Savoie : l’hydrogène aux pis des vaches

par | 31 Mai 2022

La traite à l’hydrogène en alpage, c’est possible. Une expérimentation menée par la Société d’économie alpestre de Savoie et EDF l’a prouvé.

Les vaches seraient-elles au rendez-vous de la traite sans le ronronnement du moteur diesel ? C’était l’une des questions que se posaient les partenaires de l’expérimentation de groupe électrogène à hydrogène utilisé l’été dernier pour alimenter la machine à traire mobile du Gaec de l’Arpire, dans le Beaufortain. Sans bruit, sans odeurs, sans pollution, le prototype n’a finalement eu de mal à séduire ni les animaux, ni leurs propriétaires, André, Valentin et Robyn Blanc-Gonnet.

Mise au point dans le cadre d’un partenariat entre la Société d’économie alpestre de Savoie (SEA 73), EDF et d’autres partenaires du projet concerté de territoire « Roselend », la machine, testée grandeur nature en 2021, est le fruit d’une démarche initiée un an plus tôt. Jérôme Auguste, ingénieur CIH-EDF (centre d’ingénierie hydraulique), prenait alors le taureau par les cornes en essayant, dans un premier temps, de comprendre le fonctionnement d’une machine à traire et surtout, ses besoins en électricité. Pour ce faire, plusieurs campagnes de mesures étaient effectuées en 2020 chez des éleveurs.

70 éleveurs des 4 communes du Beaufortain utilisent un groupe électrogène au diesel. Il faut 8 litres de gazole pour traire deux fois 60 vaches.

« Puis nous avons commencé à concevoir le groupe à hydrogène », expliquait-il mardi dernier à l’occasion de l’assemblée générale de la SEA 73. « Il fallait qu’il reste simple et ressemble à son homologue au gasoil, précise Sébastien Mailland-Rosset, coordinateur de la SEA 73. Qu’il puisse aussi se transporter facilement. » Testé fin 2020, le premier prototype permettait d’affiner le projet : six panneaux solaires seraient finalement ajoutés sur le second.

A l’estive 2021, le deuxième prototype emmontagnait avec les 60 vaches du Gaec de l’Arpire. Composé d’une pile à combustible à hydrogène, d’une batterie, de trois onduleurs, d’un automate de contrôle et de six panneaux solaires, le démonstrateur a réalisé 70 traites et évité le rejet de 800 kg de gaz carbonique. « Deux traites pour 60 vaches représentent 8 litres de gasoil ou 4 bouteilles d’hydrogène sans l’apport du solaire, ou deux bouteilles avec le solaire », récapitulait l’ingénieur.

La traite du matin se faisait à l’hydrogène et celle du soir grâce à l’apport des panneaux solaires. Mais à 90 euros la bouteille de gaz d’hydrogène, la technologie s’avère encore trop chère. « Pour que ça soit rentable, il faudrait produire de l’hydrogène décarboné avec l’eau présente sur place », résumait-il. « On est en avance sur notre temps, poursuivait Sébastien Mailland-Rosset. On arrive à un goulot d’étranglement car il n’existe pas, à l’heure actuelle, de distributeur d’hydrogène décarboné sur le territoire. » La balle est désormais dans le camp des pouvoirs publics, l’expérience ayant prouvé son efficacité énergétique et environnementale.

Quid de la saison d’alpage 2022 ? Pas question de retourner au 100 % gasoil ! Cette fois, la SEA 73 et EDF se concentrent sur le solaire. « Nous ajoutons deux panneaux de plus, soit huit au total, pour voir jusqu’où nous pouvons aller avec cette technologie », détaille le coordinateur. L’idée est de maximiser l’usage de l’électricité « solaire » pour limiter celle générée par l’hydrogène ou le diesel. « Les premiers résultats sont prometteurs : on arrive à traire un troupeau de 80 vaches deux fois par jour avec les huit panneaux. » Pour peu que le soleil joue le jeu. Si le test est concluant, la SEA 73 apportera son conseil aux alpagistes désireux de s’équiper.

Cet été, deux panneaux solaires de plus seront ajoutés pour maximiser cette production d’énergie. Crédit photo : Jérôme Auguste/CIH-EDF

Pour aller plus loin sur l’hydrogène :

https://reporterre.net/L-hydrogene-trop-gourmand-en-energie-pour-etre-ecologique

https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/energie-renouvelable-hydrogene-il-energie-propre-906/

https://tecphy.ch/taux-de-retour-energetique-de-lhydrogene/

0 commentaires

Découvrez également :

Ça gaze pour la cidrerie Les Pentes !

Atelier collage d’étiquettes dans le hangar de la Cidrerie Les Pentes, à Arith. Julien Savaux, 36 ans et Aurélien Bouzac, 40 ans, armés de leur seau de colle et d’une pile de très jolies étiquettes, s’attaquent à une armée de bouteilles de 75 et 33 centilitres....

LIRE LA SUITE

Énergie : le réseau électrique de l’Ain amélioré

Afin de restructurer l’alimentation du réseau électrique au nord-ouest de l’Ain, Enedis réalise un forage horizontal sous la Saône. Le contrat de concession signé fin 2019 entre le SIEA (Syndicat Intercommunal d’Énergie et de e-communication de l’Ain) et...

LIRE LA SUITE

Publicité