Appelés à mettre en place un plan de continuité de leurs activités, les départements et communes prennent des mesures pour maintenir leurs missions essentielles.

Comme les entreprises, les collectivités tentent de concilier confinement et maintien de leurs activités. Dans les conseils départementaux de Savoie et de Haute-Savoie, des mesures sont en place pour les agents dont la présence sur le terrain (routes, bâtiments, collèges…) est indispensable pour assurer la continuité de service. Les autres restent à domicile dans le cadre d’autorisations spéciales d’absence ou pour télétravailler.

Téléphone et courriel

Alors que les réunions et formations sont, pour la plupart, suspendues, les lieux accueillant du public ont fermé leurs portes. Mais les liens avec les usagers sont maintenus via le téléphone et les courriels. « Pour assurer la prise en charge de l’impérieux et de l’urgent dans les différents domaines d’action sociale, des permanences téléphoniques et des rendez-vous spécifiques sont assurés », précise le conseil départemental 74 en déclinant les publics concernés : personnes handicapées, âgées, en insertion ; enfance et famille ; mineurs non accompagnés… Si les collégiens sont confinés à domicile, des collèges (douze en Haute-Savoie, neuf en Savoie) restent ouverts pour accueillir les enfants des personnels soignants ou mobilisés pour la gestion de la crise.

Dans les communes

Dans les communes et les intercommunalités, les conseillers élus à l’issue du premier tour, le 15 mars 2020, n’entreront en fonction qu’en juin, après avis du conseil scientifique sur l’opportunité de réunir les conseils municipaux. C’est également en juin que devrait être organisé le second tour des élections municipales dans les 5 000 communes où c’est nécessaire. La situation est donc gérée par les équipes en place dont le mandat est prolongé.

Mesures spécifiques

À Annecy, les mairies de proximité assurent un accueil téléphonique ou de visu, sur rendez-vous. La ville met également à disposition des usagers des attestations de déplacement dérogatoire dans les accueils de proximité, les boulangeries et pharmacies. Pour inciter les habitants à rester chez eux, le contrôle et le paiement du stationnement de surface est suspendu. D’autres communes comme Chambéry, Evian, Thonon annoncent aussi la gratuité des parkings.

Mardi 24 mars, à La Motte-Servolex. @Philippe Claret

Les marchés à ciel ouvert désormais interdits

Les autorisations et interdictions diffèrent d’une collectivité à l’autre, d’un moment à l’autre. Les marchés à ciel ouvert sont interdits depuis le mardi 24 mars, sauf dérogations des préfets sur avis des maires. À Sallanches, le maire Georges Morand avait déjà pris un arrêté municipal suspendant le marché qui se tient chaque samedi dans sa commune. « Cette mesure de police n’a qu’un seul objectif : limiter la propagation du virus ! », explique-t-il dans un communiqué, rappelant le « confinement optimal de la population » exigé par le président de la République pour ralentir au mieux la propagation du Covid-19. La Balme-de-Sillingy, Morzine, Rumilly, Bourg-Saint-Maurice, Saint-Jean-de-Maurienne figurent parmi les communes qui avaient anticipé l’interdiction ministérielle.

crédit photo du haut : Wikipedia