Myriam Denis rédige, cette semaine, un édito un peu particulier, eu égard aux mesures de confinement prises pour lutter contre le Covid-19.

Myriam DenisÁ circonstances exceptionnelles, édito exceptionnel. Tout d’abord, je tiens au nom de toute l’équipe, à vous remercier pour votre fidélité pendant cette période troublée. Je sais, je suis sûre, que vous continuerez à nous suivre avec l’assiduité et la constance qui vous caractérisent.

Évidemment, l’épidémie de Covid-19 qui sévit actuellement dans notre pays et le confinement induit par cette crise sanitaire inédite, entraîneront dans leur sillage nombre de conséquences, tant humaines, qu’économiques. Toutes les entreprises, artisanales, industrielles, petites, moyennes ou grandes, se trouveront confrontées à une situation sans commune mesure. Toutes et tous, mus par notre passion du travail bien fait, nous tâcherons de limiter au maximum l’impact de cette crise. Dans vos entreprises, vous vous organisez, mettez en place des mesures de télétravail ou de chômage partiel. Vous cherchez à vous montrer créatifs, pour garder la tête hors de l’eau. En somme, vous innovez. Et vous avez raison ! C’est l’un des grands enseignements de cette situation.

Au journal, nous ferons pareil. Nous ferons notre possible pour vous fournir, chaque semaine, un contenu de qualité, avec une pagination sans doute un peu réduite, nécessaire adaptation à la situation. Mais soyez assurés de notre engagement, celui de tous nos services, où chaque personne se mobilise pour votre information économique locale.

“PENDANT CETTE CRISE, NOUS FERONS NOTRE POSSIBLE POUR VOUS FOURNIR, CHAQUE SEMAINE, UN CONTENU DE QUALITÉ. »

Cette crise, dans toute son ampleur, pourra, je l’espère, permettre par la suite de travailler différemment. Lorsque vous télétravaillez, votre sphère professionnelle entre en contact direct avec votre sphère privée. Si vous avez des enfants, vous veillez sur eux tout en conversant avec vos collègues. Depuis chez vous, vous travaillez, échangez, avec celles et ceux dont la voix ne résonne habituellement pas dans votre salon. Tout cela, je crois, contribue à créer du lien. C’est dans l’adversité que peuvent aussi, se révéler de belles choses, comme une communication différente, un lien renforcé, car tout un chacun tente d’œuvrer dans le même sens. La solidarité se traduit également comme cela. C’est le second grand enseignement positif de cette situation hors normes.

Je vous souhaite, au nom de toute l’équipe du journal, de traverser cette période difficile du mieux possible, en espérant rapidement des jours meilleurs. Lorsque cette crise sera terminée, des changements vont s’amorcer !

Myriam Denis
Rédactrice en chef
m.denis@eco-ain.fr

Covid-19 : Les mesures de confinement vues par Faro