Quand le web s’immisce dans votre quotidien.

C’était déjà la tendance de l’édition 2013. Elle s’est confirmée lors du Consumer Electronic Show (CES) 2014, du 7 au 10 janvier à Las Vegas. Les objets connectés vont envahir votre quotidien. Même votre salle de bain. Si ! Et c’est une innovation française. La Kolibree, brosse à dents électrique apparemment classique, transmet différentes informations en bluetooth : temps et intensité du brossage, oubli éventuel de certaines zones, etc. Plus vous vous conformez aux recommandations officielles des dentistes, plus vous gagnez de points. De quoi faciliter l’apprentissage de l’hygiène dentaire chez les enfants et amuser les plus geeks d’entre nous. Le gadget, promis à une mise sur le marché à l’automne, se vendra tout de même entre 100 et 200 euros.

Autre innovation française, le système intelligent Aura, développé par Withings, à la fois réveil et station de luminothérapie, propose d’améliorer la qualité du sommeil. Quant au bracelet June, de Netatmo, qui peut aussi se porter en broche, il mesure l’ensoleillement, évitant aux femmes qui le portent d’attraper des coups de soleil.

Mais tous ces objets pourraient déjà être dépassés. La société Sen.se se propose en effet de connecter les objets de votre choix (brosse à dents, pot de fleur…), grâce à des «motion cookies», des capteurs à placer où vous le souhaitez. D’une autonomie de 12 mois, ils communiquent avec une station d’accueil baptisée Mother. Cette véritable maman virtuelle peut alors surveiller la qualité de votre sommeil, vos repas, l’absence d’intrusion dans votre domicile… A la différence des objets connectés de première génération, la collecte d’informations est continue. Elle ne nécessite aucune intervention de l’utilisateur.

C’est un peu le revers de la médaille. Si ces objets se présentent comme des outils destinés à faciliter votre quotidien voire améliorer votre santé, ils finiront par tout savoir de vous. Google ne s’y est pas trompé, puisqu’il vient de racheter Nest Labs pour 3,2 millions de dollars. Cette société spécialisée dans les alarmes incendie et thermostats connectés va lui permettre d’accéder à de nouvelles données sur les comportements des utilisateurs, soi-disant pour pouvoir imaginer de nouveaux produits et services, certainement pour mieux vous cibler publicitairement.

Georges Orwell avait été plutôt prophétique avec son «1984». Il n’avait pas imaginé que Big Brother serait un marchand et les candidats au fichage, des volontaires.