Sherpa tire la sonnette d’alarme

par | 16 Déc 2020

Avec l’aide de la Fédération Saveurs Commerce (représentant les spécialistes du commerce alimentaire de proximité)– dont font parti les 117 supérettes du groupe – Sherpa tire la sonnette d’alarme et demande que ses magasins bénéficient du même dispositif d’aides que les remontées mécaniques, les hôtels ou les restaurants d’altitude.

Considéré comme « essentiel » car dans le secteur du commerce alimentaire, Sherpa – dont le siège social se situe à Drumettaz-Clarafond en Savoie – ne bénéficie pas, comme le secteur du tourisme, des aides de l’Etat. Le groupe relaie un communiqué de presse de la Fédération Saveurs Commerce sur la situation critique de ses supermarchés de montagne.

« Non répertoriés dans les listes des secteurs bénéficiant des aides de l’Etat, ces commerces sont très fortement impactés par les conséquences économiques, financières et sociales liées aux mesures prises contre la covid-19. Ils ont déjà subi de lourdes pertes avec la fermeture prématurée des pistes en mars. Les magasins qui devaient ouvrir à la mi-novembre, date à laquelle les premières stations ouvrent, n’ont pas pu le faire en raison du 2ème confinement. La perspective de l’absence des touristes dans les stations cet hiver met les commerçants au bord du gouffre » peut-on y lire.

Et en effet Sherpa, qui compte 117 supérettes dans toute la France (implantées uniquement dans les stations), réalise 85 % de son chiffre d’affaires annuel – s’élevant à 100 millions d’euros – pendant la saison hivernale. Dont 20 % exclusivement pendant la période de Noël. Les départements de la Savoie et de la Haute-Savoie sont directement touchés puisqu’ils comptent à eux seuls 75 magasins Sherpa qui génèrent environ 69 millions d’euros, soit 70 % du chiffre d’affaires du groupe.

Pour palier cette situation économique préoccupante, Sherpa demande au Ministre de l’économie Bruno Le Maire de bénéficier « d’une indemnisation de 20 % du chiffre d’affaires de 2019 si la perte est supérieure à 70 % sur la période considérée et de 15 % si la perte est comprise entre 50 et 70 % », au même titre que les acteurs du tourisme. Le groupe rappelle que tous ses adhérents ont appliqué un protocole sanitaire strict depuis le premier confinement « afin  de préserver la santé des touristes et de leur personnel ».

« Des trous dans la raquette »

Les dernières annonces (du vendredi 11 décembre) de l’Etat sur les dispositifs d’aides de l’Etat aux professionnels de la montagne sont loin de faire l’unanimité. Le président de la coopérative Sherpa Olivier Carré exprime sa déception dans un second communiqué du 14 décembre où il évoque « des trous dans la raquette ».

« Le Gouvernement n’a pas compris nos spécificités. Tous les commerces alimentaires en zones de montagne ne sont pas uniformes. Les magasins Sherpa sont situés au pied des pistes et ultra-dépendants des remontées mécaniques. Ce n’est pas le cas des commerces alimentaires de vallées, qui seront pourtant éligibles aux mêmes aides. L’indemnisation du fonds de solidarité jusqu’à 10 000 euros qu’on nous promet ne couvrira même pas la moitié de nos loyers et charges fixes, hors salaires » explique le président.

Le groupe Sherpa demande donc au Gouvernement de revoir sa copie et propose « que soient éligibles à la liste S1 les seuls commerces d’alimentation générale, situés en stations, dont la surface commerciale est inférieure à 400 m², et ayant perdu plus de 50 % de leur chiffre d’affaires. » Pour Olivier Carrié, « janvier est d’ores et déjà raté. La clientèle étrangère, qui représente la moitié de la fréquentation des stations en janvier, sera absente. Les hôtels ne rouvriront pas car la fermeture des restaurants est actée jusqu’au 20 janvier au moins. La perte d’activité pour les magasins d’alimentation générale de stations sera de 60 à 80 % » conclut-il.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Au CES, Proovstation affiche ses ambitions

Fut-il virtuel cette année, le Consumer electric show est devenu en trois éditions, un rendez-vous incontournable pour la start-up inventrice d’un portique de contrôle automatisé de la carrosserie des véhicules. Si...

Lire la suite

La CCPMB rejoint le projet européen Clima

Porté par la Fondation italienne Bruno Kessler, le projet Clima associe des partenaires suisses, italiens, espagnols, roumains, slovènes et français qui souhaitent étudier les répercussions de l’évolution du climat...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest