Publi-reportage / Un relèvement de l’âge de la retraite jugé inévitable par Employés Suisse

Publi-reportage / Un relèvement de l’âge de la retraite jugé inévitable par Employés Suisse

Stefan Studer, interviewé ce dimanche par NZZ am Sonntag, a affirmé qu’un relèvement de la retraite était clairement inévitable.

En tant que directeur de la faîtière Employés Suisse, ce syndicaliste de 58 ans justifie ses propos en se basant sur les difficultés financières de l’AVS.

Au-delà de cette simple affirmation, il va même jusqu’à souhaiter une repensée totale de la situation actuelle de la retraite. Pour rentrer dans le détail, il parle d’une “flexibilisation de l’âge de la retraite” car pour lui, ce qui est le plus important est d’être en mesure de laisser aux prochaines générations une Assurance Vieillesse et Survivants (AVS) structurée, efficiente, et surtout en bon état.

Il tient également à mettre en avant la situation critique actuelle du premier pilier. Admettons que le deal sur l’AVS soit accepté lors du vote populaire de la semaine prochaine, la Confédération anticipe un terrible déficit de 170 milliards de francs cumulé d’ici les 25 prochaines années si aucun réforme d’ampleur n’est lancée.

Sa conclusion est sans appel. Pour Stefan Studer, une restructuration durable ne sera possible que dans le cas où les anciens modèles de pensées soient mis de côtés au profit de nouveaux bien plus cohérents avec la situation actuelle de la société Suisse.

Les employés seraient disposés à travailler plus longtemps

Ce constat est tout autant sans appel. Si les employés se sentent suffisamment valorisés au sein de leur entreprise, un grand nombre d’entre eux se sentent disposés à travailler davantage, au-delà de l’âge de la retraite. Bien évidemment dans le cas où la charge de travail serait plus légère. Toujours selon Stefan Studer, la majorité des gens affectionnent leur travail et pratique un métier qui donne un vrai sens à leur existence.

Cependant, la balance s’équilibre également face au fait qu’il existe des métiers considérablement exigeants qui ne permettent certainement pas d’exercer jusqu’à 65 ans. On pense notamment à la plupart des métiers de la construction et du bâtiment. Cet autre constat est aussi un argument qui justifie cette flexibilisation du départ à la retraite souhaité par Stefan Studer.

D’autant plus que de plus en plus de solutions existent pour assurer un emploi au-delà de 65 ans, le tout en diminuant la pénibilité et donnant une certaine qualité de vie aux individus concernés. On pense notamment à toutes les solutions de travail à distance ou à domicile, ne demandant pas obligatoirement une expertise ou une expérience solide. On peut notamment citer l’exemple de la téléprospection et du métier de téléprospecteur indépendant. Sur ce point, vous pouvez profiter de l’expérience solide de la société JobPhoning qui propose une place de marché dédiée à ce travail à domicile.


Cet article est un publi-reportage. Vous aussi vous souhaitez publier sur notre site web en tant qu’annonceurs ? Toutes les informations sont ici : https://groupe-ecomedia.com/publicite-annonceurs/

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.