Stations de ski : la Suisse ne veut pas d’une saison “blanche”

par | 26 Nov 2020

Alors que l’évolution incertaine de la situation sanitaire menace la saison hivernale de ski, les acteurs suisses de la montagne sont proactifs pour limiter la casse.

« On mangera et skiera dans les stations valaisannes à Noël. » L’auteur de cette déclaration qui tient pour partie de l’incantation n’est autre que le président du Conseil d’État valaisan, Christophe Darbellay. Cité par la Tribune de Genève, le chef de l’exécutif du canton du Valais va même jusqu’à assurer que « la fermeture n’est pas une option ».

Cette posture souligne l’importance de la période des fêtes de fin d’année pour les acteurs suisses de la montagne, cette première échéance de la saison pouvant, pour certains, représenter jusqu’à un quart des recettes hivernales. En Valais, tout est donc mis en oeuvre pour ne pas manquer ce rendez-vous. Les autorités cantonales ont ainsi prolongé la fermeture des restaurants jusqu’au 13 décembre – une manière de se prémunir contre une flambée épidémique avant Noël – pour mieux garantir leur réouverture à ce moment-là.

Dégringolade des nuitées

Cette politique proactive prend place dans un environnement morose, comme en attestent les prévisions présentées en début de semaine par Suisse Tourisme. L’organisation en charge de la promotion du tourisme helvétique anticipe un exercice 2020-2021 particulièrement délicat. Les réservations sont en recul de 19 % sur un an dans les régions de montagne et les réservations des vacances sportives hivernales ont chuté de 28 %. Pire, le nombre de nuitées d’hôtel devraient dégringoler de 31 % par rapport à l’exercice 2019- 2020 (déjà tronqué, avec un recul de 23,9 % par rapport à 2018-2019), d’après les dernières prévisions du Centre de recherches conjoncturelles (KOF), qui précise, selon l’agence de presse ATS, que cela correspondrait à « la moitié [des nuitées] par rapport au niveau d’avant la crise ».

C’est que la deuxième vague de Covid-19 et son corollaire de mesures sanitaires freinent logiquement l’appétence de la clientèle internationale pour les stations de ski helvétiques. D’après Suisse Tourisme, ce sont surtout les touristes “d’Outre-mer” (-86 % sur un an) qui vont le plus manquer à l’appel, suivis par les touristes européens (-49 %). A contrario, la fréquentation des touristes suisses devrait progresser légèrement de 9 % par rapport à un hiver “normal”. Ils pourraient représenter 69 % des nuitées de cet hiver, contre seulement 45 % en 2018-2019 et en 2019-2020.

Alors que leurs voisins européens s’interrogent sur l’opportunité de faire l’impasse sur Noël pour ne pas hypothéquer le coeur de saison – à l’image de l’Italie qui prône la fermeture des domaines skiables européens en cette fin d’année –, les acteurs suisses du tourisme viennent de lancer le label “Clean & Safe” (propre et sûr), qui vise à rassurer à leurs clients. Ce label regroupe déjà plus de 4 000 entreprises du secteur fin prêtes à s’élancer dans cette saison de tous les dangers.


Par Matthieu Challier


À lire également :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest