L’essor d’Ess’Ain

par | 21 Juil 2022

La coopérative d’activité et d’emploi Ess’Ain fête son cinquième anniversaire sous le signe du développement et des projets.

La coopérative d’activité et d’emploi Ess’Ain a fêté ses 5 ans, le 7 juillet. Un anniversaire marqué par une belle progression et plusieurs projets. Au démarrage, la structure comptait 12 entrepreneurs salariés. Aujourd’hui, ils sont 24, auxquels s’ajoutent quatre salariés administratifs et 102 créateurs sous contrat d’appui au projet d’entreprise (Cape), dont 34 nouveaux cette année. Ces contrats les accompagnent vers l’entrepreneuriat, tout en leur permettant de continuer à bénéficier qui des minima sociaux, qui des indemnités chômage, qui d’un contrat à temps partiel (pas de temps plein possible) dans une autre entreprise. D’une durée d’un an, le Cape est renouvelable deux fois. Ensuite, le porteur de projet peut retourner à l’emploi (30 % des cas jusqu’à présent), créer sa propre structure (25 à 30 %) ou rester comme entrepreneur salarié de la coopérative. « Souvent, les entrepreneurs arrivent avec un projet individuel, puis ils découvrent les bienfaits de l’entreprise partagée, qui met en commun la comptabilité, l’administratif et les déclarations fiscales, moyennant une contribution sur le chiffre d’affaires de l’ordre de 10 %, variable selon le type d’activité », relève Alain Garny, salarié administratif et l’un des trois cogérants de la coopérative. Un porteur de projet peut même rejoindre les associés, mais c’est plus rare (0,3 %). Ces derniers sont au nombre de 27, dont trois personnes morales : deux associations à vocation sociale, Valhorizon et AG2I, ainsi qu’un atelier associatif partagé autour du fer et du bois, l’Atelien.

Le Cape « est un système sécurisant pour la création », poursuit le cogérant. « Notre rôle consiste à apprendre aux porteurs de projet leur métier d’entrepreneur, à évaluer la situation et à définir leurs stratégies, même s’ils sont seuls décisionnaires à terme. Ils bénéficient en plus du réseau des autres entrepreneurs, à travers des réunions régulières. Et il n’y a pas de quota d’heures d’accompagnement. L’important pour nous, c’est qu’ils prennent du plaisir dans leur activité, tout en pouvant en vivre et la développer. »

Un nouvel établissement

Bien-être, chauffage, artisanats divers, informatique et même formation, avec un centre certifié Qualiopi, Ess’Ain est une coopérative multi-activité, à l’exception des professions réglementées et des métiers du bâtiment qui exigent une garantie décennale. « Il existe d’autres coopératives dédiées à ce secteur en Aura, dont Cabestan, avec qui nous sommes en relation », souligne Alain Garny. Et c’est parmi ses activités qu’une grande nouveauté s’annonce pour la rentrée : Inspirée par l’Atelien, qui permet à des professionnels comme à des particuliers d’accéder à différents outils donc de ne pas avoir à investir au démarrage, Ess’Ain s’apprête à ouvrir un établissement secondaire dédié aux techniciens du chauffage. « Toujours sous forme coopérative, il permettra aux personnes qui souhaitent se mettre à leur compte de le faire sans pour autant être isolées, ainsi que d’accompagner les évolutions du secteur », explique Olivier Bisval, lui-même chauffagiste, entrepreneur salarié et cogérant d’Ess’Ain. (Le troisième cogérant est Benjamin Raquin, paysagiste, entrepreneur salarié.)

Forte d’un budget d’un million d’euros en 2021, dont 800 000 euros de chiffre d’affaires, la coopérative a vu sa masse salariale passer de 189 000 à 530 000 euros entre 2020 et 2021, soit l’équivalent de 13 équivalents temps plein contre sept auparavant. « C’est important puisque l’objectif est de permettre aux entrepreneurs de se salarier. Cela signifie que leur modèle économique tient la route », conclut Alain Garny.


Sébastien Jacquart

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Ça gaze pour la cidrerie Les Pentes !

Atelier collage d’étiquettes dans le hangar de la Cidrerie Les Pentes, à Arith. Julien Savaux, 36 ans et Aurélien Bouzac, 40 ans, armés de leur seau de colle et d’une pile de très jolies étiquettes, s’attaquent à une armée de bouteilles de 75 et 33 centilitres....

LIRE LA SUITE

Énergie : le réseau électrique de l’Ain amélioré

Afin de restructurer l’alimentation du réseau électrique au nord-ouest de l’Ain, Enedis réalise un forage horizontal sous la Saône. Le contrat de concession signé fin 2019 entre le SIEA (Syndicat Intercommunal d’Énergie et de e-communication de l’Ain) et...

LIRE LA SUITE

Publicité