Initié il y a deux ans, le projet de supermarché coopératif et participatif  commencera à se concrétiser en octobre à Meythet. Sa pérennité passe par l’implication de nouveaux adhérents.

Proposer des produits de qualité achetés au juste prix aux producteurs, de préférence locaux, et revendus avec de faibles marges. C’est le pari des créateurs d’Alpar. Deux ans après avoir été initié, ce projet de magasin coopératif et participatif franchit une étape avec l’ouverture d’une épicerie  en octobre 2018. Implanté dans un espace de 180 m², situé dans la zone d’activité Actigone à Meythet, cet espace fonctionnera dans un premier temps 3 jours par semaine et proposera environ 500 références. « Il va nous permettre d’apprendre le métier et de gagner la crédibilité dont nous avons besoin pour trouver les financements nécessaires à l’ouverture d’un supermarché », souligne Yves Debacker, l’un des bénévoles d’Alpar.

Groupement d’achat

Cette volonté d’avancer pas à pas a déjà débouché sur la mise en place d’un groupement d’achat qui fonctionne depuis 2017 afin de permettre aux bénévoles de découvrir les enjeux du projet et d’apprendre à en gérer toutes les facettes. Les 250 références (épicerie, boissons, produits frais) proposées par la boutique en ligne ont déjà généré 632 commandes pour un chiffre d’affaires de 15 658€. Les statuts de la Coop Alpar ont été officiellement approuvés lors d’une assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue le 8 juin 2018.

blank

Alpar mène actuellement une campagne pour remobiliser les adhérents de la première année.

Cherche coopérateurs

En cours de création,  cette société par actions simplifiée  donnera un cadre juridique à l’opération.  Sa viabilité suppose l’adhésion et l’implication de 300 adhérents qui s’engagent financièrement avec l’achat de parts sociales pour un minimum de 100€. « Au-delà de l’adhésion (10 euros/an) et de l’achat de parts sociales, venir faire ses courses implique aussi de donner de son temps », poursuit Yves Debacker. Le minimum requis pour faire vivre l’épicerie, tenir la caisse, remplir les rayons, faire le ménage est de 3 heures par mois. Pour perdurer, ce modèle qui repose sur le bénévolat et l’engagement a besoin d’impliquer davantage de coopérateurs. Quelque 3000 membres actifs seront nécessaires pour que le supermarché de 1000 m² ouvre ses portes en 2019.

Des initiatives multiples

Alpar s’inspire d’initiatives similaires comme le Park Slope Food Coop à New-York. Fondée en 1973, ce supermarché coopératif et solidaire compte environ 16 000 membres.  En France,  les initiatives se multiplient dans de grandes villes comme Paris avec la Louve, Lyon, Grenoble. Un projet est également en cours à Chambéry.