2017, belle année pour la Banque cantonale de Genève (BCGE)

2017, belle année pour la Banque cantonale de Genève (BCGE)
2017, belle année pour la Banque cantonale de Genève (BCGE)
5 (100%) 1 vote

La Banque cantonale de Genève (BCGE) a bouclé 2017 sur une nouvelle progression de ses résultats. Le bénéfice net s’établit à 81, 6 millions de francs et les produits d’exploitation gagnent 4,8% à 366,1 millions.

Tous les métiers du groupe ont participé aux excellents résultats enregistrés en 2017 et particulièrement les activités internationales, Trade finance et Private Banking“, a commenté, lors de la présentation des résultats annuels, Blaise Goetschin, président de la direction générale de la Banque cantonale de Genève (BCGE).

L’établissement a clôturé l’exercice avec des produits d’exploitation en hausse de 4,8% à 366,1 millions de francs  (1,15 CHF = 1 euro),  tandis que les charges ont été contenues  à 222,7 millions  (+0,5%). Toutes les catégories de commissions ont progressé. Quant au résultat opérationnel,  il a atteint un niveau record de 128,3 millions, enregistrant une progression de près de 16%. Au final, le groupe BCGE a engrangé un bénéfice net de 81,6 millions, en hausse de 3,3% en un an.

Profitabilité toujours en hausse

La profitabilité continue de croître dans un contexte de taux qui reste difficile: les fonds propres ont progressé de 6,2%, soit de 86,2 millions, portant le total à 1,47 milliard de francs. Pour rappel, la Banque cantonale de Genève, qui était en quasi faillite en 1999, a créé 767 millions de fonds propres supplémentaires depuis 2005 et appartient aujourd’hui, selon elle, “au cercle des banques bien capitalisées et sûres“.

Elle séduit, d’ailleurs, toujours plus d’actionnaires avec 460 particuliers et entreprises qui ont rejoint leurs rangs l’an dernier (ils sont, au total, 14 271 fin 2016).

La BCGE, qui gère ou administre 26,4 milliards de francs CHF, est un acteur  majeur de l’économie genevoise. Elle détient aussi 11 milliards de créances hypothécaires, un chiffre qui a connu “une progression ciblée” de 6 % en 2017. En outre, la banque a octroyé 2,1 milliards de francs CHF de crédits supplémentaires aux entreprises et aux particuliers sur les trois derniers exercices. La BCGE compte 19 349 entreprises clientes, dont 793 de plus en 2017.

 

Blaise Goetschin, CEO de la Banque cantonale de Genève

Nouvelle expansion en vue

Pour 2018, la Banque cantonale de Genève entend poursuivre son expansion commerciale dans une conjoncture en reprise. Son but est notamment de faire croître ses parts de marché dans l’Asset management et les fonds de placement, comme à l’international. Pour l’ensemble de 2018, la BCGE mise un niveau de rentabilité opérationnelle proche de celui de 2017.

Pour rappel, la BCGE a une filiale française dont le siège est à Lyon : elle est aussi active à Annecy et Paris. Le groupe est, en outre, implanté à Dubaï et Hong Kong.

En Suisse, il dispose de 21 agences à Genève et exerce certains de ses métiers à Lausanne et Zurich. Son effectif à légèrement progressé en 2017,  et compte 748 personnes (équivalent plein temps au 31 décembre 2017). Quelque 82% des collaborateurs sont actionnaires et détiennent 2,5 % du capital de la banque.

Une initiative qui dérange

Sortie d’une quasi faillite en 1999,  grâce à l’arrivée d’une nouvelle équipe à sa tête sous la direction de Blaise Goetschin, la BCGE doit à nouveau affronter des vents mauvais depuis quelques semaines. Une initiative – dont le dépôt a pris fin le 9 février- demande la modification du régime de son assainissement afin d’en supprimer les conséquences financières dans les comptes de l’Etat genevois. Elle fait suite au dépôt d’un projet de loi par le député Jean Batou d’Ensemble à gauche,  demandant à la banque le remboursement des sommes engagées, alors, par le Canton de Genève pour la sauver.

L’établissement a précisé dans un communiqué en date du 20 février  « que ce projet de loi n’a été soutenu par aucun des partis genevois »

Coté en bourse, l’établissement a “officiellement réagi” jugeant cette proposition “impraticable et préjudiciable aux intérêts de la banque et de ses parties prenantes“. Affaire genevoise à suivre!

Assainissement réussi

La BCGE indique « qu’elle a réussi son assainissement et respecté jusqu’alors  tous les termes convenus dans les lois régissant cette opération ». Son capital est à ce jour détenu à plus de 55,7% par des actionnaires autres que l’Etat de Genève. La Ville de Genève, les autres communes et plus de 14 000 actionnaires privés et institutionnels, parmi lesquels la Caisse de pension de l’Etat de Genève (CPEG) « figureraient comme les premiers lésés par ces projets » a encore précisé l’établissement. Et d’ajouter : « Les recettes fiscales en seraient considérablement péjorées, de même que le cours de l’action BCGE ».

 

La répartition des actions de la Banque cantonale de Genève

L’actionnariat de la Banque cantonale de Genève. Les actions sont détenues pour près des  trois quarts par le canton, la ville et les autres communes du canton –  Source : https://www.bcge.ch/actionnariat-bcge.

 

Pour la BCGE, « le système proposé par l’initiative n’est plus en lien avec la réalité, 18 ans après l’assainissement et nuirait massivement aux intérêts de la banque ». Et enfin, il favoriserait les concurrents et entraverait sa mission de soutien à l’économie genevoise. Elle invite donc la population genevoise « à ne pas souscrire aux thèmes et mécanismes proposés par l’initiative ».

Lors de la prochaine assemblée générale, un dividende de 2,90 francs CHF sera proposé, en hausse de 5,5%.

 

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

Qui sont les archéologues ? Quelle formation ont-ils suivi ? Qui les emploie et pour quelles missions ? Combien sont-ils payés ? Creusement du sujet à l'occasion d'un chantier d'intérêt régional à Metz-Tessy (Haute-Savoie). Ce ne sont ni des stagiaires, ni des...

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

La pénurie de logements à Genève provoque un exode de la population vers la France voisine et le canton de Vaud, selon une nouvelle étude du Crédit Suisse. Cette situation engendre des problèmes croissants en termes de trafic automobile. La vitalité de l’économie...

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Bertrand Barré, PDG du groupe Zebra et conférencier à ses heures perdues, était l’invité de la soirée DCF pays de l’Ain, le 13 septembre. Ancien joueur de basketball de haut niveau, Bertrand Barré a créé sa première agence de design produit en 1986, à l’âge de 22 ans. Aujourd’hui, il dirige le groupe Zebra, situé à Lyon et employant une cinquantaine de personnes. Une agence référente en matière de design industriel. « Pourtant, il y a trente ans, je doutais que c’était le bon moment pour me lancer, se souvient Bertrand Barré. Disons que j’ai perdu beaucoup de temps à expliquer ce que signifiait le mot design. Car si on ne sait absolument pas l’utiliser en français, employé à tort comme un adjectif, en anglais le mot design est un verbe qui se traduit par concevoir. Et cela change tout.» Le président directeur général du groupe Zebra animait la conférence des DCF Pays de l’Ain le 13 septembre, au centre d’affaires de Bourg-en-Bresse, dans les locaux du Crédit Agricole. D’après Bertrand Barré, si la période 1880-1980 a été profondément marquée par l’essor important de l’ingénierie, le progrès technologique semble en être à ses limites, ces dernières années. « L’ingénierie seule n’est plus la clé, mais le design et l’activité conceptuelle (design thinking en anglais) doivent définir les stratégies des entreprises. » Bousculer les méthodes traditionnelles Une vision entrepreneuriale largement mise en application au sein du groupe Zebra. L’agence de design a tout simplement conçu la brosse à dents à ventouse en 1993 (brevet déposé), à partir de l’observation des habitudes de consommation. « Nous sommes partis du constat que le brossage des dents était une pratique liée à l’hygiène, retrace Bertrand Barré. Nous avons réfléchi à améliorer cette hygiène et au moyen de rendre cet apprentissage dentaire, ludique pour les plus jeunes. » De la même manière, au summum de l’innovation, le groupe Zebra collabore avec l’équipementier de tennis Babolat depuis 25 ans. Ensemble, ils ont conçu la raquette de Rafael Nadal. D’après Bertrand Barré, ces innovations ne peuvent survenir que si l’on admet « les limites des méthodes traditionnelles de marketing et de conception. On travaille extrêmement bien mais on ne produit plus de valeur, poursuit-il. Preuve en est, par exemple, avec les aspirateurs, peu ou prou identiques, vendus par les grandes marques. Il faut remettre en cause les systèmes et oser le changement de paradigme : les entreprises doivent redevenir créatrices ». Si celles-ci sont censées innover pour rester en vie, Bertrand Barré souligne leur incapacité à se lancer réellement. « L’innovation est devenue capitale, or personne ne le fait, constate le PDG du groupe Zebra. Pourquoi Sony, leader mondial de la musique nomade n’a-t-il pas inventé l’Ipod ? Pourquoi Michelin n’a-t-il pas conçu Waze ? Pourquoi aucun des constructeurs automobiles n’a-t-il imaginé Tesla ? » Des questions aux réponses bien mystérieuses. Selon Bertrand Barré, les blocages de pensée empêchent de se projeter vers une démarche innovante. « À l’heure actuelle, un salarié qui apporte une idée nouvelle […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

Quand le Président Emmanuel Macron se prend pour un conseiller Pôle Emploi, cela passe mal dans l'opinion. Dans son édito, Myriam Denis en analyse les raisons. « Vous faites une rue, là, vous allez à Montparnasse par exemple, vous faites la rue avec tous les cafés et...

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez votre magazine Eco de l’Ain n°12199 du 20 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non ? 🙂

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Partenariat MIND / Le travail

Partenariat MIND / Le travail

Entre nécessité financière et objectifs personnels, entre principe de réalité et envies, le parti pris d’aller résolument vers de grandes espérances ! Par Mind. À chaque époque son diktat qui perdure et s’additionne : le « PRODUIRE » au XVIIIème siècle, le «...

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Au 30 juin 2018, les réservations dans le neuf reculent de 18 % dans le Grand Chambéry, les mises en commercialisation aussi... mais de nouvelles opérations devraient reconstituer l'offre d'ici la fin de l'année. Le point avec la FPI Alpes. Si 2017 a été...

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Aujourd’hui de nombreux objets acoustiques sont à votre disposition pour améliorer le confort de vos espaces de travail tout en apportant la « touche déco » à votre environnement. Ces solutions absorbantes allient performance, technicité et modernité. Elles se...

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

A l'aube de choix décisifs pour le projet, en France comme en Italie, Eco a creusé le sujet. Articles, interviews, enquête : un dossier exclusif. Le gouvernement français a dévoilé, mardi 11 septembre 2018, sa politique d'investissement prioritaire dans les...

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

2017, belle année pour la Banque cantonale de Genève (BCGE)5 (100%) 1 vote La Banque cantonale de Genève (BCGE) a bouclé 2017 sur une nouvelle progression de ses résultats. Le bénéfice net s’établit à 81, 6 millions de francs et les produits d’exploitation gagnent 4,8% à 366,1 millions. “Tous les métiers du groupe ont participé aux excellents résultats enregistrés en 2017 et particulièrement les activités internationales, Trade finance et Private Banking“, a commenté, lors de la présentation des résultats annuels, Blaise Goetschin, président de la direction générale de la Banque cantonale de Genève (BCGE). L’établissement a clôturé l’exercice avec des produits d’exploitation en hausse de 4,8% à 366,1 millions de francs  (1,15 CHF = 1 euro),  tandis que les charges ont été contenues  à 222,7 millions  (+0,5%). Toutes les catégories de commissions ont progressé. Quant au résultat opérationnel,  il a atteint un niveau record de 128,3 millions, enregistrant une progression de près de 16%. Au final, le groupe BCGE a engrangé un bénéfice net de 81,6 millions, en hausse de 3,3% en un an. Profitabilité toujours en hausse La profitabilité continue de croître dans un contexte de taux qui reste difficile: les fonds propres ont progressé de 6,2%, soit de 86,2 millions, portant le total à 1,47 milliard de francs. Pour rappel, la Banque cantonale de Genève, qui était en quasi faillite en 1999, a créé 767 millions de fonds propres supplémentaires depuis 2005 et appartient aujourd’hui, selon elle, “au cercle des banques bien capitalisées et sûres“. Elle séduit, d’ailleurs, toujours plus d’actionnaires avec 460 particuliers et entreprises qui ont rejoint leurs rangs l’an dernier (ils sont, au total, 14 271 fin 2016). La BCGE, qui gère ou administre 26,4 milliards de francs CHF, est un acteur  majeur de l’économie genevoise. Elle détient aussi 11 milliards de créances hypothécaires, un chiffre qui a connu “une progression ciblée” de 6 % en 2017. En outre, la banque a octroyé 2,1 milliards de francs CHF de crédits supplémentaires aux entreprises et aux particuliers sur les trois derniers exercices. La BCGE compte 19 349 entreprises clientes, dont 793 de plus en 2017.   Nouvelle expansion en vue Pour 2018, la Banque cantonale de Genève entend poursuivre son expansion commerciale dans une conjoncture en reprise. Son but est notamment de faire croître ses parts de marché dans l’Asset management et les fonds de placement, comme à l’international. Pour l’ensemble de 2018, la BCGE mise un niveau de rentabilité opérationnelle proche de celui de 2017. Pour rappel, la BCGE a une filiale française dont le siège est à Lyon : elle est aussi active à Annecy et Paris. Le groupe est, en outre, implanté à Dubaï et Hong Kong. En Suisse, il dispose de 21 agences à Genève et exerce certains de ses métiers à Lausanne et Zurich. Son effectif à légèrement progressé en 2017,  et compte 748 personnes (équivalent plein temps au 31 décembre 2017). Quelque 82% des collaborateurs sont actionnaires et détiennent 2,5 % du capital de la banque. Une initiative qui dérange Sortie […]
This category can only be viewed by members.