Ouverture des stations de ski : « c’est quand vous voulez »

par | 19 Nov 2020

Le président du conseil régional a pris l’initiative d’une réunion avec les principaux acteurs du tourisme d’hiver. Objectif : montrer l’unité des montagnards, adopter une communication apaisante et responsable. En résumé, les stations sont prêtes à ouvrir… dès que ce sera possible.

Profil bas. On a connu Laurent Wauquiez plus incisif envers le gouvernement. Certes, il soupire que « les acteurs de la montagne ont besoin de visibilité » sur la date d’ouverture des stations, mais pour aussitôt après nuancer : « on ne va pas se mentir : on a intérêt à prendre du temps. Ce n’est pas le moment de brusquer le gouvernement. Les indicateurs sanitaires sont encore imprécis, nous n’attendons pas de réponse avant début décembre ».

Prendre du temps, aussi, pour finir de se préparer. Car si l’envie (le besoin surtout) d’ouvrir est grand,il n’est pas question d’accueillir les skieurs dans n’importe quelle condition. Le président de l’association des maires de stations de montagne jean-Luc Boch résume le défi à relever d’une phrase : « qu’un cluster se développe dans une station, et toutes pourraient fermer », tandis que l’effet serait désastreux en terme d’image. Domaines skiables, maires des stations, écoles de ski, collectivités locales dialoguent avec le préfet de Savoie, chargé de coordonner pour tous les massifs l’élaboration d’un protocole sanitaire unique. Organisation des dépistages, aération des locaux, taux de fréquentation des remontées mécaniques… tous les dossiers sont traités. « Nous en sommes à la neuvième version », témoigne le président de Domaines skiables de France Alexandre Maulin, « et le travail continue. Nous en saurons plus début décembre ».

Obtenir un standard commun : un objectif qui va bien aux responsables. « C’est le moment de se montrer uni », assure Alexandre Maulin. Ainsi l’initiative d’Hervé Gaymard, président du conseil départemental de Savoie, de commander 250 000 tests antigéniques pour suivre en priorité les populations saisonnières, fait-elle tache d’huile. Ainsi les principaux responsables des stations (départements, maires, gestionnaires de remontées mécaniques, écoles de ski français…) étaient-ils groupés autour de Laurent Wauquiez… à l’exception des hôteliers-restaurateurs.

S’il faut « prendre un peu de temps », c’est aussi parce qu’il importe de « faire baisser la pression sur les hôpitaux de vallée », assure Laurent Wauquiez, afin de leur laisser la possibilité d’accueillir les blessés sur les pistes. Quitte à rediriger des malades vers d’autres hôpitaux de la région pour faire de la place.

Se préparer, donc, pour une saison hors norme. Le faire avec détermination, mais aussi calme et sens des responsabilités. Et le faire savoir… « Ce n’est pas le moment de communiquer à tors et à travers, assure Hervé Gaymard. Le message, c’est : nous préparons la saison pour être prêt quand les stations pourront ouvrir ».

Cette démarche unitaire, pas forcément courante en montagne, laissera-t-elle des traces dans les gouvernances des stations ? Selon Alexandre Maulin, l’élaboration du protocole sanitaire permet d’appréhender ces dernières « comme une seule entreprise, placée sous l’autorité du maire ». Cette forme d’organisation survivra-t-elle à la crise ? De même, le front uni présenté par les stations perdurera-t-il ? Réponse au printemps. Mais avant, une autre réponse est attendue, quand même avec impatience : les stations ouvriront-elles pour noël ?


Sur le même sujet :

2 Commentaires

  1. yves

    Il y a une question sans réponse Si les restaurants ne peuvent pas ouvrir, comment les stations de ski pourront fonctionner . Or le gouvernement ne semble pas presser d’autoriser l’ouverture des restaurants ( j’ai entendu fin janvier début février )

    Réponse
  2. Chamois.marmotte

    Qu’un cluster se déclenche….

    Deux sources de « clusterisation » qui échapperont au contrôle total des responsables des stations :
    – les vacanciers qui feront la fête en petit comité (c’est les vacances, merde !!!)
    – les saisonniers qui draguent la vacancières (et l’inverse) et font eux aussi parfois une petite fête.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Prolonger le télétravail des frontaliers ?

Le conseil du Léman vient d’adresser un courrier à l’État français et à la Confédération helvétique pour leur demander de proroger, jusqu’au 30 juin 2021, l’accord provisoire en vigueur depuis le 14 mars 2020 et...

Lire la suite

Le CPME Camp en 100 % digitale

Période de crise sanitaire oblige, le CPME Camp – événement dédié à l’innovation depuis 2014 – crée sa 7ème édition en 100% digitale, et étendue sur tout le territoire régional, sur la journée du 26 novembre....

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest