Afin de mieux protéger les lycéens et le personnel, la Maison Familiale Rurale Vignieu-Morestel (MFR) fait l’objet d’une expérimentation pour faire face au Covid-19. Pour l’heure il n’y a que trois lycées de la Région Auvergne-Rhône-Alpes à faire partie de ce dispositif.

A taille humaine, la MFR Vignieu-Morestel a accueilli les jeunes de quatrième, seconde et première professionnelle mardi 1er septembre. Une rentrée qui s’est faite en présence de Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. L’échange avec les parents a permis de régler des soucis de transports, en lien étroit avec les sénateurs et le département de l’Isère. Des jeunes issus du territoire, mais également de La Verpillière, Voiron et Grenoble. Ce lundi 7 septembre ce sont les terminales, 3e, CAP petite enfance et TISF (Technicien de l’Intervention Sociale et Familiale) qui intègreront l’établissement. Pour cette rentrée, la MFR comptera plus de 200 jeunes. Ce qui a de quoi ravir Patrick Gachon, le directeur de l’établissement depuis 2013.

Confinement et continuité pédagogique

Spécialisée dans les métiers du service à la personne, la MFR permet aux jeunes de se former en alternance pour construire leur projet en s’appuyant sur un vécu en entreprise. « Pendant le confinement, tout s’est bien passé. L’équipe pédagogique délivrait un planning à la semaine dans l’espace de travail, et a fait cours aux jeunes par visioconférence. Le lien a été différent, et les résultats aux examens sont plutôt pas mal. La MFR enregistre un taux de réussite de 89 % pour les CAP, 88 % pour les brevets, 90 % pour les BEPA et 91 % pour les Bac » indique le directeur Patrick Gachon. Précisons que l’équipe de la MFR Vignieu-Morestel compte 23 salariés dont 14 moniteurs.
En ce qui concerne son site, elle est revenue à ses origines. Après avoir occupé une partie du château de Chapeau Cornu, à Vignieu, elle s’est installée au coeur de Morestel. La MFR est ainsi plus adaptée et performante en offrant un cadre de vie agréable aux jeunes. Cette réalisation était également nécessaire à la pérennisation des emplois.
Pour sa deuxième rentrée sur la commune de Morestel, le recrutement des jeunes s’est fait par entretien individuel, ainsi qu’en visioconférence. Aucun jeune ne reste sur le bord du chemin. L’activité reprenant doucement son cours, tous les jeunes ont trouvé un stage. La MFR ayant un réseau de maîtres de stage assez solides.

Un lieu d’expérience formatrice

L’alternance, utilisée en classe d’orientation comme en apprentissage, est une méthode au service du projet de chacun. Les MFR, qui sont au nombre de 13 dans le département de l’Isère, travaillent en partenariat avec des professionnels locaux, et suivent l’évolution concrète des métiers.
Elles permettent ainsi aux élèves de se mettre rapidement en situation afin d’affiner leur projet, et d’acquérir des compétences reconnues, gages d’insertion sociale et professionnelle.
L’approche éducative de la MFR implique fortement les familles pour oeuvrer conjointement à l’ouverture des élèves dans toutes les dimensions de leur vie. Cette approche est également portée par la vie en internat, par un accompagnement des jeunes en situation de handicap(s), et par un encouragement à la poursuite d’études.

Caméras thermiques
La rentrée se fait dans un contexte particulier. Pour ce faire tout est mis en oeuvre pour qu’elle se passe en sécurité, et que les parents, élèves et enseignants soient rassurés. Le déploiement des caméras thermiques permet, sur la base du volontariat, la prise de température à l’entrée des établissements tests.
L’objectif est de détecter suffisamment vite un élève qui aurait de la température pour l’accompagner et le soigner, et se donner les moyens d’agir rapidement. Si cette expérimentation est concluante, la Région en déploiera dans tous les établissements qui le souhaitent.


Par Carole Muet