Le point avec un spécialiste du marché immobilier helvète sur les prix et les points à négocier.

« Très petit, le marché genevois présente peu de surfaces disponibles. Et quand elles se libèrent, elles trouvent très vite preneurs, autour de 700 CHF/m2. Il s’agit essentiellement de surfaces anciennes, généralement bien aménagées, mais petites, au sein d’immeubles haussmanniens », a décrit Robert Curzon, PDG de Partner Realestate – Knight Frank. Spécialiste de l’immobilier commercial en territoire helvète, l’homme intervenait le 2 juillet, au terme d’une série de webinaires organisés par la CCI France-Suisse. Le thème : « Réussir sa stratégie immobilière dans le cadre d’une implantation en Suisse. » Ce marché genevois restreint s’est élargi à l’échelon du canton, avec la naissance d’une nouvelle liaison ferroviaire avec la France. « Le Léman Express a créé une nouvelle centralité autour des gares, de sorte que l’on n’a plus besoin d’être installé en centre-ville pour être bien connecté à Genève », a ajouté le spécialiste. On trouve là des espaces plus contemporains et abordables, de 290 et 480 CHF/m2. Encore meilleur marché, Lausanne et son canton offrent des prix allant de 220 à 330 CHF/m2 pour la périphérie et de 290 à 380 CHF/m2 pour la ville même.

Louer, un passage obligé

En Suisse, on loue plutôt qu’on achète, démarche longue qui nécessite de se positionner très en amont. « En principe, on va demander au locataire de s’engager pour cinq ans. Et des garanties bancaires de 3 à 6 mois sont habituellement exigées, note le spécialiste. Vous pouvez négocier des conditions de sortie, mais cette option est généralement assortie de pénalités. De plus, il faut l’avoir prévu à la souscription du bail. À la sortie, c’est trop tard. Sinon, il est possible de transférer le bail, avec l’accord du bailleur. Celui-ci ne peut s’y opposer si le nouveau locataire présente des garanties équivalentes aux vôtres. De même, il est envisageable de sous-louer, toujours avec l’accord du propriétaire. La révision des loyers, elle, se fait selon un indice qui n’a pas changé depuis des années. La remise à l’état à la fin du bail constitue un point d’attention majeur, surtout si vous avez engagé des frais importants pour aménager les locaux. »

Parmi les points habituels de négociation figure la gratuité des locaux, le temps d’obtenir des autorisations de travaux ou de réaliser des aménagements. Et cela aussi longtemps que le locataire se trouve dans l’incapacité d’occuper les lieux. « Vous pouvez faire participer le bailleur à l’aménagement des surfaces. Mais cela générera un surcoût sur le loyer, prévient Robert Curzon. La durée du bail a également son importance. Plus vous restez longtemps, plus la marge de négociation sera considérable. »


Pourquoi Akka a choisi Genève

Acteur de la révolution digitale présent dans 22 pays avec 22 000 personnes, le groupe Akka a choisi d’implanter son centre européen de recrutement et de formation en Suisse. En concurrence avec les Pays-Bas, le territoire a remporté la mise grâce à son cadre de vie, propice à retenir les collaborateurs, et à la reconnaissance sur le marché de la marque Made in Switzerland.

« Son écosystème d’innovation et son côté international nous ont conduits à préférer Genève, d’autant qu’elle s’est avérée moins chère que d’autres villes, Zürich par exemple. Entre le centre-ville et la proximité de l’aéroport, nous avons opté pour cette dernière, car nous recevons de nouveaux collaborateurs chaque semaine », a témoigné le PDG d’Akka Switzerland, Bérenger Martin. Quelque 1 200 ingénieurs ont été accueillis sur le site, depuis sa création.

Soucieuse d’avoir un environnement de travail le plus ouvert et modulaire possible, l’entreprise a opté pour des aménagements simples qui lui permettront d’accueillir demain, de nouvelles activités. Et le dirigeant de relever comme clé de réussite : « Il ne faut pas hésiter à mettre les autorités locales dans la boucle. Le canton et la CCIF se sont révélés être de vrais partenaires qui agissent en toute confidentialité, pour trouver des solutions. »


Par Sébastien Jacquart

Photo : Sur cette carte, Partner Realestate – Knight Frank a mis en avant les nouvelles centralités aux alentours de Genève. Les flèches à côté des moyennes de prix indiquent les tendances à la hausse ou à la baisse.