Deux premiers recrutements chez Alpar

par | 10 Nov 2020

Le supermarché coopératif Alpar embauche ses deux premiers salariés pour consolider sa progression.

Alpar annonce ses deux premiers recrutements. Porté par 400 coopérateurs “consom’acteurs”, le supermarché coopératif implanté à Meythet a bénéficié d’une bonne évolution des ventes ces 6 derniers mois. Son chiffre d’affaires mensuel a ainsi doublé entre avril 2019 et avril 2020, passant de 20 000 à 40 000 euros. Pour pérenniser sa progression, il a recruté une personne chargée de la gestion administrative et une alternante pour la communication.

Les coopérateurs d’Alpar doivent donner 3 heures de leur temps par mois pour faire fonctionner l’épicerie.

Développements

L’offre proposée sur ses 120 m² continue de s’étoffer avec plus de produits, des gammes plus larges, de nouveaux fournisseurs et du vrac. Elle se décline depuis avril 2020 en version drive. Et depuis septembre, les paiements effectués avec la monnaie locale La gentiane sont acceptés.  L’ambition pour les prochains mois est de continuer de gagner en visibilité et de recruter de nouveaux coopérateurs s’engageant financièrement avec l’achat de parts sociales (100 euros) et donnant 3 heures de leur temps par mois pour tenir la caisse, remplir les rayons ou encore faire le ménage.

Economie collaborative

Alpar s’inspire d’un modèle qui se développe depuis plus de 40 ans aux États-Unis et qui commence à faire des émules en France. Depuis l’ouverture de La Louve en 2016 à Paris, une cinquantaine d’autres est en cours en France. L’ambition est d’appliquer les principes de l’économie collaborative, solidaire et sociale pour proposer une alternative alimentaire aux habitants de la région d’Annecy avec de bons produits achetés au juste prix aux producteurs locaux et revendus avec une marge minimum.

Le développement de l’offre passera par l’ouverture d’un espace de vente plus grand.

Vers un supermarché de 1000 m²

Initiée par une association fondée en octobre 2016, l’aventure Alpar a commencé à se concrétiser en octobre 2017 avec la mise en place d’un groupement d’achat dans un local de 20 m² à Seynod. Cette première étape a permis des achats en ligne avec un  retrait des paniers 10 jours plus tard. Elle a été suivie par l’ouverture de l’épicerie de Meythet, en octobre 2018, avec 160 coopératrices et coopérateurs. La prochaine étape sera une épicerie 2 à 3 fois plus grande ou un supermarché de 1 000 m² minimum (500 m² pour la vente, 500 m² pour le stockage) permettant d’offrir une sélection de produits suffisamment large.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Next Summer : le business d’abord !

L’industrie de l’outdoor s’est rassemblée les 13 et 14 septembre à Albertville pour présenter les produits printemps-été 2022. Un salon qui se veut avant tout fédérateur post-crise. Après des mois d’interruption en raison de la crise sanitaire, le monde...

LIRE LA SUITE

Trialp se chauffe à l’huile usagée

La société savoyarde, spécialisée dans le tri et la valorisation des déchets, modernise sa plateforme de traitement des huiles, devenue obsolète. « Cette plateforme a été décidée il y a un an pour permettre à la fois d’améliorer les conditions de travail et la...

LIRE LA SUITE

Covid-19 : le passe sanitaire fait débat

Passe sanitaire oblige, les établissements de santé sont contraints de se réorganiser. Les syndicats s’inquiètent du manque de personnels. « Le passe sanitaire est un non-sens », s’insurge Angélique Neutens, secrétaire générale de la CGT au Centre hospitalier...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest