Automobile : Akwel au rendez-vous de tous les défis

par | 24 Nov 2022

Depuis 50 ans, le groupe familial haut-bugiste est en constante évolution pour répondre aux évolutions de l’automobile.

« De ses débuts dans une grange de l’Ain à son envergure internationale, Akwel est toujours resté fidèle à son ADN : familial, fiable, efficace, innovant, simple et humain. Les racines et le bon sens qui ont guidé notre histoire nous ont amenés, très tôt, à identifier notre mission : être un tiers de confiance pour nos clients et les accompagner dans tous leurs défis. La société s’est affinée et adaptée aux enjeux d’aujourd’hui et de demain, mais ses fondamentaux n’ont jamais changé », commente Mathieu Coutier, président d’Akwel.

Cette année le groupe familial célèbre 50 ans d’histoire industrielle. « Pour l’occasion, nous avions envisagé un musée physique, mais la Covid est arrivée. Finalement, nous avons décidé de faire un musée virtuel et expérientiel structuré autour de trois temps : hier, aujourd’hui et demain (1) », précise Mathieu Coutier, fils d’André Coutier, l’un des cofondateurs.

Nichée au cœur de Champfromier, la société pérennise l’histoire entrepreneuriale du groupe familial indépendant qui est introduit en bourse depuis 1994. Parmi les innovations marquantes qui font son succès, figure la poignée Flush, produite en exclusivité pour Renault. Akwel devrait en fabriquer 600 000 d’ici 2025.

3 000 : c’est le nombre de références actives qui sont livrées, chaque jour, en série.

Vers de nouveaux enjeux

Akwel, c’est l’histoire des frères Coutier, André, Joseph et Roger qui ont commencé une aventure industrielle en 1972. Du façonnier généraliste à l’équipementier de rang 1, la gamme et les compétences d’Akwel ont évolué grâce aux nouvelles technologies, à une innovation constante et à la croissance externe. Présent dans 20 pays, Akwel emploie 10 000 personnes pour un chiffre d’affaires de près de 1 milliard d’euros, dont 60 M€ sur Champfromier.

Le nombre de collaborateurs s’élève à 1 100 en France, dont 300 sur le site aindinois où sont fabriqués les réservoirs AdBlue, les couvre culasses, les capteurs et les raccords. Si tous ses sites sont certifiés ISO 14001 pour le management de l’environnement, cinq usines, qui représentent 75 % de la dépense énergétique française du groupe, sont certifiées ISO 50001 pour une gestion méthodique de l’énergie.

La société va toujours de l’avant. C’est même le sens de son nom, dérivé du patois savoyard. Aussi, s’inscrit-elle dans de nouveaux enjeux écologiquement responsables. « Demain, le véhicule sera plus propre, plus connecté, plus autonome. Il nécessitera moins d’énergie pour être produit et sera plus facilement recyclable. Akwel sera au rendez-vous de tous ces défis et nous nous y préparons déjà activement. En continuant à approfondir nos savoir-faire, en nous appuyant résolument sur nos fondamentaux et en étant capable, comme depuis 50 ans, de surprendre nos clients grâce à des innovations qui épousent – voire devancent – leurs besoins », argumente Mathieu Coutier. « Cela volonté s’appuie sur les équipes recherche et développement. À raison d’un réinvestissement de 5 % du chiffre d’affaires dans l’innovation et en fonction de l’évolution du secteur automobile, elles conçoivent les produits de demain afin de répondre aux enjeux de la norme Euro 7 qui encadre les rejets de particules des véhicules motorisés », conclut Mathieu Coutier.

(1) Voyagez au travers de l’histoire de la famille Coutier et de 50 ans d’aventure industrielle sur www.akwel.com


Carole Muet

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Ski : les ESF prennent le virage du “toute-saison”

À la veille de l’hiver, le Syndicat national des moniteurs du ski français fait le point et affiche ses ambitions pour 2023. Avec ses 17 000 “pulls rouges” (et 300 nouveaux diplômés par an) répartis dans 220 écoles, 2,5 millions de clients, 4 000 jeunes en...

LIRE LA SUITE

Ski alpin : un Critérium sans les dames

À Val d’Isère, la 67e Coupe du monde de ski alpin ne durera qu’un week-end, les 10 et 11 décembre, en l’absence des épreuves féminines, au grand dam de l’organisation. Le Critérium de la première neige de Val d’Isère ouvre traditionnellement le bal des épreuves de...

LIRE LA SUITE

Publicité