Confréries : Au-delà du folklore

par | 18 octobre 2012

Derrière le rite et le costume, un véritable outil de promotion des terroirs.

En cette année du trentième anniversaire de la commanderie du Bugey, les 26e entretiens de Belley avaient entre autres retenu pour thème, le rôle des confréries. On en compte environ un millier en France, dont 300 sont liées au vin. En 1792, elles avaient été abolies. La preuve qu’elles exercent une influence !

Leur histoire remonte au Moyen-Âge. Selon Louis Saby, président de l’ambassade d’Ile-de-france «Terroir, goût, gastronomie» et membre de la confrérie des chevaliers du brie de Melun, elles assurent la perpétuation d’une culture, à travers leurs costumes, leurs rites et leurs symboles. Mais au-delà du folklore, elles sont pour Jean-Louis, directeur de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao), «la garantie qu’un produit a eu une continuité dans le temps». «L’existence d’une confrérie de longue date figure généralement parmi les arguments, lors du dépôt d’une demande de reconnaissance d’une appellation», assure-t-il.

Commandeur du Bugey, le viticulteur Jean Chaudet rappelle que derrière les habits et les couleurs, se trouvent des hommes et des femmes qui se battent pour le bien d’un produit. «Les présidents successifs du syndicat des vins du Bugey se sont toujours félicités de l’implication constante des confrères pour la promotion de notre vignoble. Ils ont plus d’audience que les producteurs eux-mêmes. Ce sont des relais médiatiques irremplaçables, visibles et écoutés. Le membre d’une confrérie se documente. Il signale les bonnes tables, aime faire plaisir et faire découvrir les spécialités du pays. Il sait communiquer. Il est la mémoire vivante d’un patrimoine.» Et Philippe Zagonel, chef du restaurant le Saint-Florent à Lyon, membre de la confrérie des poulardiers de Bresse, d’ajouter : «Quand on parle d’un produit, on doit faire passer un message, démontrer que les vins du Bugey sont de grands vins, que la crème et le beurre de Bresse sont de grands produits. Quant à la volaille de Bresse, AOC depuis 1957, sa réputation n’est plus à faire. Les confrères sont des gens convaincus qui s’investissent au maximum.» Démonstration faite à travers ces discours.

0 commentaires

Découvrez également :

Édito | Sauver la montagne ?

Alors que l’avenir de la montagne suscite toujours autant d’intérêt et de passion, le rapport publié par Joël Giraud (1), ancien ministre de la Cohésion des territoires (et député radical des Hautes-Alpes), enfonce le clou. Et de manière plutôt opportune si l’on en...

LIRE LA SUITE

Domaines skiables : des investissements records

Les exploitants ont investi 546 millions d’euros dans les remontées mécaniques en 2023, notamment dans de nouvelles télécabines. Les équipements de loisirs progressent, participant à la diversification des stations. En 2023, les investissements concernent...

LIRE LA SUITE

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 1er mars 2024

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Savoie Mont Blanc n°9 du 1er mars 2024 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés. Le saviez-vous ?Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf,...

LIRE LA SUITE

Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

ANNONCES LÉGALES WEB

Consultez les annonces légales publiées sur notre site habilitées par la Préfecture >>

VENTES AUX ENCHÈRES

Consultez nos ventes aux enchères immobilières >>

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

3.50€ pour 1 semaine
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS