Changer d’objectif photo sur un smartphone

par | 14 Jan 2016

La photo sur smartphone, considérée à ses débuts comme un gadget, s’est rapidement imposée. Désormais, les performances des téléphones portables s’affichent en millions de pixels, avec des lentilles toujours plus efficaces. Malgré une vitesse de prise de vue médiocre (bonjour les flous de bougé !) et des couleurs parfois fantaisistes, en fonction de la lumière, l’appareil, toujours à portée de main, donne à l’image une spontanéité qui séduit même les photographes professionnels. Le smartphone d’aujourd’hui est le polaroïd d’hier, celui avec lequel on s’amusait déjà, bien avant l’heure, à prendre des selfies.

Avec Pixter, une start-up rhodanienne, la photo sur mobile prend une nouvelle dimension. La société commercialise en effet, trois objectifs qui viennent se fixer sur l’appareil, devant la lentille d’origine, grâce à une sorte de pince à linge : un grand-angle, un zoom macro X6 et un effet bocal. Ce dernier, en nous permettant de voir le monde comme à travers un judas, est le plus drôle à utiliser. On peut réaliser avec, les selfies les plus décalés. Le grand-angle trouvera son usage, chaque fois que l’on manquera de recul ou pour les photos de groupe. En fait, le moins convaincant, c’est l’objectif macro qui impose de coller l’appareil sur son sujet pour avoir une image nette. Oubliez l’idée de photographier un insecte en vol. Le résultat par contre, peut être assez bluffant.

Autre bémol à l’usage, la pince s’est révélée un peu courte pour être fixée devant la lentille arrière de certains grands smartphones. Une difficulté contournée en utilisant la lentille sur la face de l’appareil, celle qui est destinée aux selfies.

Cette mode de l’autoportrait est l’un des créneaux sur lequel surfe Pixter pour son développement, avec le quotidien, les sports extrêmes et les photos de vacances. La start-up a lancé, en novembre dernier, un blog «L’art de la photo sur smartphone» pour permettre aux utilisateurs de ses objectifs d’échanger techniques et astuces. De plus, un compte Instagram @wearepixter et un hashtag #pixter ont permis de développer une communauté de plus de 15 000 followers et la notoriété de l’entreprise par la même occasion. Des influenceurs à 500 000 vues ont assuré la promotion des objectifs.

Car même si ces derniers sont destinés à un usage grand public ou semi-professionnel, ceux-ci affichent un très haut niveau de qualité, grâce à des lentilles au verre polarisé et antireflet. «La finition métallique des objectifs et le pas de vis en laiton de la pince, qui a nécessité de nombreuses heures de mise au point, renforcent la perception de solidité ainsi que l’aspect qualitatif de l’ensemble», décrit la société dans un communiqué. Créée en juillet 2014, celle-ci affiche un CA de 120 000 euros depuis mars 2015. Un chiffre qu’elle prévoit de doubler dans le trimestre. L’ambition de Pixter est de devenir le leader en Europe et le référent en France de la phonéographie.

0 commentaires

Découvrez également :

Ça gaze pour la cidrerie Les Pentes !

Atelier collage d’étiquettes dans le hangar de la Cidrerie Les Pentes, à Arith. Julien Savaux, 36 ans et Aurélien Bouzac, 40 ans, armés de leur seau de colle et d’une pile de très jolies étiquettes, s’attaquent à une armée de bouteilles de 75 et 33 centilitres....

LIRE LA SUITE

Énergie : le réseau électrique de l’Ain amélioré

Afin de restructurer l’alimentation du réseau électrique au nord-ouest de l’Ain, Enedis réalise un forage horizontal sous la Saône. Le contrat de concession signé fin 2019 entre le SIEA (Syndicat Intercommunal d’Énergie et de e-communication de l’Ain) et...

LIRE LA SUITE

Publicité