en vue de la reprise de son pôle d’emballage plastique et métal. Ce rachat s’inscrit dans le plan opérationnel à trois ans que s’est fixé PSB pour conforter son leadership sur ses grands marchés du luxe et de la beauté.

Par Patricia Rey

Pour information, le groupe PSB Industries est détenu à 26,4 % par l’Union chimique, à 25,2 % par la famille Entremont et à 21,8 % par Provendis. Les 26,6 % restants se répartissent dans le public (26,0 %) et les actions autodétenues (0,6 %).

Coiffe de parfum réalisée par Texen – Photo DR

A lire aussi :

  •  » PSB Industries veut acquérir Qualipac », paru le 7 février 2020 dans Eco Savoie Mont Blanc