Cela fait désormais plus d’un an que les abattoirs Gesler, situés à Haut-Valromey, ont brûlé dans un incendie criminel, plaçant alors 80 personnes au chômage technique. L’acte avait alors été revendiqué par une organisation antiviande et antispéciste sur le site Indymedia. Depuis un an, la section de recherche de Lyon et du groupement de l’Ain cherchaient à identifier les responsables. Mardi 19 novembre au matin, trois femmes et trois hommes ont été interpellés. Finalement, après 96 heures de garde à vue, quatre d’entre eux ont été mis en examen après avoir été présentés à un juge, pour incendie volontaire et association de malfaiteurs. Si chacun des mis en examen reconnaît un engagement radical et militant dans la cause écologiste, tous travaillent, ont un logement, sont insérés socialement et sont sans antécédents judiciaires, selon Christophe Rode, procureur de la République de Bourg-en-Bresse. D’ici au procès, le parquet a requis la détention provisoire pour certains d’entre eux.

Gesler incendie
L’abattoir Gesler quelques jours après le sinistre.