Exit, l’application de l’écotaxe poids-lourds au 1er janvier. Qu’en pensent les professionnels?

« Un pas en avant, deux pas en arrière! » Voilà qui pourrait résumer la question de l’écotaxe poids-lourds. Celle-ci vient en effet, par décision du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, d’être reportée sine die. Cette taxe, dont l’entrée en vigueur était prévue au 1er janvier 2014 (un an de retard sur le calendrier initial), hérissait les poils de nombre de corps professionnels… A l’origine, cette écotaxe poids-lourds, dite « environnementale », pensée dans les années 2008-2009, devait inciter les transporteurs à privilégier d’autres accès de communication, comme le fer ou le fluvial. Las ! Si les transporteurs sont effectivement impactés, d’autres secteurs d’activité le sont également, à l’image de l’artisanat du paysage. « Cette taxe s’applique sur les véhicules à partir de 3,5 tonnes, utilisant le réseau routier national et départemental (hors autoroutes), analyse Françoise Despret, paysagiste à Meillonnas et présidente nationale de la CNATP (organisation professionnelle dédiée à la représentation des artisans et petites entreprises des TP et du paysage). Cela pénalise l’artisanat de proximité, c’est évident: nous sont impactés, même sur de courtes distances… Aujourd’hui, l’écotaxe est reportée. A quand ? On l’ignore ! C’est le flou total en la matière. Ce report ne m’étonne pas vraiment: on constatait du retard à plusieurs niveaux. En tout cas, nous rencontrerons le ministre du Transport, Frédéric Cuvillier à la fin novembre pour nous faire entendre. »