Gaetano Naccarato : un savoyard dans la course aux Oscars

par | 5 Nov 2021

Le réalisateur et scénariste savoyard de 34 ans Gaetano Naccarato a le bonheur de voir son documentaire sur l’agriculture «  Farmer, a way of life  » qualifié pour les Oscars.

Gaetano Naccarato. Ce nom ne vous dit peut-être rien mais il est certainement l’une des étoiles montantes du cinéma international. Le réalisateur et scénariste natif du Bourget-du-Lac s’est qualifié dans la course aux Oscars 2022 grâce à son documentaire Farmer, a way of life. Son film de quinze minutes s’est distingué parmi plus de 150 000 courts métrages documentaires produits cette année dans le monde. «  C’est une grande fierté d’avoir franchi toutes ces étapes  », commente l’intéressé. Réalisé dans le cadre du projet BOND de l’Union européenne, dont l’objectif était de sensibiliser le public jeune, Farmer, a way of life invite le spectateur à prendre conscience de l’importance des agriculteurs dans la société.

Valoriser les agriculteurs

« Faire un court métrage n’est pas simplement une passerelle pour le cinéma mais un exercice à part entière », selon le réalisateur Gaetano Naccarato.

«  C’est une belle chose de valoriser les agriculteurs, qui sont nos héros des temps modernes. Je pense qu’il faut les préserver », explique Gaetano Naccarato. Le documentaire a nécessité un an de travail et des tournages aux quatre coins de l’Europe : en République tchèque, Hollande, Norvège ou encore en Italie… et dans plusieurs territoires français, allant de la Bourgogne à l’Ardèche, en passant par la Chartreuse où le cinéaste est allé à la rencontre d’un apiculteur. « Je voulais apporter un message positif sur l’agriculture, au lieu du discours critique que l’on a habituellement. C’est un message d’espoir !  », insiste Gaetano Naccarato, qui a voulu avant tout fabriquer « des images universelles qui parlent à tout le monde à travers toute l’Europe ». Il a promené sa caméra à travers toutes les saisons pour pouvoir saisir « l’agriculture sous toutes ses formes ».

Comme un tableau

Afin d’obtenir des «  vrais moments de vie  », le réalisateur savoyard n’a pas eu besoin de faire du repérage. « Le film a été réalisé avec des images “volées”. C’est-à-dire qu’il n’y a pas eu de mise en scène. Ce sont des vrais agriculteurs, car je voulais retranscrire la vérité  », détaille-t-il. À chaque endroit, le tournage se déroulait sur trois jours : un premier jour d’observation, un second où le réalisateur plaçait les caméras aux lieux voulus, et, enfin, les plans de décor avec des petites interviews des agriculteurs.Le court-métrage se veut aussi techniquement élaboré. Gaetano Naccarato affirme que « ce n’est pas seulement un film avec un message, je voulais soigner aussi bien la forme que le fond et travailler chaque plan comme un tableau  ». Farmer, a way of life fait le tour du monde, et est actuellement exploité en salle de cinéma à Los Angeles, une première pour un court-métrage documentaire français. Il a déjà gagné le Prix spécial du jury lors du 54 e Festival international de Houston et a également été qualifié aux prix Écrans canadiens, l’équivalent des Oscars au Canada.

Le court-métrage de quinze minutes a représenté plus de 30 000 giga de rush et a nécessité plus de 3 000 heures de post production par la suite.

Un parcours atypique

Depuis tout petit, Gaetano Naccarato est passionné par le 7 e art. Le Savoyard n’a pas fait d’école de cinéma, il est autodidacte et, s’il dispute aujourd’hui sa place aux Oscars, c’est surtout grâce à de nombreuses années de travail. En 2009, il a créé sa micro­entreprise au Bourget-du-Lac et, neuf ans plus tard, a monté sa propre société de production, Sanctuary Films, à Lyon.

« Faire un court métrage n’est pas seulement une passerelle pour le cinéma mais un exercice à part entière »

Gaetano Naccarato, réalisateur de « Farmer, a way of life »

Un prochain long métrage tourné en Savoie

En parallèle de la course aux Oscars, Gaetano Naccarato travaille sur la préproduction d’un futur long métrage qu’il a choisi de réaliser en grande partie en Savoie et dont le tournage débutera en 2022. « Un film d’action sur fond d’espionnage » qui sera distribué à l’international à l’automne 2023.

Celui qui a traversé une vingtaine de pays dans le monde entier a pourtant décidé de tourner dans sa Savoie natale.
« Il me semblait important de valoriser le territoire. Visuellement, la Savoie offre un décor splendide et varié, et qui n’est, selon moi, pas encore suffisamment valorisé aujourd’hui », développe-t-il. Il assure que le film aura, tout comme son documentaire, « une orientation complètement internationale ». Mais il précise toutefois : « Je ne souhaite pas rester dans une case précise : la publicité l’année dernière, maintenant le documentaire et l’an prochain la fiction. Je m’essaye à différents styles tout en apportant ma touche personnelle. »

Côté casting, le réalisateur annonce des personnalités connues, mais également « des acteurs en devenir et des révélations », sans vouloir en révéler plus.

0 commentaires

Découvrez également :

Mobilité : faire de la place aux vélos du quotidien

De plus en plus de Savoyards prennent leur vélo pour leurs usages du quotidien. Les collectivités accompagnent le mouvement. La crise sanitaire a servi de révélateur à un phénomène d’ampleur : le développement des pratiques cyclables du quotidien, pour se rendre au...

LIRE LA SUITE

Société à mission : un modèle en devenir

Au-delà de la RSE, la qualité de Société à mission permet aux entreprises de s’engager volontairement sur des enjeux forts, sociaux et environnementaux, pour tendre vers une stratégie à impact. Deux ans après la loi Pacte, qui a introduit le statut de société à...

LIRE LA SUITE

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 20 mai 2022

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Savoie Mont Blanc n°20 du 20 mai 2022 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés. Édition Savoie (73) : Édition Haute-Savoie (74) : Le saviez-vous ?Vous pouvez afficher la publication en...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest