CCI de Haute-Savoie : formation et mutualisation marquent la fin de mandat

par | 16 Juil 2021

À l’heure du bilan, le président de la CCI 74 a dévoilé des rapprochements avec l’Ain et la Savoie.

Entre 2013 et 2021, la chambre de commerce et d’industrie de la Haute-Savoie (CCI 74) a vu ses recettes fiscales plonger de 8,3 millions d’euros (M€), à 4,1 M€. Pas rien sur un budget d’environ 11 M€. C’est l’effet cumulé d’une baisse des taxes puis d’une modification de leur répartition : avec la régionalisation consulaire (janvier 2017), la riche Haute-Savoie «a participé à la solidarité au sein d’Auvergne-Rhône-Alpes », euphémise Guy Métral, président de la CCI 74.

Cette chute des recettes fiscales a entraîné de profondes modifications dans l’organisation et les activités : au premier chef, une hausse des prestations de services facturées. Alors qu’elles ne pesaient qu’un tiers des ressources en 2017, les recettes propres sont maintenant majoritaires (52 % du budget, contre 36 % pour les taxes ; le reste émanant de subventions et partenariats).
D’où un exercice de funambule : trouver de nouveaux revenus en évitant de trop concurrencer les acteurs privés déjà en place. «

En matière d’accompagnement, nous ciblons les TPE de moins de dix salariés qui, traditionnellement, ne recourent pas à des consultants », insiste par exemple la chambre.

Référente formation

En matière de formation, la concurrence est toutefois plus directe. Avec 2 200 dirigeants et salariés formés chaque année et un tiers des recettes totales (au budget prévisionnel 2021), c’est l’une des principales activités de la chambre… et cela devrait encore s’amplifier. Car, en 2020, la CCI a souhaité créer son propre centre pour apprentis (CFA), qu’elle a réussi à faire certifier Qualiopi dans la foulée, tout comme son centre de formation continue.

De plus, forte de son avance, la chambre est devenue cette année la référente formation au sein de « la polarité Ain-Savoie-Haute-Savoie ». Un élément qui traduit une évolution marquante de fin de mandat : les CCI locales vont de plus en plus mutualiser leurs moyens. « C’est parti ! Et nous allons devoir présenter un premier bilan à la chambre régionale en 2022 », confirme le président. La formation pour la CCI 74, l’environnement pour celle de Savoie, les questions liées au BTP pour l’Ain… « Nous nous appuyons sur les forces de chacun. »

Mais attention, « fusionner sans gagner en efficacité n’a pas d’intérêt », prévient le président. « Là, on se parle, on travaille ensemble. Allons-y pas à pas et on verra…» Un « on » qui ne le concernera bientôt plus : en octobre (prochaines élections), atteint par la limite d’âge, Guy Métral quittera la CCI 74, à l’issue de seize années de présidence.

Activités et emplois : le bilan en chiffres

Si la crise sanitaire (confinement, limitation des rendez-vous en présentiel) a empêché d’atteindre certains objectifs statistiques, le président Guy Métral tire néanmoins un bilan satisfait de la mandature.

En presque cinq ans (début 2017 mi-2021) la CCI 74, qui regroupe 49 000 ressortissants, a accueilli 18 100 créateurs ou repreneurs, accompagné 16 900 entreprises, traité 180 000 formalités, formé 12 000 dirigeants, salariés et apprentis, organisé 3 500 rendez-vous en entreprise et 500 réunions d’information, ou encore accueilli 18 200 participants sur les divers événements qu’elle a (co)organisés.

Une performance réalisée avec des moyens humains en baisse constante, pour cause de recettes fiscales en chute libre et de régionalisation (lire ci-dessus) : 125 équivalents temps plein (ETP ; hors intérim) en 2013, avant les premières “réformes” du financement public des chambres ; 89 ETP juste avant la régionalisation (2016) et 77,5 ETP aujourd’hui.


Éric Renevier

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Édito : pluie de milliards pour l’économie verte

Ironie du calendrier ou facétie suisse ? Au moment où Emmanuel Macron présente son plan France 2030 de relance et de décarbonation de l’industrie, doté de 30 milliards d’euros, le seul canton de Genève lance son propre plan d’investissement de 11,1 milliards de...

LIRE LA SUITE

Grand Annecy dévoile sa stratégie économique

L’Agglomération annécienne va mener des projets pour développer les secteurs de l’industrie, du tourisme et les commerces de proximité, en accompagnant les entreprises dans leur transition numérique et environnementale. Développer l’économie du territoire tout en...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest