Ce jeudi 16 juillet, un ancien résistant de l’Ain se remémorait ses souvenirs dans les murs du musée de la Résistance et de la Déportation de Nantua.

Musée de la Résistance indiscrétion« Si c’était à refaire ? » demande une des personnes présente dans la pièce. « Je referais exactement pareil ! » s’exclame Robert Molinatti, 95 ans, ancien résistant de la Seconde Guerre mondiale. Il était présent, ce jeudi 16 juillet au musée de la Résistance de Nantua. Le lieu de mémoire, installé dans l’ancienne prison de la ville, propose une relecture de cette période à travers le regard des habitants de l’Ain. Et ils sont nombreux ces témoignages. Là, gît une paire de sandales réalisées par une mère pour sa fille avec de la corde de chandelle. Ici, se dresse une robe de mariée d’une matière tout aussi insolite… De la toile de parachute. Dans un coin, un habit nazi complet, impeccablement conservé. Non loin, une moto de l’époque, ou encore des caissons dans lesquels les alliés parachutaient du matériel. Tout y est. À l’étage, en franchissant le pas d’une porte, le visiteur se retrouve dans une clairière. À l’intérieur, un camp de résistants. Robert Molinatti a participé à la reconstitution de celui-ci. « Je ne pouvais pas faire autrement que d’entrer dans la Résistance. J’ai pris part à cette action au mois de mai 1943, pour mes 18 ans. Il fallait que je me batte contre eux, je ne pouvais pas les souffrir. » Modeste, l’homme considère qu’il a réalisé son devoir. La médaille d’ancien combattant et celle d’honneur de Bellegarde lui suffisent. « Je n’ai rien demandé, je ne me suis pas engagé pour avoir des récompenses. Je voulais protéger les Français. Manque de chance, tout le monde n’a pas agi comme cela. » Même si la période était difficile, il garde aussi en mémoire de bons moments avec les « copains ». « Nous étions soudés, vous savez. Ils étaient devenus des frères. Nous étions liés par cette amitié que l’on a connue au maquis. »

Exposition temporaire

Jusqu’au 30 avril 2021, le musée présente l’exposition temporaire « Tiens ta langue ! Sous le pinceau des soldats en 1940 ». La galerie présente une collection de dessins de soldats sur le front. Tous avaient été réalisés lors d’un concours en décembre 1939. Le but était de sensibiliser la population française aux espions. Le musée est détenteur de 177 des 1 500 dessins sélectionnés à l’époque. Les 1 323 autres demeurent aujourd’hui introuvables.

Musée de la Résistance moto

Pratique

Le musée est accessible à tout âge. Ouvert tout l’été, le port du masque est obligatoire. Pour limiter les contacts, un sens de visite est établi. L’occasion idéale de coupler une journée de culture, puis de détente au bord du lac de Nantua.


Par Joséphine Jossermoz

Une Eco de l'AinCet article est paru dans le magazine ECO de l’Ain du 23 juillet 2020. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire, mais aussi nos suppléments et hors-séries, c’est ICI et ICI.