Né en juillet 2012 de la cession par Arkéma de son pôle vinylique, Kem One inquiète. «La CFDT juge très préoccupante la situation économique du groupe au vu de ses pertes financières (environ 60 millions d’euros sur le second semestre 2012), indique le syndicat dans un communiqué. [Elle] considère que [le] PDG n’apporte aucune vision sur la stratégie industrielle du groupe. Des investissements devaient être réalisés dans les deux premières années. Leur gel, annoncé le 4 février par la direction générale, va à l’encontre du business plan prévu lors de la cession.»

A Balan (190 personnes), l’investissement pour de nouvelles chaudières est reporté sine die, tandis que le permis d’exploiter des installations en place arrive à échéance en 2015. «Une vraie menace pour la pérennité du site», observe Rémi Lasnet, secrétaire général de la CFDT de l’Ain. Les salariés s’interrogent : Où sont passés les 96 millions versés par Arkéma pour favoriser les 400 millions d’investissements promis ?

Contactée par notre rédaction, la direction s’est refusée à tout commentaire. Les salariés, eux, organisent un CCE extraordinaire les 19 et 20 février. Faute de réponses, ils n’hésiteront pas à utiliser leur droit d’alerte. …