À Blyes, l’entreprise d’assemblage de tissus techniques s’est lancée dans la fabrication de masques, de manière temporaire.

Spécialisée dans l’assemblage de tissus techniques, la société Acett, implantée à Blyes, a reconverti, en cette période particulière, 90 % de sa production dans la fabrication de masques. « J’ai créé l’entreprise en 2013. Un tissu technique possède différentes particularités comme d’être conducteur d’électricité, antistatique, étanche à un certain produit ou encore, un certain gaz… Notre savoir-faire consiste à les assembler, tout en gardant leurs propriétés intactes », explique Pascal Durand, dirigeant d’Acett.

Avec le début du confinement, la société s’attendait à une baisse de commande. « Sur une suggestion de mon entourage, je me suis penché sur la question des masques. Au départ, je ne souhaitais pas me lancer dans cette production car nous ne sommes pas équipés pour fabriquer ce type de produits en série. Des commandes de 40 pièces sont déjà conséquentes, pour nous. Mais l’idée était là. Je me suis quand même interrogé sur la manière fabriquer un masque efficace, peu coûteux, avec les moyens du bord. Il s’agissait de trouver un matériau facile d’accès. » Assez naturellement, le dirigeant s’est orienté vers des produits de filtration à destination de l’industrie. Pendant une semaine, il a multiplié les essais, puis a fait tester son masque à plusieurs personnes.

« Le résultat avait l’air satisfaisant. Le modèle est simple et facile à réaliser à notre échelle. Notre but était d’atteindre un rythme de 200 à 300 pièces par jour. Avec le système trouvé, nous avons pu monter immédiatement à 500 unités quotidiennes. Puis, j’ai acheté une machine plus efficace et embauché une personne supplémentaire. Aujourd’hui, nous produisons entre 1000 et 2000 masques par jour. Je tiens remercier mes salariés pour tout ce qu’ils font, sans eux, ce serait impossible. »

Une technologie particulière

Testés et validés par la direction générale de l’armement (DGA), les masques d’Acett bénéficient d’une technologie particulière. « Nous avons choisi de recourir à des technologies de soudure ultrason. Le procédé permet d’éviter les trous résultant de la couture. Il garantit une bonne solidité et une très bonne étanchéité. » La société est déjà saturée de commandes. En parallèle, elle a offert près de 5 000 masques à la région. Par mesure de sécurité, Acett a délocalisé la production dans un lieu tenu secret.

Des demandes précises

« Le but de notre société est de répondre à différentes demandes, dans le domaine des industries en général et du nucléaire en particulier. Nous travaillons aussi avec les secours, principalement les pompiers, avec des citernes et des produits type gilet porteur d’eau pour lutter contre les feux de forêt. Nous intervenons également dans le milieu sportif avec des sacs de transport de matériel spécifique », ajoute Pascal Durand. Désormais, la société compte huit salariés et possède des clients en France métropolitaine comme dans les Dom-Tom. « Nous intervenons dans toutes les centrales du pays, essentiellement pour des protections souples. Nous avons même été sollicités pour fabriquer une structure gonflable servant à dissimuler l’élément propulseur du sous-marin nucléaire inauguré par le président Emmanuel Macron, l’été dernier. »

Masques Acett

Par Joséphine Jossermoz